« Chauve-souris » en sino-tibétain

On trouve dans le vocabulaire potentiellement reconstructible du sino-tibétain (je dis « potentiellement » car sommes très loin d’avoir quoi que ce soit ressemblant à un système de reconstruction) des mots inattendus, pour lesquels aucun étymon équivalent n’existe dans le vocabulaire hérité de familles mieux connues comme l’indo-européen.

L’un de ces étymons est celui de la chauve-souris; le STEDT présente une liste de mots qui sont assez certainement cognats, et qui incluent le Khaling पाक्ति pakti et le chinois 蝠 *pɨk. En kiranti, ce mot n’est attesté sinon à ma connaissance qu’en dumi (on l’on a प्वाक्ती pwakti dans le dictionnaire de Netramani Rai; le -w- est inattendu).

Le fait que cet étymon soit attesté en chinois, en sal (bobo-garo, naga du nord), en kuki-chin et en kiranti mais pas en tibéto-birman central (tibétain, birmo-qianguique) est à mon avis une bonne indication qu’il n’a pas pu être transmis par contact, et qu’il est donc très certainement hérité dans toutes ces langues. Par contraste, en indo-européen chaque branche a créé, et renouvelé en permanence, le vocabulaire pour désigner cet animal. Comment expliquer sa préservation en ST? Peut-être son usage culinaire?
En tous les cas, je doute que cette information soit cruciale pour déterminer l’emplacement de l’Urheimat sino-tibétaine, car on trouve des espèces de chauves-souris dans toutes les régions pour lesquelles le berceau de la famille a été proposé (y compris la Chine du nord, le Sichuan, l’Arunachal, le Bhutan etc).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« Chauve-souris » en sino-tibétain," Panchronica, 28/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/885 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *