Le français vulgaire est-il inférieur au français policé?

Il est relativement aisé de remarquer l’absence de certaines conjugaisons et de certaines constructions grammaticales du français écrit en français parlé contemporain, comme celle de l’imparfait du subjonctif ou même du passé simple. L’obsolescence de ces formes grammaticales donne facilement l’impression que le français parlé, surtout dans ses formes les plus innovantes, serait plus simple, voire intrinsèquement inférieur au français écrit et normatif. Est-ce objectivement le cas?

Définir la complexité d’une langue est un sujet intéressant, mais un blog n’est pas un médium adéquat pour traiter d’une telle question. Dans ce billet, je me contenterai de montrer que le français parlé vulgaire présente au moins dans la formation des propositions relatives une plus grande richesse syntaxique que le français écrit. Cette idée m’est venue en donnant un cours de morphosyntaxe la semaine dernière, et n’est pas fondée sur une étude de corpus (je laisse à d’autres le soin d’en tirer une étude approfondie rigoureuse).

Dans un article assez fondamental, Keenan et Comrie ont suggéré une généralisation appelée la hiérarchie d’accessibilité à la relativisation, selon laquelle les arguments et adjoints qui peuvent être relativisés (en terme de grammaire scolaire du français, les antécédents — il y a plusieurs raisons pour lesquelles ce terme n’est pas approprié dans une perspective de linguistique générale) dans une langue particulière ne sont pas distribués de façon aléatoire, mais obéissent à une hiérarchie (ici un peu modifiée):

Sujet > objet direct > objet indirect > oblique > possesseur > standard de la comparaison

Si des travaux ultérieurs ont pu affiner cette hiérarchie et modifier certains détails, l’observation générale de Keenan et Comrie semble assez robuste.

Certaines langues, comme l’anglais, permettent de relativiser tous les arguments et adjoints inclus dans la hiérarchie. Le français écrit, comme le japhug (voir cet article qui paraîtra dans le prochain numéro du Journal of Chinese Linguistics), permet de relativiser tous les éléments de la hiérarchie, à l’exception du standard de la comparaison. De quoi s’agit-il?

Dans une phrase comparative telle que:

(1) Pierre est plus intelligent que Marie

Pierre est le comparé, et Marie le standard. On peut relativiser le comparé:

(2) Celui qui est plus intelligent que Marie.

En revanche c’est impossible pour le standard — essayez par vous-même de dire en français standard l’équivalent de the person than whom I am smarter (ce n’est pas très courant en anglais, mais apparemment c’est possible).

Certaines formes de français parlé généralisent que à la place de presque tous les pronoms relatifs, comme par exemple dont utilisé dans la relativisation des syntagmes prépositionnels en de dans (3).

(3) Le truc que j’ai besoin

à la place de:

(4) La chose dont j’ai besoin

Le relatives en que dans cet état de langue fonctionnent en fait d’une façon très différente des relatives du français standard. Entre autres propriétés, elles permettent de relativiser le standard de la comparaison, dans des exemples tels que:

(5) Le type que je suis plus intelligent que lui.

Je suis à peu près certain qu’une phrase telle que (5) est possible, même si je n’ai pas réussi à en trouver sur Google, du fait de la censure (et l’auto-censure) de la langue parlée et naturelle qui sévit dans les pays francophones (les lecteurs de ce blogs sont invités à indiquer des exemples s’ils en trouvent ou en connaissent — des liens vers des vidéo d’interviews par exemple).

Les relatives en que du français parlé autorisent donc, dans des exemples tels que (5), une plus grande souplesse syntaxique que les relatives normales, et cette possibilité mériterait de pouvoir entrer dans la langue standard afin de l’enrichir, et lui faire rejoindre le cercle très restreint des langues omnirelativisantes.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le français vulgaire est-il inférieur au français policé?," Panchronica, 20/12/2015, https://panchr.hypotheses.org/659 (ISSN 2494-775X)

3 réflexions sur « Le français vulgaire est-il inférieur au français policé? »

  1. ce n’est pas très courant en anglais, mais apparemment c’est possible

    La version moins préscriptive the person I’m smarter than, sans pronom relatif et avec la “pré”position à la fin, est sans aucun doute perfectly cromulent si on suppose qu’il y aie une seule personne au monde qui soit plus stupide que moi.

    En allemand tout à fait préscriptif, die (Person), als die ich gescheiter bin ne sonne aucun alarme grammatical non plus. Mais c’est pour les référents neutres et féminins; au genre masculin, où le nominatif se distingue de l’accusatif, je ne serais pas sûr lequel choisir après als… ce qui je trouve bizarre… je ne trouve aucune raison pour choisir l’accusatif… hm. Peut-être c’est l’ordre des mots qui me confond? En tout cas, la construction est rare.

    1. Le problème avec les phrases de ce type, c’est qu’on peut être locuteur natif et ne jamais les avoir entendues; je ne suis pas surpris que tu puisses hésiter ici. Sur des langues à tradition orale, ce genre de question est d’ailleurs dangereux à étudier, il peut être très facile d’éliciter des données complètement fausses en toute bonne foi.

Répondre à David Marjanović Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.