Un emprunt du vietnamien en chinois?

Dans un billet sur le blog Indo-sinica, Alexis Michaud mentionne parmi de multiples sujets l’hypothèse de Michel Ferlus selon laquelle le mot 蠟 lap « cire » serait d’origine vietnamienne. L’hypothèse est audacieuse, car si les emprunts chinois de diverses époques forment une part considérable du vocabulaire vietnamien, aucun emprunt assuré du vietnamien spécifiquement vers le chinois n’a été proposé auparavant, et même les étymologies austroasiatiques suggérées pour certains mots chinois par Norman et Mei, puis par Schuessler, sont très très peu convaincantes (i.e. avec des telles méthodes, on peut aussi trouver des emprunts sioux en chinois).

Néanmoins, à ma grande surprise, l’argument de Michel Ferlus est finalement assez solide, pour deux raisons principalement:

(1) Le mot 蠟 lap « cire » est tardif en chinois (II-IIIe siècle), et n’a aucune étymologie interne claire (et encore moins une étymologie sino-tibétaine)
(2) Le vietnamien sáp « cire » a des cognats dans les langues viet-muong avec un groupe k(h)r- attendu.

La correspondance entre le chinois moyen l- et le vietnamien s- < *k(h)r- (NB: le *s du proto-VM devient t- en vietnamien; le |s| orthographique du vietnamien représente [s] en vietnamien du nord et [ʂ] en vietnamien du sud, la prononciation du sud étant ici plus conservatrice) s’observe dans quelques emprunts anciens, tels que sức « force » emprunté au chinois 力 lik à une époque où ce mot avait un groupe de consonne initial qui s’est simplifié en *r- et a évolué en l- par la suite. C’est d’ailleurs la raison principale pour laquelle 力 lik est reconstruit *k.rək par Baxter et Sagart.

Si sáp « cire » et sức « force » présentent donc les mêmes correspondances entre vietnamien et chinois, il y a néanmoins un problème de chronologie, car le *r- du chinois archaïque était déjà devenu l- au IIe siècle, lorsque 蠟 lap apparaît. Si le mot était venu du chinois en vietnamien, il devrait avoir donc un l- un vietnamien (et un tel mot existe d’ailleurs, la lecture sino-vietnamienne lạp). L’hypothèse que le mot chinois 蠟 lap soit emprunté au vietnamien en revanche ne pose pas de problème, puisque le chinois aurait de toute façon confondu les r- et les l- étrangers en l- après le changement phonétique de *r- vers l-. Donc l’hypothèse de M. Ferlus est bien la plus parcimonieuse, et soulève naturellement la question de savoir si d’autres emprunts dans cette direction n’attendent pas d’être découverts.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un emprunt du vietnamien en chinois?," Panchronica, 30/01/2016, https://panchr.hypotheses.org/754 (ISSN 2494-775X)

7 réflexions au sujet de « Un emprunt du vietnamien en chinois? »

  1. Ma réaction était plutôt en réaction aux étymologies de Schuessler qui compare des idéophones khmers (tirés de dictionnaires de la langue moderne) avec des idéophones en chinois, du genre « kling kling ».

    Je trouve que Norman, Schuessler, Mei etc sont très sinocentriques, même lorsqu’ils font ce genre d’étymologie: ils citent toujours les langues autres que le chinois sans s’intéresser en détail à leur phonologie historique précise.

  2. Outre la question d’éventuels emprunts austroasiatiques en chinois, il y aurait un tournant à prendre : se préparer à l’idée que les langues d’Asie du Sud-Est puissent jouer un rôle dans la compréhension du chinois, et de l’aire dans sa globalité.

    Les hypothèses de Ferlus au sujet de l’opposition tendu/relâché en chinois archaïque, et sa diffusion en Asie du Sud-Est (langues péariques), attendent toujours une réfutation ou un développement du côté des spécialistes de phonologie historique du sino-tibétain. C’est une hypothèse, et proposée comme telle. Un point fort, c’est que c’est un point de vue de linguiste: un vrai travail de linguiste, qui rassemble les observations et propose une interprétation bien cohérente. Comprendre les phénomènes registraux pour aborder l’évolution des voyelles du chinois archaïque !
    Toi, avec le rGyalrong et le kiranti, tu as un point de vue original et intéressant sur le sino-tibétain. Il faut espérer que tu parviendras à convaincre une part croissante de la communauté des sinologues à suivre dans cette direction, avec les efforts d’apprentissage que ça implique.
    Il me semble que Ferlus est dans la même situation. Certes l’austroasiatique c’est une autre famille, mais qui fournit un excellent parallèle typologique pour aborder le chinois archaïque. Sur le point des changements vocaliques, le môn ou le maleng brô pourraient être des points de comparaison plus pertinents que le rGyalrong ! Bien plus convaincant que l’emphase/pharyngalisation.
    Tu me diras qu’il y a des contre-exemples: tellement de contre-exemples que l’hypothèse devient invérifiable. Mais c’est ce que prédit le modèle. Les sesquisyllabes sont sujets à des évolutions irrégulières: en un sens, la « régularité » c’est celle de la tendance à l’érosion, qui n’affecte pas tous les mots de même forme phonologique. Les paramètres déterminants, ça peut être, par exemple, que la présyllabe est perçue comme un préfixe ou comme appartenant à la racine. Dans les langues vietiques il y a un gradient de sesquisyllabicité, des langues qui n’ont plus de sesquisyllabes à celles qui en ont le plus. Ca établit clairement le caractère moins régulier de l’évolution des présyllabes, en comparaison par exemple des diverses séries d’initiales.
    Un modèle du changement qui prédit des irrégularités, ça peut paraître une solution de facilité. Ce que tu résumes par « avec une méthode pareille on trouverait des emprunts sioux en chinois », c’est en effet un problème qu’il faut prendre en compte : ne pas se permettre des libertés de méthode jusqu’au point où on raconte ce qu’on veut (« uncontrained story-telling »). Mais là aussi, ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain : l’étape logique, suite à la publication de l’article de Ferlus
    (Ferlus, Michel. 2009. What were the four divisions of Middle Chinese? Diachronica 26(2). 184–213.)
    et sa traduction chinoise
    ( https://www.academia.edu/5641434/_Chinese_translation_of_Ferlus_M._2009_What_were_the_four_divisions_of_Middle_Chinese )
    ce serait un examen détaillé de l’hypothèse, pas un rejet sur la base de contre-exemples que le modèle prédit…?

