Deux nouvelles thèses

Deux doctorantes du CRLAO, Gao Yang 高扬 et Rao Min 饶敏, ont soutenu avec succès leurs thèses respectivement sur la grammaire du menya (muya 木雅) et du guiqiong (贵琼).

La thèse de Gao Yang est la première monographie sur le menya (məɲɑ su): on ne disposait jusqu’ici que d’une liste de mots et d’un résumé de grammaire d’une quarantaine de pages. Contrairement aux travaux précédents, la description de la grammaire est basée sur un petit corpus d’histoires traditionnelles. J’ai moi-même travaillé un petit peu sur le menya au Sichuan (et aussi à Paris!); même si je n’ai jamais rien publié sur cette langue, mon travail avec des locuteurs (différents des informateurs de Gao Yang) a considérablement facilité la direction de cette thèse.

J’ai également suivi de près la thèse de Rao Min; j’ai rencontré par hasard la personne qui allait devenir son informateur principal à Dartsemdo (康定) en 2009, sur le chemin du retour de Mbarkham (à l’époque, à cause du tremblement de terre de 2008, il fallait passer par Dartsemdo puis par Rongbrag (丹巴) pour arriver à Mbarkham, soit un détour considérable, le trajet de Chengdu à Mbarkham prenant 14h au lieu de 7h!). J’ai décidé d’en profiter pour passer deux jours à Dartsemdo pour prospecter la région et chercher des locuteurs de langues locales. Suivant les conseils que Nicolas Tournadre m’avait donnés quelques années plus tôt, je me suis donc dirigé au bar tibétain le plus proche. Je me suis assis à une table à côté de quelqu’un qui buvait du chang tout seul. J’engage la conversation, et lui demande son lieu d’origine; il m’affirme être tibétain, mais ne pas savoir parler le “vrai” tibétain, car dans son village, on ne parle qu’un dialecte que personne ne comprend… aussitôt, j’entre en mode “linguistique de terrain”. C’était en fait un locuteur du guiqiong (par un hasard amusant, il s’appelle Gao Yang 高杨); il a affirmé ne pas parler la langue assez bien pour me l’enseigner, et m’a présenté à Du Xiaobing 杜小兵, un chanteur traditionnel renommé localement pour sa connaissance de la langue. C’est ce dernier qui est devenu l’informateur principal de Rao Min.


Une réflexion sur « Deux nouvelles thèses »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.