Chevrons, avant-toits et uvulaires en chinois archaïque

Le mot tibétain lcam-shing (ltɕam.ɕiŋ dans ma transcription) désigne le chevron (en chinois 椽子 chuánzi). Une origine possible du tibétain lcam est *lhjam (voir cet article).

Cette reconstruction me fait penser au chinois 檐 yem ‘avant-toit’, dont la classe de rime en chinois archaïque (韵部) est *-am de façon non-ambiguë. Une des origines du chinois moyen y- est bien la latérale *l-, donc *lam serait une forme qui pourrait mécaniquement donner le chinois moyen yem et les formes qui en dérivent dans les langues chinoises modernes. Admettons pour le moment cette reconstruction, je reviendrai plus bas dans ce billet sur les problèmes qu’elle soulève.

Le proto-tibétain *lhjam et le chinois archaïque *lam se ressemblent suffisamment pour justifier une étude plus détaillée de la possibilité d’une relation entre les deux mots. Sémantiquement, le rapport entre ‘avant-toit’ et ‘chevron’ n’est pas immédiatement évident, mais comme le montre cette photographie, les chevrons sont en fait assez visibles sur les avant-toits dans l’architecture chinoise, et par conséquent il n’est pas exclu que le terme ‘avant-toit’ puisse avoir été formé à partir de celui désignant le chevron:

Phonétiquement, on observe deux différences entre la forme pré-tibétaine *lhjam et la reconstruction en chinois archaïque proposée *lam. Tout d’abord, la différence d’aspiration, sur laquelle je n’ai pas d’explication. Deuxièmement, la présence de palatalisation en tibétain, qui pourrait s’expliquer de deux façons: (1) lcam serait un emprunt au chinois 檐 yem < *lam à une étape intermédiaire (époque Han) où la palatalisation commençait à apparaître, mais avant la disparition de la latérale. (2) un certain nombre de mots tibétains natifs présentent une palatalisation mal expliquée (que je discute dans cet article), due dans certains cas à l’usage de la palatalisation pour former des mots du vocabulaire honorifique (ce qui n’est sans doute pas le cas ici).

Il semble peu probable qu’un mot aussi technique puisse être cognat entre les deux langues, mais nous ne pouvons pas exclure un emprunt dans un sens ou l’autre: la présence d’emprunts au chinois archaïque en tibétain est un fait avéré (lcags < *lhjaks ‘fer’ de 铁 *l̥ˤik, me.long ‘miroir’ de 铜 *lˁoŋ ‘bronze’ etc), ou du tibétain ou d’une langue himalayenne vers le chinois, comme c’est le cas pour le mot ‘yak’ (voir ce manuscrit).

Cette étymologie pose néanmoins un problème dans la nouvelle reconstruction de B. Baxter et L. Sagart (2014). En effet, alors que d’autres systèmes de reconstruction du chinois archaïque reconstruisent *l pour tous les y- du chinois moyen, Baxter et Sagart reconstruisent une uvulaire *ɢ dans certains cas, pour des raisons très convaincantes mais trop longues à expliquer sur ce blog. Dans leur nouvelle reconstruction, 檐 yem ‘avant-toit’ est reconstruit comme *Cə.[ɢ]am avec une uvulaire, et non avec une latérale.

La comparaison proposée avec le tibétain est-elle impossible pour cette raison? C’est là que la philologie du chinois doit entrer en jeu (malheureusement, ce n’est pas mon point fort). La reconstruction avec uvulaire dépend crucialement de l’usage de 詹 comme élément phonétique dans ce caractère, et une étude sur les textes excavés de l’usage de ce phonétique serait bien utile, mais je suis mal équipé pour m’en charger.
La série phonétique qui contient ce caractère a des occlusives dentales (膽 tamX < [t]ˤamʔ) et des affriquées alvéolo-palatales (瞻 tɕem, reconstruit *[t.q]am), mais pas à ma connaissance de caractères imposant une reconstruction d’uvulaire dans cette série. Ainsi, il serait tout aussi possible, dans le système de Baxter et Sagart, de reconstruire cette série comme une série à latérale:

yem < *lam
tamX < *t-lˤamʔ
tɕem < *t-lam

Dans cette hypothèse, la comparaison entre tibétain lcam et chinois 檐 yem ne serait pas un mirage de la reconstruction.

Références

Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Jacques, Guillaume. 2013. On pre-Tibetan semi-vowels. Bulletin of the School of African and Oriental Studies 76.2:289–300.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Chevrons, avant-toits et uvulaires en chinois archaïque," Panchronica, 24/10/2015, https://panchr.hypotheses.org/490 (ISSN 2494-775X)

7 réflexions au sujet de « Chevrons, avant-toits et uvulaires en chinois archaïque »

  1. In your proposal for a lateral reconstruction of the series, you write « *t- » rather than « *t. » in 膽 tamX < *t-lˤamʔ and 瞻 tɕem < *t-lam, implying the presence of a morphological prefix. Baxter & Sagart do not reconstruct any prefixal element for these words (although the possibility is not excluded by their reconstructions).

    Do you intend to suggest the presence of a derivational *t-, and if so, how does it fit the semantics of these words?

    1. J’avoue ne pas avoir réfléchi à la question lorsque j’ai écrit le billet; maintenant que tu soulèves la question, effectivement on pourrait suggérer que *t- dans 膽 tamX < *t-lˁamʔ soit une trace du préfixe de possesseur indéfini (comme dans 肘 ʈjuwX < *t-kruʔ). Pour 瞻 je ne sais pas; d'autre part je ne connais pas d'autres mots dans la série ayant des cognats ailleurs dans la famille trans-himalayenne.

  2. Ce mot est giam2 à Longyan, un dialecte Min. Nous pensions plutôt au mot tibétain écrit ɣyam-pa (=g.yam, pas gyam) ‘a slab of slate, roof-slate’ (Jaeschke).

    1. En tibétain g.yam est la forme abrégée de g.ya’ ma « 石板 », composé de g.ya’ et du suffixe -ma; g.ya’ a bcp de sens distincts, mais celui de ‘pierre plate’ apparaît par exemple dans g.ya’ ri « 片石山 » « montagne couverte de pierres plates, montagne pierreuse ». Je pense donc que g.yam n’a rien à voir avec 檐 yem, quelle que soit l’étymologie de ce dernier.

      Cela me conduit d’ailleurs à me demander si le Japhug aʁɟa ‘être tout dénudé 光秃秃的’ (verbe statif dénominal avec a- dérivé de ʁɟa ‘complètement, tout le long’, originellement sans doute ‘qui est tout dénudé’), qui s’emploie notamment à propos des montagnes sans arbres, n’est pas un emprunt du tibétain g.ya, par l’intermédiaire d’un autre dialecte rgyalrong où j passe à ɟ (son homophone en tibétain g.ya ‘vert de gris’ donne ʁja en japhug, c’est la correspondance régulière pour les emprunts).

      1. OK pour ton explication de g.yam qui effectivement exclut cette forme comme un cognat de 檐 .
        Cependant le mot à Longyan est toujours giam.
        D’autre part les mots OC en LAM ont tendance à être écrits avec le phonétique 617 炎.
        Un autre argument en faveur de l’initiale uvulaire est que le caractère a une variante homophone 壛 paléographiquement assez ancienne (Zhan Guo, mais je n’ai pas de date précise). 壛 appartient à la série 672, qui est vélaire/uvulaire.
        De plus Duan Yucai dans son commentaire du Shuowen rapproche 檐 de 隒 ngjemX  » pan de montagne où les rochers sont stratifiés » (“檐之言隒也 »).
        Il n’y a pas de preuves claires d’une initiale latérale. Les connexions seraient plutôt vers les vélaires/uvulaire.
        Enfin je ne vois pas bien où sont les chevrons dans l’image que tu as donnée.

        1. Dans la série GSR 619, je remarque qu’un certain nombre de caractères sont reconstruits avec une dentale (pas avec un groupe comprenant une uvulaire).

          襜 chān tsyhem (tsyh- + -jem A) *[tʰ]am apron; shake, move (skirts) 0619e
          擔 dān tam (t- + -am A) *mə-tˤam carry on the shoulder

          D’autre part, il n’est pas absurde de penser que:
          噡 zhān tsyem (tsy- + -jem A) *[t]am speak, chat 0619b

          puisse être apparenté à:
          談 tán dam (d- + -am A) *lˤ[o]m speak 0617l

          ce qui serait un point de plus en faveur de l’hypothèse d’une série latérale.

          Enfin, vous avez un mot de la série reconstruit avec une latérale:
          憺 dàn damX (d- + -am B) *[l]ˤamʔ calm 0619m

          >Enfin je ne vois pas bien où sont les chevrons dans l’image que tu as donnée.

          Là où est marqué 椽子 en noir (je reconnais que ce n’est pas très clair, mais je n’ai rien trouvé de mieux comme photo).

          1. Oui, techniquement tu peux toujours considérer les séries comme 619 comme des séries latérales avec des présyllabes t., q. etc. qui forment cluster et se simplifient en MC t-, ‘, etc. C’est le traitement que je donnais dans ROC. Mais c’est artificiel et trop facile. Et comme tu me l’as toi-même fait remarquer, cela conduit à reconstruire trop de latérales.

            En fait GSR 619 est une série tardive. Karlgren l’a assemblée sur la base des caractères Kaishu. Plus anciennement, elle semble avoir deux origines : une série de type TAM, et une autre de type QAM, confondues graphiquement. Il n’y a pas d’explication unique qui résolve tous les problèmes, que tu considères la série comme TAM, LAM ou QAM. Les racines en TAM (619a,b,c,e,k) ont pour certaines d’entre elles des mots avec dans la série GSR 618 占: parler (618a), observer (618f,g). Pour ‘parler’, compare WT gtam.

            La série en QAM, qui comprend 檐 , utilise 厃 (homme debout sur une falaise) comme phonétique: ce 厃 est apparemment une façon ancienne d’écrire 危險的險: *qʰr[a]mʔ.

            Le graphe 言 est commun aux deux séries : dans la série QAM il semble être un phonétique secondaire, dans la série TAM un élément sémantique. D’où peut-être la confusion entre les deux séries.

            Les contacts entre 619 et 617 comme 澹-倓 « calme, tranquille » sont probablement tardifs, datant de l’époque où *dˤam et *lˤam étaient devenus homophones.

            Et je ne vois toujours pas les chevrons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *