Apprenons l’ojibwe

Je reviendrai dans un prochain billet sur les raisons qui, à mon avis, justifient qu’un linguiste non spécialiste de l’algonquien, ou même tout simplement qu’un honnête homme du XXIe siècle, puisse consacrer le temps nécessaire pour apprendre à lire une langue telle que l’ojibwe. Le but du présent billet est plutôt de faire une liste des ressources qui peuvent permettre d’atteindre ce but.

Simplement sur internet, on dispose de toutes les ressources nécessaires, à savoir la triade boasienne : textes, dictionnaire et grammaire (triade que Jackson Sun appelle avec raison le « tripiṭaka- त्रिपिटक » 三藏 des linguistes).

En terme de textes, je recommande particulièrement la revue en ligne Oshkaabewis (‘le messager’), éditée entre autres par Anton Treuer (un linguiste locuteur natif), où sont présentés des textes bilingues, avec vocabulaire et enregistrements. Il n’y a malheureusement plus de nouveaux volumes parus depuis 2011, mais l’ensemble de ces volumes constitue déjà une masse considérable de documents faciles d’accès pour tous ceux qui souhaitent apprendre à lire l’ojibwe. La pérennisation de ces matériaux précieux me semble d’ailleurs importante, j’ai téléchargé tous ces fichiers, au cas où le site ferme (ce qui arrive souvent, malheureusement).

Un autre site précieux est celui de Kees van Kolmeschate, qui a transcrit des textes ojibwe et cree du XIXe siècle, ainsi que le dictionnaire de Baraga.

Comme dictionnaire, outre celui de Baraga, on dispose du magnifique Ojibwe People’s dictionary, qui contient des enregistrement de mots et de phrases par de nombreux locuteurs, et des photographies d’objets traditionnels. Malgré tout, le Concise Dictionary of Minnesota Ojibwe de Nichols et Nyholm reste très utile, car il est très pratique et facile à transporter.

Enfin, le site russe et anglais Weshki-aayaad contient une petite grammaire avec des paradigmes grammaticaux, un manuel et quelques textes. Cette liste de liens est aussi très utile.

La grammaire la plus complète (indispensable pour tous ceux qui souhaitent approfondir leur étude) est la monumentale Nishnaabemwin Reference Grammar de Rand Valentine, qui décrit les dialectes qui ont subi des élisions de voyelles (donc (A)nish(i)naabem(o)win > Nishnaabemwin).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.