    1. l’opposition tendu/relâché en chinois archaïque

      Ce sont les « syllabes type A/type B », reconstruites comme pharyngalisées ou non par Baxter & Sagart?

      Si c’est le cas, il est peut-être pertinent que des voyelles pharyngalisées se trouvent aussi aux langues touva et tofalar, correspondantes aux voyelles courtes des autres langues turques (telles que le yakout ou le turcmène – le turc proprement dit ayant perdu ce contraste). Bien entendu, Baxter & Sagart ont reconstruit la pharyngalisation comme appartenant aux consonnes, pas aux voyelles; mais au Caucase, il est souvent difficile à déterminer si elle appartient aux consonnes, aux voyelles ou à la syllabe entière, et il y a des cas clairs au moins pour les deux premières possibilités.

      En bref, la pharyngalisation peut se développer d’un contraste de longueur des voyelles sans aucune influence extérieure.

  3. Merci de cette confirmation érudite ! / Thanks for the erudite rejoinder!
    Concernant les emprunts austroasiatiques, c’est quoi ce sinocentrisme?! C’est bien paradoxal : d’un côté tu secoues le cocotier (/Stammbaum) sino-tibétain, en argumentant qu’à négliger rGyalrong ou khaling on se prive d’outils essentiels pour la compréhension de l’histoire de la famille, et partant, l’histoire de chaque langue en particulier, chinois compris. (You’ve got a point there!)
    Et d’un autre côté tu parais prêt à balayer l’idée d’emprunts austroasiatiques anciens en chinois ! C’est quoi l’idée : que la hiérarchie de prestige étant en faveur du chinois depuis 5000 ans (ou : 22 siècles, si on retient l’unification de l’empire comme tournant), le chinois fournit en vocabulaire toute l’Asie, et –comme la superbe dynastie Ming– n’a pas besoin d’importations?
    Alors d’après toi c’est quoi l’histoire du mot « rivière », jiāng ? (江)
    C’est un mot CHINOIS emprunté par le VIETNAMIEN?
    Oui-da:
    c’est du chinois,
    et ça donne
    giang
    en sino-viet.
    Certes!
    Mais avant ça, c’est un mot austroasiatique. En vietnamien (dans le fonds d’avant le sino-viet et les emprunts chinois pré-proto-sino-viet de la préhistoire d’avant), c’est :
    sông
    C’est /kroːŋ/ en bahnarique, et dans le groupe môn, et en proto-vietique ! On peut discuter de la voyelle : /oː/ ou /ɔː/.
    Alors c’est du chinois, OC *kroːŋ, PST *kroːŋ ?? et la forme proto-AA c’est le *d[n]liʔ de Shorto, remplacé jusqu’au fond de la péninsule par un mot chinois ???
    Norman et Mei, c’est sans doute pas le fin mot, mais pourquoi jeter le bébé avec l’eau du bain ?

    1. Merci de cette correction, effectivement j’ai été vite en besogne: il y a quelques propositions d’emprunts AA en chinois, comme 江 kæwŋ, qui sont en effet assez probables.

      Je crois me souvenir que Yakhontov, dans l’article où il a proposé la reconstruction du *-r- (Сочетания согласных в древнекитайском языке), comparait 江 au tibétain kluŋ « vallée, fleuve », ce qui est à ma connaissance la seule alternative à l’hypothèse austroasiatique pour l’étymologie de ce mot. Malheureusement, cet article n’est pas disponible sur internet, et Pulleyblank (1962:111) qui cite Yakhontov ne reprend pas cette comparaison:
      http://www2.ihp.sinica.edu.tw/~asiamajor/pdf/1962/1962-58.PDF

      Le seul ouvrage de Yakhontov en ligne ne parle pas de cette étymologie:
      http://www.biblio.nhat-nam.ru/Yahontov_Old_Chinese.pdf

      Je pense que le rapprochement de 江 kæwŋ < *kˁroŋ avec le tibétain kluŋ est trompeur; en effet, à l'intérieur du tibétain ce mot est plutôt à rapprocher de luŋ.ba "vallée" et de gʑuŋ < *kə-ljuŋ "centre, moelle épinière, cours d'une rivière", même si je suis incapable d'expliquer les alternances morphologiques entre ces mots (la morphologie ancienne du tibétain est malheureusement très opaque), et le sens de "fleuve" (dans le composé tɕʰu.kluŋ) doit être secondaire.

      Je pense donc que l'hypothèse d'un emprunt à un langue AA est la plus probable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *