Le siuslaw : une langue mal documentée

La lecture des travaux du siècle dernier sur des langues maintenant disparues est souvent instructive pour les linguistes de terrain actuels, à la fois par les informations précieuses qu’ils contiennent, mais aussi par leurs limitations, qui nous invitent à mieux faire.

Le siuslaw, langue (isolée?) de la côté de l’Orégon, dont la documentation est essentiellement limitée aux Lower Umpqua Texts: And Notes on the Kusan Dialects et à l’esquisse grammaticale de Frachtenberg (aussi disponible ici), me semblait une langue relativement mieux documentée que d’autres langues de la région. Cela jusqu’à ce que je lise l’introduction du volume de texte, où Frachtenberg écrit:

« The collection of these texts was accomplished under great difficulties […] Louisa’s advanced age rendered her practically useless as a narrator. […] I was forced to resort to her husband’s services as a narrator. Since he was not familiar with the traditions of the Lower Umpqua Indians, the following procedure had to be adopted. He was asked to obtain from his wife, through the medium of Chinook jargon, such stories, and in such form, as she could remember, and to retell them to me in English. I then arranged the facts in what seemed to be the most likely consecutive order, whereupon William was instructed to dictate these facts in the Lower Umpqua language, – a task which at times was too much for his limited intelligence [sic!]. »

Autrement dit, l’essentiel du corpus est retraduit de l’anglais, raconté par un locuteur non-natif qui rapportait des traditions qu’il ne connaissait pas lui-même (je passe sur la remarque concernant l’intelligence de son informateur). L’aspect relativement bien organisé des textes siuslaw est donc un artefact de la méthode choisie pour collecter les textes, et il n’est pas clair jusqu’à quel point ces documents sont une représentation fidèle de cette langue. Il eût peut-être mieux valu que F. enregistre les histoires, même décousues, de son informatrice locutrice native (en dépit des passages en jargon chinook), et éventuellement rajouter ensuite des émendations de son mari. Utiliser les textes que nous a laissés Frachtenberg pour faire de la typologie ou de la linguistique historique me semble assez risqué.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le siuslaw : une langue mal documentée," Panchronica, 22/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/863 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *