La diversité linguistique perdue de l’Eurasie

En terme de nombre de familles de langues, l’Eurasie fait pâle figure par rapport aux Amériques ou à la Papouasie. Parmi les langues parlées ou récemment éteintes, on compte seulement 29 familles distinctes en Eurasie (en comptant les isolats: bourouchaski, basque, nahali, kusunda et nivkh comme des familles). Ce chiffre inclut des langues insulaires, qui ne sont pas parlées sur le continent proprement dit: deux groupes des îles Andaman, et le japonique.

C’est exactement le chiffre auquel on parvient si l’on additionne le nombre de familles de langues amérindiennes des régions correspondant aux états actuels de Californie, d’Orégon et de Washington aux Etats-unis. Simplement en Californie, on comptait au minimum, avant le contact avec les européens, au moins 17 familles de langues irréductibles.

La haute diversité linguistique de l’Amérique du nord (surtout sur sa côte ouest) peut sembler surprenante étant donné le peuplement plus tardif des Amériques par rapport à celui de l’Eurasie. Le problème, selon moi, est inverse: ce qu’il convient d’expliquer, c’est la faible diversité de l’Eurasie. Je pense qu’elle a dû connaître à une certaine époque une diversité comparable, mais que celle-ci a été « tuée » par l’expansion de l’agriculture, des grands empires et du nomadisme pastoral scytho-altaïque. De ce point de vue, l’existence d’isolats tels que le basque ou le sumérien n’est pas un « mystère »; ces langues sont plutôt des îlots de normalité.

Les langues isolées disparues qui ont été préservées dans des inscriptions, le sumérien bien sûr, mais aussi le hourrite, l’élamite, le hattien et l’étrusque, témoignent de cette diversité plus ancienne, laminée par les langues indo-européennes et sémitiques au moyen-orient. Il reste également quelques traces indirectes d’autres langues non-identifiables, sous la forme d’emprunts dans des langues attestées, comme par exemple le fameux substrat commun aux langues indo-iraniennes (voir l’article de Lubotsky à ce propos). Toutefois, la majorité des familles de l’Eurasie a été vouée à l’oubli sans laisser la moindre trace.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La diversité linguistique perdue de l’Eurasie," Panchronica, 11/08/2015, https://panchr.hypotheses.org/422 (ISSN 2494-775X)


6 réflexions sur « La diversité linguistique perdue de l’Eurasie »

  1. Une différence de plus entre l’Eurasie et les Amériques: la présence de l’écriture dans le premier cas a permis qu’on connaisse l’état ancien de nombre de langues, ce qui a simplifié la tâche des linguistes cherchant à regrouper ces langues en familles. Depuis quelques années je joue avec la question de savoir si l’on pourrait démontrer la parenté des langues indo-européennes au moyen de données tirées des langues modernes seulement (faisant abstraction des orthographes étymologiques de nombre de langues, comme le français par exemple…)…et la réponse est la suivante: une telle démonstration serait faisable, mais seulement si l’on disposait de données fiables et solides, y compris sur les variantes dialectales. Ce qui, bien entendu, nous fait cruellement défaut dans les Amériques pour la plupart des langues.

    Une autre chose qui me frappe dans les Amériques, c’est que même les langues regroupées en familles ne le sont pas de manière aussi solide ou rigoureuse qu’en Eurasie. Ce que j’entends par là, c’est que nous sommes (par exemple) tout à fait certain qu’aucune des langues voisines des langues indo-européennes ne peut elle-même faire partie de la famille des langues indo-européennes: parmi les langues connues de l’Eurasie nous savons très bien lesquelles sont indo-européennes et lesquelles ne le sont pas.

    Par contre, si l’on prend (par exemple) la famille des langues algiques (algonquien-wiyot-yurok), je ne crois pas que l’on puisse exclure la possibilité qu’il existerait d’autres langues amérindiennes appartenant à cette famille. Ce qui a attiré l’attention de Sapir en 1913, c’était l’identité des quatre préfixes marquant la personne en proto-algonquien (*/ne/- première personne, */ke/- deuxième personne, */we/- troisième personne, */me/- personne indéfinie) et les préfixes marquant la personne en wiyot et en yurok. Il s’agit en effet d’une resemblance frappante.

    Imaginons qu’une quatrième langue-fille du proto-algique existe (ou existait) quelque part en Amérique du Nord, qui contrairement à ses trois consoeurs aurait éliminé ces préfixes, et qui aurait subi des transformations phonologiques importantes (comparables à celles séparant le français du latin, ou le cheyenne du proto-algonquien). Le conservatisme du milieu américaniste dont a parlé David ci-dessus découragerait toute tentative de rattacher d’autres langues au proto-algique, à supposer même que les spécialistes de cette langue se préoccupant de diachronie.

    Et ainsi cette langue constituerait officiellement un isolat… un certain chercheur (qui préférerait, j’en suis sûr, que je ne le nomme pas) à qui j’ai posé la question m’a avoué qu’une telle langue (algique qui aurait perdu les préfixes marquant la personne et subi d’importants changements phonologiques, et qui de ce fait ne serai pas perçue comme algique) pourrait très bien exister.

  2. La diversité linguistique des Amériques, bien que certainement grande, a sans doute été exagéré par la tradition de phylopessimisme des Américanistes, qui suppose que toute relation qui n’est pas évidente (comme celle entre les langues romandes ou entre les langues slaves ou peut-être entre les langues germaniques) est impossible à reconnaître avec le moindre degré de certitude. Après l’exubérance du début du 20e siècle, très peu de gens ont même essayé de trouver des familles plus grands.

    De l’autre côté, il faut se demander si la diversité linguistique en Europe – c’est naturellement différent dans la moitié sud de l’Asie – a jamais été haute. Pendant le maximum glaciaire, l’Europe était plus ou moins vide, sauf les péninsules ibérique et du Balkan. Ces deux régions devraient être la source des chasseurs-cueilleurs du Mésolithique, une population assez homogène du point de vue génétique de l’Espagne à la Suède. Il est donc possible que la diversité linguistique de ces gens aux yeux bleus et la peau foncée n’était pas très grande non plus. Puis, l’agriculture a été apportée par, il semble, une seule migration du Proche-Orient (mais des données du sud de l’Europe manquent encore). Il me semble un hypothèse parcimonieuse que ce soit cette migration qui nous aie laissé la langue basque et le (ou un) substrat de la langue sarde; plutôt qu’un ilôt de normalité, le basque serait donc le reste d’une famille de langues qui couvrait toute la moitié ouest du continent. Puis il y a eu l’expansion indo-européenne, puis l’expansion celtique, puis l’empire romain…

    1. Ah, encore pire : je viens d’apprendre qu’il semble que les chasseurs-cueilleurs du Mésolithique européen ne sont pas tout simplement descendus des gens qui avaient survécu le maximum glaciaire en Europe, mais sont plutôt venus de l’est. C’est ce qui suggère cet article dans Nature discuté ici. Peut-être, donc, la diversité linguistique mésolithique de l’Europe était encore plus faible que je l’ai proposé ci-dessus.

    2. Merci pour ce commentaire qui soulève de nombreuses questions, et mériterait une longue réponse. Pour le moment, je ne vais qu’aborder une partie du problème: la diversité des langues d’Amérique du nord. Il n’est pas faux de que les américanistes sont le plus souvent sceptiques par rapport aux propositions de super-familles, sans doute à cause des excès des époques antérieures. Il est toutefois inexact d’affirmer que seules les relations évidentes sont acceptées: la parentée du yurok et du wiyot avec l’algonquien, celle du catawba avec le sioux, celle du tlingit avec l’athabasque ne sont plus controversées, mais ce sont des relations au moins aussi éloignées que celles que l’on observe entre branches distinctes de l’indo-européen. Une partie du problème, que je n’ai pas mentionnée dans mon billet, est le fait que la plupart des langues d’Amérique du nord sont mal décrite et n’ont plus ou peu de locuteurs, si bien que la comparaison historique est difficile. Beaucoup de travaux antérieurs sur les parentés lointaines en Amérique sont basés sur des comparaisons superficielles, qui ne distinguent même pas entre affixes et radical et qui découpent les mots n’importe comment.

      Je suis d’accord avec toi qu’il est possible de réduire le nombre de familles, je pense notamment au yuchi-sioux (sur lequel j’espère avoir le temps de travailler de façon approfondie plus tard) et une partie du groupe « pénutien » qui effectivement réduirait le nombre de famille de Californie. Toutefois, les langues du groupe pénutien par exemple, si ce groupe est valide, me semble bien moins clairement apparentées que ne le sont celle du sino-tibétain et de l’indo-européen.C’est au mieux, une parenté potentielle difficile où le contact et la parenté génétique sont difficile à distinguer, comme par exemple la relation entre indo-européen et ouralique (à propos de laquelle je préfère garder un esprit ouvert).

      Par ailleurs, du fait de la brutalité de la colonisation, un nombre non-négligeable de langues d’Amérique ont disparu sans laisser de traces; la langue isolée yana par exemple, décrite par Sapir, n’a pu être documentée que par un hasard miraculeux. Sur la côte ouest, mais aussi (c’est moins connu) le sud-est des Etats-unis, nous avons de nombreux noms de peuples dont les langues n’ont jamais été documentées. Donc, même si l’on peut réduire quelque peu la diversité connue, nous n’avons pas une image représentative de la diversité linguistique qui pouvait exister en Amérique avant le dix-huitième siècle.

      1. Il est toutefois inexact d’affirmer que seules les relations évidentes sont acceptées: la parentée du yurok et du wiyot avec l’algonquien, celle du catawba avec le sioux, celle du tlingit avec l’athabasque ne sont plus controversées, mais ce sont des relations au moins aussi éloignées que celles que l’on observe entre branches distinctes de l’indo-européen.

        Oui, mais ce sont les grandes exceptions; et il a fallu des décennies pour convaincre tout le monde que ces familles soient réelles. C’est un peu similaire à la macrofamille afroasiatique: excluant la famille omotique, il ne semble plus (après, ici aussi, des décennies) y avoir des doutes sur d’existence du AA, qui est « just plain obvious » mais se trouve en pleine contradiction à l’opinion commune que la méthode comparatiste n’arrive pas à aller plus loin que 5000, 6000 ou 10000 ans…

        les langues du groupe pénutien par exemple, si ce groupe est valide

        Marie-Lucie Tarpent, qui travaille dessus, en est bien convaincue*, mais je ne connais pas de détails…

        * Naturellement, des gens différents ont regroupé des langues différentes sous ce nom, et elle n’accepte pas toutes de ces classifications.

        la relation entre indo-européen et ouralique (à propos de laquelle je préfère garder un esprit ouvert)

        Moi, j’aime bien le commentaire de G. Starostin sur la p. 12 de cet article (pdf):

        « Certainly, cases where the word for ‘name’ has
        been borrowed are known; likewise, for the word
        ‘water’; likewise, cases where two or more random
        items on the 100-wordlist have been borrowed from a
        single source. But in most, probably even all, such
        cases borrowing of such basic items has only become
        possible due to a concentrated “bombardment” of the
        recipient language by lexical items from the donor
        language — “bombardment” which, obviously, begins
        with a large number of technical and cultural terms. A
        situation under which two ancient languages “meet”,
        exchange terms for ‘name’, ‘water’, ‘give’, and ‘sinew’,
        and then part company borders on the ridiculous, and
        at least requires extra proof.
        Rédei’s own assessment of the situation is as follows:
        “Die Zahl dieser Wörter ist so klein — insgesamt
        sieben, — dass sie eben aus diesem Grunde nicht
        ernstlich als Beweise für die indouralische Verwandtschaft
        in Frage kommen können” (Rédei 1988: 647).
        But, once one considers the issue more thoroughly, it
        is exactly the fact that there are only seven such words
        that begs for a genetic relationship rather than contact
        explanation. If Indo-European and Uralic are related
        within the larger Nostratic phylum, with Proto-
        Nostratic tentatively projected for some 12,000 years
        BP, we should not expect a large number of forms,
        even in the proto-languages, that would be very close
        both phonetically and semantically. We do, however,
        have a large set of Indo-Uralic comparisons that have
        non-identical meanings or non-identical phonetic
        shapes (which, however, still show correspondences)
        — hard to explain as borrowings, but easy to explain
        as reflecting original relationship. »

        Bien entendu, beaucoup de travail y reste à faire, y compris en reconstruction proto-ouralique et même en reconstruction indo-européenne.

        la brutalité de la colonisation

        Eh oui. 🙁

        1. Concernant la limite temporelle de la méthode comparative, je pense qu’elle dépend du type de langues. En AA, c’est vraiment le système pronominal qui est la clé de l’argument d’une relation génétique entre ces langues (pour l’indo-ouralique, je reviendrai sur la question dans un billet ultérieur), mais dans des langues à morphologie réduite, comme le hmong-mien par exemple, distinguer entre contact et relation génétique est moins évident, et les données linguistiques sur lesquelles nous pouvons nous baser sont moins informatives.

          Comme je n’ai pas répondu la dernière fois à ton objection concernant les langues d’Europe. Je suis tout à fait d’accord que l’on peut raisonnablement penser que la diversité linguistique des régions à faible densité de population était réduite. En l’occurrence, il faudrait comparer la densité de population (aux époques antérieures à l’invention de l’agriculture) entre l’Amérique du nord et l’Eurasie dans leur ensemble (je ne sais pas si un tel travail a été entrepris ou si les données sont disponibles — si tu as des références, elles sont les bienvenues).

Répondre à Guillaume Jacques Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.