Le prix Bloomfield 2016

La livre de Baxter et Sagart sur la reconstruction du chinois archaïque vient d’obtenir le prix Bloomfield de la Linguistic Society of America. C’est une excellente nouvelle non seulement pour notre équipe, mais également pour la linguistique néo-grammairienne, car c’est la première fois qu’une contribution concrète à la reconstruction phonologique d’une famille de langue (par opposition à des travaux de synthèse comme ceux de Lyle Campbell ou de William Labov parmi les précédents lauréats) est récompensé par ce prix.

Ce livre génère déjà un foisonnement de travaux sur la phonologie et la morphologie historique du chinois et de toutes les familles de langue d’Asie, comme en témoigne la conférence qui a eu lieu au début du mois sur laquelle j’ai déjà écrit un billet, et contribue à relier les domaines jusqu’alors hermétiquement séparés que sont la phonologie du chinois, la linguistique historique (du sino-tibétain, du kra-dai, du hmong-mien, du mon-khmer et même de l’indo-européen), la paléographie du chinois et l’archéologie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *