Qui et quoi?

Même si l’on peut avoir des réserves sur la notion de vocabulaire de base (un peu trop simpliste à mon goût), il est indéniable que certains éléments lexicaux sont moins facilement remplaçables ou empruntables que d’autres, et que le sens des mots les plus résistants aux changements tend à se retrouver dans des langues non-apparentées historiquement.

Toutes les langues n’ont pas d’opposition entre des interrogatifs « qui » et « quoi » (human/non-humain) (voir la thèse de Dmitry Idiatov à ce sujet). Pour celles qui ont cette opposition, je me disais a priori que l’interrogatif « quoi », étant donné sa grande fréquence, serait plus stable que « qui ». Cette idée est toutefois peut-être démentie par les données.

La liste de Leipzig-Jakarta place certes « qui » au-dessus de « quoi », ce qui semble indiquer que le premier est moins facilement empruntable, mais la fiabilité de la base de données sur lesquelles ces mesures ont été obtenues est contestable (notamment pour le chinois, j’imagine aussi pour d’autres langues), et d’autre part la significativité statistique d’une différence de rang dans cette liste devrait d’abord être calculée.

Je ne vais pas proposer ici une démonstration bien étayée du caractère plus « basique » du pronom interrogatif « qui » par rapport à « quoi », mais quelques indices qui vont dans ce sens:

(a) Dans les langues sino-tibétaines, le pronom « qui » est remarquablement stable (japhug ɕɯ < *ɕu, Tibétain su སུ་, Khaling sʉ̂: स्यु: etc). Les langues ayant perdu cet étymon, comme le chinois, sont vraiment la minorité. En revanche, il n’est pas évident de reconstruire un interrogatif « quoi » (un candidat potentiel est Japhug (dialecte de rqaco) thi, tibétain tɕʰi ཆི་ (Amdo tɕʰə), limbou the etc, mais il est beaucoup moins répandu)
(b) Je connais plusieurs cas de langues ayant emprunté le pronom « quoi », mais qui préservent le pronom « qui ». Par exemple le japhug de Kamnyu a tɕʰi qui ne peut être qu’un emprunt à une forme de tibétain; les autres dialectes japhug ont soit tsʰi (Mangi), tʰi (Rqaco) ou xto (les dialectes de Sarndzu et Tatshi que j’appelle « xtokaviens »…). Je ne connais pas de cas opposés, où « qui » serait emprunté et « quoi » hérité (mais si des lecteurs connaissent des contre-exemples, ils sont bienvenus de les mentionner).
(c) Plus anecdoctique, mon fils Archimède qui commence à parler (il a deux ans) utilise « qui » pour désigner à la fois humains et non-humains (il neutralise donc l’opposition au profit de la forme utilisée pour les humains). J’ignore presque tout des travaux sur l’apprentissage du langage, mais j’imagine que ce doit être courant.

D’un certain point de vue, étant donné l’anthropocentrisme des grammaires humaines (ce que montrent en particulier les systèmes direct-inverse), il n’est pas surprenant que les lexèmes et morphèmes grammaticaux faisant référence aux humains soient plus stables que ceux qui font référence aux inanimés ou aux animés non-humains.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Qui et quoi?," Panchronica, 28/12/2015, https://panchr.hypotheses.org/691 (ISSN 2494-775X)

6 réflexions au sujet de « Qui et quoi? »

  1. Salut!

    Quant à la question de la stabilité diachronique de ‘qui?’ vs ‘quoi?’, ça dépend beaucoup de la famille linguistique, particulièrement des préférences dans la façon de construire les pronoms interrogatifs. Par exemple, dans diverses familles des langues africaines (« Niger-Congo »), comme bantu ou mandé, j’ai l’impression que c’est plutôt ‘qui?’ qui varient beaucoup plus que ‘quoi?’. J’en parle un peu pour les langues bantu ici:

    Idiatov, Dmitry. 2009c. A Bantu path towards lack of differentiation between ‘who?’ and ‘what?’. Africana Linguistica 15. 59-76.
    (http://idiatov.mardi.myds.me/papers/Idiatov_2009c_UNCORRECTED.pdf)

    En plus, j’avais organisé un atelier « Stability and Borrowability of Interrogative Pronominals » en 2011 à la ICHL à Osaka où il y a eu plusieurs communications intéressantes sur le sujet de la stabilité des pronoms interrogatifs (disponibles à: http://idiatov.mardi.myds.me/ICHL_interrogatives.html)

    Quant à la préférence d’Archimède pour ‘qui?’, une explication possible pourrait prendre comme le point de départ le fait que (comme j’avance dans ma thèse) ‘qui?’ est prototypiquement associé à l’opération d’identification (vs ‘quoi?’ – associé à l’opération de classification). Il me paraît plausible que dans le développement cognitif de l’enfant, l’identification devrait primer sur la classification. Chaque nouvel objet rencontré est unique, on l’identifie d’abord et pas classifie. ça prend quelque temps pour construire des catégories et apprendre que les hommes sont des êtres plus uniques que les objets.

    D’ailleurs, en français, ça aide probablement aussi que l’enfant rencontre aussi beaucoup des cas d’utilisation de la forme ‘qui’ qui ne porte pas le trait humain (comme le ‘qui’ rélatif). Je ne sais pas si tu le sais, mais l’interrogatif ‘qui?’ est/était utilisé pour les choses dans plusieurs dialectes du français (ainsi que dans le créole français de Louisiane et dans des variétés du québecois influencés par ces dialectes) et même marginalement dans le français standard jusqu’au 16-17 siècle, si je ne me trompe pas sur les dates (j’en discute dans ma thèse).

      1. Non; mais un tel remplacement ne serai qu’un cas spécial d’un remplacement de « quoi » par « quelle sorte », et pour cela il y a plusieurs exemples dans les présentations du congrès mentionné ci-dessus.

  2. Une question intéressante … Kossmann (The Arabic Influence on Northern Berber, 2013:300-301) cite deux exemples de parlers berbères où “qui” est emprunté et “quoi” hérité : Senhadja de Srair (nord du Maroc), et Igli (sud-ouest de l’Algérie). Mais le contraire est général en kabyle, un parler beaucoup plus largement répandu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *