Les scissions non-conditionnées: mythe ou réalité?

La linguistique historique de l’indo-européen n’est devenue une discipline rigoureuse que lorsque l’idée de la régularité des changements phonétiques a été adoptée par l’ensemble de la communauté des spécialistes de ce domaine. Ce principe simple a des conséquences nombreuses et parfois inattendues, sur lesquelles nous reviendrons dans d’autres billets. L’une d’entre elles est l’impossibilité des scissions non-conditionnées (unconditioned split).

Ainsi, dans une perspective strictement néo-grammairienne, si entre plusieurs langues on observe des correspondances multiples pour un même son, seulement quatre hypothèses sont possibles:

  • Reconstruction d’un phonème qui n’est distinct dans aucune des langues étudiées, mais qui s’est confondu de façon différente dans chaque langue.
  • Changement phonétique conditionné (qui ne s’applique que dans un contexte très précis)
  • Effet de la morphologie (à l’intérieur d’un même paradigme, des effets d’analogie vont obscurcir les lois phonétiques régulières)
  • Mélange de dialectes ou emprunts.

Ce principe a été remis en cause par l’école de la diffusion lexicale (lexical diffusion, voir par exemple Wang 1977), qui ne sera pas l’objet du présent billet mais à propos de laquelle je reviendrai plus tard. Mon but aujourd’hui portera uniquement sur les travaux de chercheurs d’obédience néo-grammairienne, qui souscrivent au principe de la régularité des changements phonétiques.

Plusieurs écoles de linguistique historique admettent néanmoins, souvent implicitement, l’existence de scissions non-conditionnées.

C’est le cas en austronésien, où Blust par exemple (2008) reconstruit *b > b et *b > ɓ dans certaines langues sans conditionnement visible. Dans ce cas, l’idée est que la reconstruction du proto-austronésien est si solide que des ‘aberrations’ spécifiques à une langues ou un petit groupe de langues peuvent être négligée. N’étant pas spécialiste du domaine, il m’est difficile de juger mais je suis peu déçu de ne pas voir un débat sur ce sujet.

En algonquien, on suppose une scission non-conditionnée pour le passage à zéro du *p et du *k en cheyenne (à l’initiale, la correspondance de *k est particulière, voir Leman 1980 et Proulx 1982). Proulx (1982) propose qu’il s’agit là du résultat d’un mélange de dialectes (certains dialectes proto-cheyenne auraient subi *k,p > zéro, et d’autres auraient préservé ces obstruentes comme k et v). Goddard (1988) montre toutefois que cette idée ne mène à rien, car on trouve de nombreux mots dans lesquelles les deux groupes de correspondances *k,p > zéro et *k,p > k,v sont attestées. Le traitement du cheyenne reste inexpliqué; la seule solution viable à mon avis serait de supposer une opposition, par exemple de voisement, neutralisée dans toutes les autres langues, comme *k, p > k, v ; *g, b > zéro. Il faudrait cependant trouver une trace de cette opposition dans une langue autre que le cheyenne pour que cette hypothèse soit satisfaisante; par ailleurs, si une telle opposition doit être supposée pour *k/g et *p/b, on s’attendrait aussi à *t/d, or aucune trace apparente d’une telle opposition n’existe. Bref, le cas du cheyenne est particulièrement épineux, et ne pourra être résolu que si davantage de spécialistes se penchent sur cette question.

Un autre cas auquel je pense est celui du turcique. Les langues oghouzes ont une opposition de voisement qui ne semble pas avoir d’équivalent dans les autres groupes de la famille. Par ailleurs, comme le montre Georg (2004), il existe des preuves claires que le voisement est secondaire, puisque des mots empruntés au persan ayant des sourdes dans cette langue ont des voisées en oghouze. Toutefois, à mon avis, si ces données prouvent que la prononciation voisée est secondaire, elle ne montrent en aucun cas que l’opposition elle-même le soit. Il est tout à fait possible de supposer qu’un autre type d’opposition (disons, aspirée/non-aspirée ou géminée/non-géminée) ait été transphonologisée en voisement après l’emprunt au persan. Même si la nature phonétique de l’opposition pose problème, et même si le turc ancien et les autres variétés de turc ne préservent pas de trace de cette opposition, il me semble préférable de la reconstruire malgré tout à la proto-langue que de sacrifier le principe de régularité des changements phonétiques et supposer une scission non-conditionnée en oghouze.

Références

Antonov, Anton and Jacques, Guillaume. 2011. [2012] Turkic kümüš ‘silver’ and the lambdaism vs
sigmatism debate. Turkic Languages 15, 151–170.

Blust, Robert. 2008. Is There a Bima-Sumba Subgroup? Oceanic Linguistics. 47.1:45-113.

Georg, Stefan. 2004. Starostin, Sergei,  Anna Dybo and Oldeg Mudrak: Etymological Dictionary of the Altaic Languages. Diachronica. 21.2, pp. 445–450.

Goddard, Ives. 1988. Pre-Cheyenne *y. in In Honor of Mary Haas, W. Shipley (ed), Berlin: Mouton de Gruyter, pp. 345-360.

Proulx, Paul. 1982. Proto-Algonquian *k in Cheyenne. IJAL 48:467-471.

Leman, Wayne. 1980. Evidence for a PA *k: Cheyenne n correspondence IJAL 46:316-8.

Wang, William S.-Y. 1977. The Lexicon in Phonological Change. Berlin: Mouton de Gruyter.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les scissions non-conditionnées: mythe ou réalité?," Panchronica, 18/04/2015, https://panchr.hypotheses.org/44 (ISSN 2494-775X)

2 réflexions sur « Les scissions non-conditionnées: mythe ou réalité? »

  1. I think that the clue to the development of Proto-Algonquian *p and *k in Cheyenne lies in the fact mentioned by Ives Goddard in his 1988 article: “One clear pattern is the tendency in the case of doublets for the variant with retention to have a diminutive meaning in contrast to the variant with loss” (p. 347). I would suggest that at a certain stage Pre-Cheyenne had consonant symbolism not unlike that found in many other North American Indian languages (or Basque). In languages with this type of symbolism, diminutive and/or augmentative forms are derived by substituting consonants from one (“diminutive” or “augmentative”) set for consonants from another (“normal”) set – e.g., s > š, l > n, k > q, plain consonant > glottalized consonant etc. I suppose that Pre-Cheyenne had two sets of phonemes: plain or augmentative *p¹, *k¹ and diminutive *p², *k². Later, *p¹ and *k¹ regularly yielded zero, while *p² and *k² yielded Cheyenne /p/ and /k/. Instead of the problematic unconditioned phonemic split we now have another type of problem: how diminutive consonant symbolism can arise in a language that did not have it at the outset. I do not know the answer to this question, but, to my mind, it has much more in common with the question of how such morphological devices as reduplication arise in the history of a language, than with the purely phonetic/phonological problem of alleged unconditioned splits.

    1. we now have another type of problem: how diminutive consonant symbolism can arise in a language that did not have it at the outset.

      In the Basque case it’s obvious. In Basque, you make diminutives by changing the alveolar consonants into palatal ones (including tt [c], which does not exist elsewhere in the language). That’s how toddlers actually speak. In short, diminutive meaning came to be expressed by saying a word the way a baby would say it.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.