Le problème des *-r- du chinois archaïque

Tous les systèmes de reconstruction du chinois archaïque actuellement utilisés, y compris celui de Baxter et Sagart, reconstruisent des médianes *-r- en grande quantité, pour des raisons essentiellement internes au chinois. La proportion des syllabes ayant des médianes *-r- est bien supérieure à celle que l’on trouve en tibétain et en rgyalronguique (voir
cet article), et même sans doute à celle de n’importe quelle langue humaine attestée (si l’on compte tout, on dépasse 30% des syllabes de la langue!). A la différence des autres langues sino-tibétaines, on trouve beaucoup de groupes de type dentale+r (en rgyalronguique, ils sont restreints aux mots d’origine idéophoniques, car *tr > tʂ, et en tibétain, on ne trouve que dr-, ou d- est toujours un préfixes).

Le problème toutefois que je trouve le plus gênant est l’absence presque complète de preuves directes de *-r- dans les emprunts au chinois archaïque en viêtique et en kra-dai, langues qui pourtant ont des médianes -r-. (Dans les cognats du chinois en tibétain et en rgyalronguique, les correspondances de la médiane *-r- sont assez peu claires, mais ce problème peut être dû à la morphologie, et je n’entre pas dans le débat ici.)

Je pense que c’est le signe que ce que nous reconstruisons comme *-r- doit résulter de la confusion de nombreux types de groupes de consonnes différents. Notons d’emblée que dans les langues dont l’histoire est mieux connue, la rétroflexion a de nombreuses origines — notons la loi de ruki par exemple en indo-iranien.

Je ne vais toutefois pas résoudre ce problème d’une immense complexité dans ce petit billet (mais les lecteurs de ce blogs peuvent réagir à ces idées préliminaires).

Dans cet article, Zev Handel a proposé qu’une des origines pour les syllabes reconstruites traditionnellement comme ayant des *-r- avaient en fait des préinitiales *r-, en particulier les dentales; ainsi les occlusives rétroflexes du chinois moyen ʈ, ʈʰ et ɖ (traditionnellement appelées 知徹澄) viendraient de *rt-, *rtʰ, *rd-.

Je pense que cette idée, bien qu’elle n’ait pas fait l’objet d’une discussion ouverte de la part des spécialistes du domaine est assez certainement correcte. Elle ne résout pas le problème du *-r- (car même si on compte en tibétain ou en rgyalronguique les syllabes à attaque de Cr- ET rC-, ont est toujours très très loin du compte pour parvenir à une langue aussi rhotophile que le chinois archaïque traditionnellement reconstruit), mais c’est déjà un premier pas.

A la lecture de l’article de Zev, Michel Ferlus avait fait part d’un doute concernant la vraisemblance phonétique d’un changement tel que *rt > ʈ, et avait proposé qu’une métathèse avait dû avoir lieu.
Je pense toutefois que c’est une hypothèse inutile. Nous avons un parallèle typologique extrêmement bien attesté pour un changement direct de type *rt > ʈ, le sanskrit et les prakrits.

En sanskrit, selon la loi de Fortunatov, le groupe *-lt- de l’indo-européen devient ट (ʈ); dans les prakrits, on a ensuite une correspondance généralisée de *rT vers les rétroflexes, comme vartate > vaṭṭai avec un gémination (voir l’article de Burrow; je peux envoyer un PDF aux lecteurs intéressés). Le passage de *rt à -ʈʈ- en moyen-indien n’a pas pu passer par une étape *tr, car tr > t sans rétroflexion.

Il me semble donc qu’il n’y a pas d’obstacle à accepter l’hypothèse de Zev Handel; toutefois, ce n’est qu’un premier pas pour tenter de rassembler des hypothèses additionnelles pour expliquer le surplus de *-r- dans la reconstruction actuelle (quelles sont, mis à part *r, les segments rhotogènes dans les langues du monde?).

Références
Handel, Zev. 2002. Rethinking the medials of Old Chinese : where are the r’s ? Cahiers de linguistique – Asie orientale 31(1): 3-32. https://www.academia.edu/11754167/On_the_cluster_sr_in_Sino-Tibetan

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le problème des *-r- du chinois archaïque," Panchronica, 16/11/2015, https://panchr.hypotheses.org/518 (ISSN 2494-775X)

21 réflexions au sujet de « Le problème des *-r- du chinois archaïque »

  1. J’ai oublié ce que j’avais dit sur Zev !
    Le changement *rt>ʈ est tout à fait possible en général. Mais en chinois il faut le passage par *rt>tr sinon comment expliquer la formation du grade II ?
    Le grade II résulte d’une sorte de « vélarisation » de -r- dans les groupes pr- tr- kr-. Cette « vélarisation » ne peut se réaliser au grade III (type B) à cause de la voix soufflée (breathiness) qui s’est développée avant.

  2. About the proportion of words with medial -r-, I’d like to see some more precise figures. The impression that we have a lot of rs may come in part from the fact that we write « *(r) » in cases where the presence of *r would be undetectable if it were there; it doesn’t mean that we have any reason to reconstruct an *r there (B&S 2014:7). So they should be left out of the count.

    So I checked our database among the words whose reconstructions we have released (at http://ocbaxtersagart.lsait.lsa.umich.edu/):
    Total words released: 4974.
    Words with *-r-, *–, or *-(r)- among these: 1512 (that’s presumably where « 30% » comes from?)
    When *-(r)- is excluded:
    Percentage of words reconstructed with *-r- or *–: 1070 / 4974 = 21.5 %.
    So the problem, if it’s a problem, is only 2/3 as serious as originally estimated.

    1. The figures indicated only indclude non-ambiguous *-r-.

      The figures of approx. 20% in my article on *-sr- on the onther hand, and approx. 30% in the post on the other hand, are based on different calculations.

      20%+ was obtained by counting characters in the electronic QY that are either second division, chongniu san, or with Tr-/TSr-/sr initials (or with any of these combined). I am glad you get a similar figure with a different calculation.

      Roughly 30% (I forgot the exact value, but it is easy to reproduce) is obtained if you count not the number of characters, but the number of distinct MC syllables with the above-mentioned properties.

    2. As a point of comparison, let us now take Japhug — Gyalrongic languages should be taken seriously by anyone reconstructing OC, as these are the only languages in this part of the world where clusters with affricate+r among others (such as tsr, for instance), are actually attested, and not accessible only through reconstruction.
      In my dictionary of Japhug, using the following regex (in notepad++ syntax):
      lx \w*[^aeiouɯɤy]r[aeiouɯɤy].?$
      which basically can be translated as « any word ending in CrV(X), C being a consonnant, V a vowel, and (X) an optional additional character » (since there are no complex codas), counting the number of words whose last syllabe (nearly always the most complex, except in a few Tibetan loanwords), contains a cluster whose last element is r (it also includes words whose last syllable is rVC, preceding by another syllable containing a consonant coda, so it slightly overestimates the count).

      we obtain 468 words (out of 6790), thus roughly 6.8%. With 20% of Cr clusters in your OC reconstruction, you have three times as many clusters as Gyalrongic languages (which, in my feeling, are already conspicuously rhotophile languages).

      If we now count the number of words ending with r(CC)CVC syllables, using the following regex:
      lx \w*r[^aeiouɯɤyr]{1,4}[aeiouɯɤy][^r]?$

      We obtain 642 matches (NB: this number still slightly overestimates the exact nb)

      Taken together, this gives us 16%, still much below your 20%.

  3. I absolutely agree that it is unlikely that all cases of Middle Chinese second division derive from *rC- or *Cr-. As you rightly point out, it is typologically very odd for such a high percentage of the lexicon to possess such clusters. Throughout the twentieth century there was a tendency toward categorical solutions to problems of Old Chinese reconstruction. Once it was discovered by Yakhontov in 1960 that some MC second-division words derived from OC *r (Yakhontov’s *l), it was assumed by almost everyone in the field that this was the single source of all second-division words. But there is no a priori reason for this to be the case. Any Middle Chinese category might result from multiple OC origins.

    On the other hand, if Sagart is correct that nearly all cases of proposed *-r- are morphological, then this could well account for a typologically unusual prevalence of *Cr clusters in OC. One would have to assume both that *-r- acquired more functions than its predecessor in PST and that it become more widely employed in lexical derivation. I wonder if we can find parallels in other languages for similarly aggressive affixes.

    1. sinon, c’est peut-être l’indice que ce que nous reconstruisons comme un infixe *-r- résulte en fait de la confusion de plusieurs procédés morphologiques complètement distincts.

  4. Comme toujours, on n’a pas besoin d’aller très loin pour trouver des changements phonétiques « exotiques » ! En scandinave du Nord (y compris dans les parlers d’Oslo et de Stockholm), il y a une coalescence de r+coronale > rétroflexe, qui fonctionne même sur la frontière des mots. En suède de Stockholm (Wikipédia) : för tunn /før tɵnː/ « too thin » se prononce [fœ̞ˈʈʰɵnː].

    1. oui, merci pour cet exemple aussi; comme en prakrit, il s’agit d’un changement restreint à l’intervocalique, mais c’est dû à l’absence d’attaques de type rC dans ces langues.

  5. Autre question, si on dérive les rétroflexes du chinois ancien de rC-, on pourrait s’attendre à ce que le vietique assigne r- préinitial à ses présyllabes. Dans ce cas le C chinois devrait être spirantisé en vietnamien. De tels cas existent-ils ?
    De même les r- préinitiaux devraient avoir un effet sur les C initiaux en Min. Est-ce le cas ?

    1. je suis bien conscient du problème, et je n’ai pas de solution — c’est indéniable plus facile d’avoir des doutes et de critiquer les solutions précédente que de trouver un modèle cohérent 🙂
      Note toutefois que, pour autant que je le sache, on n’a pas de groupes Cr en vietique dans les mots reconstruits avec *-r-.

      1. In Martha Ratliff’s reconstruction of PHM and PH, OC loanwords have medial *-r- corresponding to OC medial *-r- when the initial is acute:

        畟 *Nə-[tsʰ]rək > tsrhik > cè ‘sharp-cutting’ : MR pH *ntsræw C ‘sharp’. (loss of aspiration after iambic nasal prefix )
        直 *N-t<r>ək > drik > zhí ‘straight’ : MR pH *ndzræw C ‘vertical/upright’
        張 *C.traŋ > trjang > zhāng ‘draw a bow’ : MR pH *traŋ A, pM *truŋ ‘CLF-tools’
        仲 *N-truŋ-s > drjuwngH > zhòng ‘middle (of brothers)’ : MR pHM *ntroŋ ‘center, middle’; WM PHM ɳʈɒŋ A/C
        蝨 *srik > srit > shī ‘louse’ : MR PHM *ntshreiX ‘louse’.
        眨 *mə-[ts]ˤr[a]p > tsreap > zhǎ ‘blink, wink’ ( kaewX > jiǎo ‘disturb’ : MR pHM kleu ‘to fry’
        峽 *N-kˤ<r>ep > heap > xiá ‘mountain pass (not in GSR)’ : MR pH *ɢlow D ‘mountain pass’
        圉 *m-qʰ<r>aʔ > ngjoX > yǔ ‘prison; keep in enclosure’ : MR pHM *ŋgluə A ‘cattle pen, prison’ T!
        狗 *Cə.kˤroʔ > kuwX > gǒu ‘dog’ : MR pHM *qluwX ‘dog’
        鉸 *mə-[k]ˤr[a]wʔ > kaewX > jiǎo ‘shear; scissors’ : MR pM *ʔglji̯eu B ‘scissors’ ( drwijH > zhuì ‘fall down’ : MR pH *mblu̯eiC ‘shed leaves/drop’

        In yet other examples, regardless of the initial, there is no medial at all:

        瘡 *[tsʰ]raŋ > tsrhjang > chuāng ‘boil, tumor’ : MR pHM *tshaŋ A ‘sore/blister/boil’
        滑 *Nə-gˤrut > hweat > huá ‘slippery’ : MR pHM *ɴɢu̯at ‘smooth/slippery’
        賣 *mˤrajʔ-s > meaH > mài ‘sell’ : MR pHM mɛjH ‘sell’
        瓦 *C.ŋʷˤra[j]ʔ > ngwaeX > wǎ ‘roof tile’ : MR pHM *ŋʷæX ’tile’.
        下 *gˤraʔ > haeX > xià ‘down’ : MR pHM *GaX ‘low/short’, pH *ɴɢa B ‘to descend’, pM *ɣa C ‘descend’
        紵 *mə-draʔ > drjoX > zhù ‘ramie; flax’ : MR PHM ramie/hemp *nduH.

        Note that these are all PHM (not PH). One possibility is that they were assigned to PHM on the grounds of independent loans to Hmongic and Mienic languages, made after the loss of -r- in Chinese.

        1. These PHM loans certainly constitute strong evidence that has to be accounted for.

          I’m confused about the presence of PH(M) *-l- in these examples (with grave initials):

          峽 *N-kˤep > heap > xiá ‘mountain pass (not in GSR)’ : MR pH *ɢlow D ‘mountain pass’
          圉 *m-qʰaʔ > ngjoX > yǔ ‘prison; keep in enclosure’ : MR pHM *ŋgluə A ‘cattle pen, prison’ T!

          Is there an explanation for their presence?

          1. Both ‘mountain pass’ and ‘prison; keep in enclosure’ have r between angle brackets. I don’t understand why they appear in my post as if they had no r. They do have r in our database, and ‘mountain pass’ is division II, of course. Perhaps material in angle brackets is invisible in the editor used by Guillaume’s blog.

          2. You’re writing HTML. Angle brackets are interpreted as the beginnings and ends of HTML tags, and HTML tags that don’t exist are filtered out. There is no <r> tag, so it got deleted.

            The trick is to write HTML entities:
            < = &lt
            > = &gt;

        2. The problem with the HM evidence is that no HM language has an actual r in the cognate sets reconstructed with *tsr, so this r here might just be taken to be a symbol of retroflexion.
          Only clusters with velar+l or labial+l have real clusters in HM languages (and of course, I fully agree that these constitute uncontroversible evidence for the existence of such clusters in OC).

  6. In the case of words with OC laterals clustering with r, such as:

    腸 *lraŋ > drjang > cháng ‘intestines’
    程 *leŋ > drjeng > chéng ‘rule, norm’
    鋤 *s-[l]a > dzrjo > chú ‘hoe (n.)’
    蟲 *C.lruŋ > drjuwng > chóng ‘insect’
    櫂 *lˤrewk-s > draewH > zhào ‘oar’
    澤 *lˤrak > draek > zé ‘marsh; moisture’

    The evolution to MC retroflexes is independent from the change of laterals to alveolar stops, at least in type B (laterals do not change to stops in other type-B words). The evolution to retroflexes involves the insertion of a parasitic -d- between l and r: OC *lr > ldr > MC dr- (etc.). Insertion of a parasitic d makes sense in the middle of lr-; compare other cases of insertion of a parasitic homorganic voiced stop after a nasal and before r: *mr > mbr (Sp. hombre), *nr > ndr (Gk. andros). It makes less sense if we are really dealing with an OC *rl. I do not know any examples of rn > dr, rm > br, rl > dr.

    1. Ce sujet soulève encore un autre problème: les groupes rl- sont très courants en ST, mais en revanche je ne connais pas de langue dans la famille qui ait lr-; certes, il est possible que certains groupes jr- du japhug viennent de *lr- (comme dans ɯ-jroʁ « trace »), mais cela reste à étayer avec des données comparatives.

      Si l’affirmation de Baroni (2014:78):
      https://www.academia.edu/11510040/The_Invariant_in_Phonology._The_role_of_salience_and_predictability
      selon laquelle les groupes lr- ne sont pas attestés dans les langues du monde est sans doute trop forte (je pense par exemple qu’on a peut-être un exemple en wan, une langue mandé étudiée par Tatiana Nikitina), ils sont indéniablement moins courants. Concernant l’origine de ɖ dans les séries à latérales, je ne pense pas que *rl > *rd > ɖ sont une hypothèse impossible même en type B; la fortition du l en occlusive s’observe dans certains groupes de consonnes en tibétain, comme zl- > zd-. Je ne connais pas de langue tibétaine où rl > rd, mais je ne serais pas surpris d’en découvrir une.

      1. In my 2002 article I did not mention *lr- initials; however, in my 2009 book (Old Chinese Medials and Their Sino-Tibetan Origins) I very briefly discussed these clusters on page 224:
        « The *r-prefix hypothesis also allows us to revise Baxter’s [1992] unwieldy *lr- and *hlr- clusters (as sources of MC ḍ- and ṭh- in lateral series) to *r-l- and *r-hl-. This revision
        is in fact anticipated by Baxter in his discussion of these clusters (1992:198-199). »

    2. précision supplémentaire concernant le wan (je viens de me renseigner): cette langue a seulement lr-, pas de rl-, mais le lr- est phonologiquement un /ɗɗ/ géminé initial, d’après Tatiana.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *