Le verbe nhum-li “sentir” en dhimal

Le dhimal est une langue sino-tibétaine essentiellement du Népal connue grâce à la grammaire de King (2010), ayant un système d’indexation et un riche système de dérivation, qui est néanmoins largement innové. Il semble partager certains mots exclusivement avec des langues kiranties, tels que jiʔ(t)- “to be very wet and damp” ou keː(k)- “to crack open, hatch”, comparables respectivement au khaling झ:न्‍न्य |ʣhit| “be wet” et गे:न्य |gek| “hatch”, et une parenté plus proche avec ces langues n’est pas à exclure. Cette question pourra être mieux explorée lorsque le dhimal sera intégré à un projet de phylogénie bayésienne sur le sino-tibétain.

Le dhimal a un nh- initial qui correspond à des groupes Cn- en japhug ou en tibétain, par exemple dans nhatoŋ “ear” (Japhug tɯ-rna), nhapu “nose” (Japhug tɯ-ɕna) ou nhiʔloŋ “seven” (Japhug kɯɕnɯz).

Parmi les verbes à nh- initial se trouve le verbe intransitif nham- “to smell, to stink”, correspondant au japhug mnɤm, au tibétain mnam ou au khaling न्वाम्‍न्य |nom| “smell”. Le nh- initial suggère une forme pré-dhimal *s-nam, qui se rapproche davantage de la forme causative à valeur tropative snom, bsnams “sentir” en tibétain, dont le groupe sn- provient de la simplification d’un ancien *smn- (Jacques 2014).

Au premier abord, cela suggère d’interpréter le verbe intransitif nham- du dhimal comme une intransitivation zéro provenant de l’ancien causatif. Une telle hypothèse serait vraisemblable si nham- était labile, mais ce n’est pas le cas: le verbe causatif correspondant est nhum- “to smell something”, avec une alternance a/u qui semble isolée à l’intérieur du dhimal. Le vocalisme u ici n’est pas comparable au o du présent snom en tibétain, qui reflète en alternance fréquente dans cette langue mais isolée au sein du sino-tibétain.

Pour rendre compte de ces formes, je propose les hypothèses suivantes. Premièrement, la forme transitive nhum- provient bien d’un causatif de la racine *nam, mais avec un Umlaut dû au suffixe de troisième personne objet (Khaling -ʉ < *-u), autrement dit, *s-nam-u > nhum (comparer au Khaling nɵ̄ːm-ʉ “il le sent”). Cette hypothèse implique l’existence d’autres verbes transitifs à rime -uC correspondant à -aC dans d’autres langue de la famille, reflétant le même Umlaut.

Deuxièmement, pour la forme intransitive, il n’est pas nécessaire de supposer que le nh- vienne aussi d’un causatif. Il existe en japhug une dérivation dénominale propriétive en sɤ- (tɤndɤɣ “poison” > sɤ-ndɤɣ “empoisonné, vénéneux”) ou propriétive simple (ɕke “être brûlé” > sɤ-ɕke “être brûlant”) qui produit un verbe intransitif dont le sujet a pour rôle sémantique celui de stimulus, ce qui correspond bien au cas de nham- “émettre une odeur, puer”. Il dériverait dans ce cas soit d’un nom *nam “odeur” (lui-même tiré de la racine verbale “sentir”) soit d’un verbe *nam “sentir” avec sujet expérienceur.

Références
Jacques, Guillaume. 2014. On Coblin’s law. In Richard VanNess Simmons and Newell Ann Van Auken (eds.), Studies in Chinese and Sino-Tibetan linguistics, 155–166. Taipei: Institute of Linguistics, Academia Sinica.
King, John 2010 A Grammar of Dhimal. Leiden: Brill.



Citer ce billet
Guillaume Jacques (2024, 19 mars). Le verbe nhum-li “sentir” en dhimal. Panchronica. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1pi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.