L’étymologie de wemitigoozhi “français” en ojibwe

Avant de souhaiter un bon solstice d’hiver à tous les lecteurs de ce blog, voici une note complémentaire au billet d’hier. Ives Goddard m’a expliqué l’étymologie de wemitigoozhi `français’, et je vais ici la présenter d’une façon complètement explicite; comme cette information ne se trouve pas sur internet et doit être difficile à dénicher par soi-même, il est d’intérêt public que je la rendre disponible.

Le livre auquel j’avais fait référence hier a commis un contresens. Mais avant d’aller plus loin, il est nécessaire de dire deux mots à propos de ce que signifie une étymologie en algonquien. Les verbes algonquiens sont dans leur quasi-totalité bi- ou tripartite: ils comprennent au moins un thème initial (initial stem) et un thème final (final stem, une classe fermée) qui indique la sous-classe de verbe (transitif ou intransitif, animé ou inanimé). Certains verbes ont également un thème du milieu (middle stem) qui correspond notamment au noms incorporés (je parle brièvement de ce sujet dans cet article, voir aussi les articles de Goddard et de Garrett qui y sont cités; en gros historiquement, le thème final est un ancien verbe et tous les verbes bi- ou tripartites sont d’ancien prédicats complexes, déjà fossilisés en proto-algonquien; les lecteurs intéressés peuvent me contacter, je leur enverrai les PDF des articles les plus importants sur la question). Pour étymologiser un mot en algonquien, il faut donc identifier les différents thèmes, et rendre compte dans les cas nécessaires de dérivations entre verbes ou entre verbes et noms.

Pour expliquer wemitigoozhi, il faut partir d’un nom non attesté, mais conforme à la structure des mots algonquiens, (probablement inanimé) *meqtekw-ooš-i < *meqtekw-ooθ-i ‘bateau en bois’, qui comprend l’initiale *meqtekw- “bois” et la finale *ooθ- “bateau” (le *-i est le suffixe des noms inanimés au singulier; *θ se palatalise en *š devant *i en proto-algonquien, mais il y avait à un certain des alternances entre *θ et *š entre singulier et pluriels dans les noms inanimés de ce type; cette alternance existe toujours en ojibwe et dans la plupart des langues algonquiennes dans le système verbal, mais a été analogisée dans le cas des noms). *meqtekw- existe tout seul en ojibwe, on a mitig < *meqtekw-i ‘bâton’ et mitig < *meqtekw-a ‘arbre’. La finale *ooθ- existe en ojibwe sous sa forme non-palatalisée, qui donne régulièrement –oon-; on l’a dans des mots tels que l’adverbe anaam-oon-ag ‘sous le bateau’ (anaam– signifie ici ‘sous’,la nature de –ag est un sujet trop compliqué pour être discuté ici).

On peut dériver régulièrement à partir d’un nom X (sous sa forme possédée à la troisième personne du singulier) un verbe (intransitif inanimé) signifiant `avoir X’ en combinant le nom et la finale *–i. Ce procédé est toujours très productif en ojibwe; on peut citer par exemple:

odikomi < *wet-ehkw-em-i ‘avoir des poux’ (*-em est un suffixe nécessaire à former les formes possédées pour certains noms; *wet- est l’allomorphe du préfixe de possession de troisième personne *we- devant les radicaux en voyelle)

En appliquant le même procédé, on peut donc supposer l’existence d’un verbe *we-meqtekw-ooš-i- ‘avoir un bateau en bois’ (sans le suffixe *-em-; je ne m’étends pas sur cette question pour cause de temps).

Ce verbe aurait donné la forme *omitigoozhi en ojibwe; un tel verbe n’est pas attesté. Le participe à la troisième personne du singulier donnerait régulièrement *wemitigoozhid, avec le suffixe -d et le changement initial régulier o- => we-. On dérive ensuite un nom animé à partir du participe (en supprimant le suffixe de personne; je ne connais pas la fréquence de ce procédé de dérivation), ce qui donne la forme wemitigoozhi ‘Français’, originellement ‘ceux qui ont des bateaux en bois’.

Voilà, ce n’est pas une étymologie triviale, et présenté comme cela c’est un peu long (un vrai algonquianiste vous explique ça en deux phrases…). Pour ceux qui ont tenu jusqu’ici, voici comment dire ‘c’est Noël’ en ojibwe: niibaa-anama’e-giizhigad

C’est un verbe intransitif inanimé qui comporte giizhigad ‘être (le) jour’, dérivé du nom inanimé giizhig ‘jour’ (sur l’étymologie duquel au moins quatre articles ont été écrits), nibaa- est un préverbe signifiant ‘de nuit’ et anama’e– ‘chrétien’.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie de wemitigoozhi “français” en ojibwe," Panchronica, 24/12/2015, https://panchr.hypotheses.org/686 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.