Journées d’étude sur la phonologie historique du chinois

Je viens de participer à deux journées d’étude au SOAS intitulées Recent advances in Old Chinese Historical Phonology à propos de la phonologie historique du chinois, rassemblant des phonologues du chinois, des philologues, des linguistes de terrain comparatistes et des indo-européanistes pour discuter de la nouvelle reconstruction de Baxter et Sagart.

Cette rencontre organisée par Nathan Hill était très dense, et quasiment toutes les interventions étaient riches et intéressantes; il est rare de pouvoir aborder collectivement des questions techniques sur ce sujet un peu ésotérique.

Plusieurs interventions (celles de Marc Miyake, de Laurent Sagart et aussi de Lai Yunfan) portaient entièrement ou en partie sur la question épineuse de l’opposition dite A/B en chinois archaïque, reconstruite, suivante Jerry Norman, comme une opposition de pharyngalisation dans le système de Baxter / Sagart.

Mattis List a présenté un outil d’analyse des rimes du Shijing encore à l’état de prototype, mais qui ouvre des perspectives d’un immense intérêt pour l’usage de ces données dans la reconstruction du chinois archaïque, et notamment facilite l’évaluation immédiate d’hypothèses (il a d’ailleurs été utilisé pour revérifier la réalité de l’opposition entre la rime *-an et la rime *-on du chinois archaïque lors de la discussion d’une des interventions).

D’autres (celles de Gong Xun, de Mark Alves, de Hannes Fellner) ont étudié dans des perspectives différentes le contact entre le chinois et les langues avoisinantes; Gong Xun a proposé une nouvelle reconstruction du proto-Bai qui rend obsolète les travaux précédents sur la question.

Une autre catégorie d’interventions (celles de Christoph Harbsmeier, Marco Caboara, Matthias Richter, Park Haeree and Deng Lin) concernaient plus la philologie, notamment sur l’usage de la reconstruction pour interpréter les parties phonétiques des caractères dans les textes excavés, soit pour comprendre certaines alternances morphologiques à l’intérieur du chinois.

Les présentations de Lai Yunfan, de Yeshes Sotrug, ainsi que la mienne portaient sur les comparaisons morphologiques entre chinois et autres langues sino-tibétaines. J’espère que certaines de ces comparaisons pourront être utiles pour les philologues du chinois pour affiner l’interprétation des alternances lors de la lecture des textes. Je pense que pour que l’étude des alternances morphologiques dans les textes chinois progresse vraiment, il serait hautement désirable que les philologues du chinois aient une expérience directe de lecture de textes dans des langues sino-tibétaines à morphologie riche, notamment rgyalronguiques ou kiranties; à quand une chaire de rgyalrongologie à l’université de Pékin et un enseignement obligatoire du japhug pour tous les étudiants en mastaire de phonologie historique?

Il est à espérer que d’autres événement du même type auront lieu à l’avenir, et que des liens solides pourront se tisser entre linguistes de terrains, philologues et aussi indo-européanistes, qui j’espère pourront nous rejoindre et nous aider à introduire en sino-tibétain la linguistique néogrammairienne.


4 réflexions au sujet de « Journées d’étude sur la phonologie historique du chinois »

  1. Gong Xun a proposé une nouvelle reconstruction du proto-Bai qui rend obsolète les travaux précédents sur la question.

    Et donc? 🙂 Je sais que certains ont proposé que le bai soit le plus proche parent du chinois, et que plus tard un article avec « unlimited borrowing » dans le titre soit paru, selon lequel les similarités ne sont que des couches et des couches d’emprunts qui vont jusqu’au fond; qu’est-ce que la nouvelle reconstruction peut dire sur cette question?

    1. Il vaudrait sans doute mieux que Gong Xun explique lui-même son point de vue, mais voici quelques réflexions sur la question. Sa présentation (préparée en seulement une dizaine de jours!) démontre que (1) les groupes de consonnes reconstruits dans les systèmes de proto-Bai précédents sont des mirages dus à la non-identification d’une séries de distributions complémentaires assez élémentaires (2) la couche chinoise la plus ancienne du Bai n’est pas plus ancienne que l’époque Han, et il n’y a aucune raison de considérer le bai comme le parent le plus proche du chinois.
      Deux possibilités restent:

      (a) il s’agit de la première branche des langues chinois encore actuellement parlées, avec un fort substrat non-chinois d’une langue sino-tibétaine non-identifiée, mais probablement apparentée aux langues les plus occidentales (birmo-qianguiques).

      (b) selon l’avis de Sagart et Li, il s’agit d’une langue non-chinoise presque entièrement recouverte par plusieurs couches de chinois, dont une d’époque Han.

      Le problème fondamental pour départager entre (a) et (b), c’est le manque de morphologie en bai, qui pourrait être le critère décisif. Le vocabulaire non-chinois du bai est manifestement très réduit, et très difficile à étymologiser. La reconstruction de GX portant sur la couche chinoise d’époque Han du bai, elle ne peut pas pour le moment contribuer directement à cette question.

    2. Dans mon intervention sur ce sujet, j’ai mentionné qu’il existe trois positions possible sur la position génétique du bái : 1) sinitique ; 2) non sinitique avec une quasi-relexification chinoise ; 3) parenté proche avec le sinitique mais non pas dérivable à partir du chinois archaïque. Ce qu’a démontré mon intervention est que 3) n’est pas une position aisée à défendre : le vocabulaire sino-bái s’avère assez tard (2 siècles autour de l’Annus domini) et il ne démontre pas d’archaïsmes phonologiques importants qui n’existe pas dans d’autre dialectes conservateurs du chinois.

      Entre les deux premières options, un choix qui ne figure pas dans les motivations de mon talk, ma propre intuition est assez simple : pour moi l’hypothèse nulle est que le bái est un dialecte chinois. De toute manière, les poux, la main, le pied, l’anatomie masculine et féminine, уби́ть et вы́ебать sont tous chinois de la plus ancienne couche phonologique, avec même un mot tardif non-ST pour les yeux. J’attends encore que quelqu’un (ou moi-même un jour) parvient à me donner des raisons convaincantes pour la position que le bái n’est pas sinitique. Les pronoms et le nombre « un » ne sont pas très utiles, comme ils sont déjà très variables parmi les dialectes chinois.

      Un mot problématique est le bái *suaC « le sang » (dans ma reconstruction qui ne diffère pas des précédentes). S’il était chinois (*xuet < *m̥ik), on aurait dû avoir *xuaC ou *xuiC. De l'autre côté, *suaC se compare bien avec le proto-loloish *sue², tɑ-sɑ́ʔ etc. en rgyalronguique, proche du lolo-birman. Mais un cas de contamination, comme pour le mot « haut » en français, n'est pas à exclure.

      Il reste aussi la possibilité que le mot « sang » soit carrément emprunté au birmo-qianguique, par un tabou parmi les anciens Bái, par exemple. Un tel tabou n'est certainement pas inimaginable : c'est la raison pour laquelle on dit blood, sang et krew dans de différentes langues indo-européennes. Ce qui est encore plus pertinent, chez les Càijiā qui ont une langue prochement apparentée à celle des Bái, le mot « sang » se dit tsʰɿtsʰɿ « 赤赤, rouge-rouge ». Un tabou partagé peut avoir entraîner à de différentes solutions chez les Bái et les Càijiā.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *