L’initiale proto-rGyalronguique *tj- et la racine ‘avoir peur’

(Dans cette article j’adopte les formes Cogtse de Hsie Fengfan 1999. L’accent du zbu B est difficile à déterminer, et il peut y avoir des erreurs.)

Jacques (2004: 299) donne les origines des japhug c– en Proto-rGyalrong (PGR) comme suit: *c-, *kj-, *tw-. Après Gong 2018 on sait actuellement que japhug c– peut venir aussi de *tj-: bas-zbu tjɐ́ʔ «vallée» (p.48) ~ Jp. co ~ Situ (Cogtse) co-kʰá (reconstruit comme *twaŋ dans Jacques 2004). *Tj- donne – dans zbu B (mon notes de terrain): 

  • tɣɐ́ «vallée»;
  • tɣó «pierre» ~ Jp. ;
  • tɣé «cerf d’eau, Hydropotes inermis» ~ Jp. ca.

Cela indique une contradiction possible à l’argument d’après lequel ‘No known morphological process in Gyalrongic languages could lead to an alternation between sc- and ʑd-.’ dans Jacques (2017: 126, note 4), qui nie l’apparentement entre Situ (Cogtse) ʑdɐ̂r «to be afraid» et nɐscɐ̂r «to be startled» ~ Jp. nɤscɤr «to be startled» ~ tɤscɤr «fear». En zbu B «avoir peur» se dit zdɣér (Dar.khug) / ‘zger (‘Dzam.mgo). zdɣér peut venir de pré-zbu B *zdjar < *zⁿdjar < PGR *nə-stjar, dont *nə- représente le préfixe anticausatif, donc *stjar signifierait «effrayer» et donnerait Jp. tɤscɤr. Concernant *zⁿdj- on ne trouve pas de – dans Hsie (1999) sauf nə-zɟú «to suffer losses» qui correspond à Jp. nɯzɟɯ (pas ✝nɯzɲɟɯ! La prénasalisation subsiste en japhug, pas comme en cogtse situ), donc on ne peut pas nier la possibilité d’une métathèse comme *zⁿdjar > *jzdar > ʑdɐ̂r.

Cette hypothèse n’est que très préliminaire, car les correspondances sont trop rares pour permettre une conclusion définitive. En plus, cogtse situ possède l’attaque jʑdtɐ-jʑdó «racine du navet» qui peut venir de *jzd-. Mais le Jp. a rɤ-jndoʁ et le zbu B a perdu cette racine, la reconstruction de cette racine est difficile.

Note supplémentaire:

Tous les – du zbu B ne viennent pas de *Tj-, le PGR *-a pouvant donner Proto-Zbu (PZB) *-je/*ji après les dentales:

  • zbu B (Dar.khug) ‘tʰɣit «poser» ~ bas-zbu ‘tʰji ~ Jp. ta;
  • zbu B ɐldɣí «bouillir» ~ bas-zbu ɐldî ~ Jp. ala;
  • zbu B (Dar.khug) stʰɣét «se reveiller» ~ bas-zbu ‘stʰji ~ Jp. sta.

D’ailleurs ‘Dzam.mgo zbu B a perdu la labialisation de Tɣʷ-, donc la part des – qui correspond à Dar.khug zbu B Tɣʷ– ne concerne pas le sujet ci-dessus. 

Les exemples possibles de PGR *sTj- sont rares, je n’en ai pu trouver qu’un autre cas incertain: Jp. sco «raccompagner (le départant)» ~ zbu B ‘stʰɣo (Dar.khug) / skú (‘Dzam.mgo, thème 2: ‘skʰo) «jeter». (Jp. βde «jeter, abandonner, perdre» correspond à zbu B (‘Dzam.mgo) ‘vdɣit «ne pouvoir que laisser tomber/couler (ne pouvant plus le tenir)»)

Quelques autres Jp. sc– avec correspondances (la plupart problématique):

  • Jp. scɤt «déplacer» (causatif de cit «bouger»?) ~ zbu B χcé;
  • Jp. nɤsci «changer» ~ zbu B pcí;
  • Jp. tɯ-scur «creux de la main» ~ zbu B kə-scór «contenance de deux mains, 一捧». 

Les autres – du zbu B (C) sont les suivants (les deux premiers viennent de latérales)ː

  • ʁldɣét «glisser» ~ Jp. ʁdɤt;
  • tə́-mdɣi «langue» ~ Jp. tɯ-mdʑu (cf. tangoute 𗢯 lhjwa1, birman hlyā);
  • nə́mdɣɐr «sauter» ~ Tshobdun nə́mder;
  • təmdɣé «fusil traditionelle» ~ bas-zbu təmdê ~ Tshobdun tomde ~ Jp. tɯmda (Jacques 2016 liste le dernier comme un emprunt au tibétain mda «flèche», cf. me.mda «fusil», littéralement ‘feu-flèche’. Jp. ɕɤmɯɣdɯ «arme à feu» se semble constituer de ɕɤm «fer» et un racine indéterminé, peut-être «arc»: Jp. tɯdi ~ zbu B (Dar.khug) tə́-ɣlɟə);
  • ʁɐ́ⁿdɣer «être vieux» ~ Khroskyabs dɑ́r.

Un mot zbu B à – sans correspondance: ‘tɣɐr «frapper, battre».

 

Références:

Gong Xun (龚勋) 2018. Le rgyalrong zbu, une langue tibéto-birmane de Cine du Sud-ouest. Une étude descriptive, typologique et comparative. Thèse de doctorat. INALCO.

Hsie Fengfan (謝豐帆) 1999. Theoretical Aspects of Zhuokeji rGyalrong Phonology. M.A. Thesis. National Tsing Hua University, Taiwan.

Jacques Guillaume 2004. Phonologie et Morphologie du Japhug (rGyalrong). Thèse de doctorat. Université Denis Diderot (Paris 7).

Jacques Guillaume 2016. Dictionnaire Japhug-Chinois-Français, version 1.1 嘉绒-汉-法 词典. Paris : Projet HimalCo. http://himalco.huma-num.fr/

Jacques Guillaume 2017. A Note on volitional and non-volitional prefixes in Gyalrongic languages. LTBA 40(2), pp. 124—132.

Lai Yunfan (赖云帆) 2017. Grammaire du khroskyabs de Wobzi. Thèse de doctorat. Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3). 

Sun Jackson T.-S. (孙天心) 2019. Tshobdun Rgyalrong Spoken Texts with a Grammatical Introduction. Taipei : Academia Sinica.



Citer ce billet
lishang (2023, 22 août). L’initiale proto-rGyalronguique *tj- et la racine ‘avoir peur’ Panchronica. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/snjt

2 réflexions sur « L’initiale proto-rGyalronguique *tj- et la racine ‘avoir peur’ »

  1. Jp. βde ~ zbu B. ‘vdɣit doivent correspondre à bas-zbu vdɑ́ « abandonner, oublier » (à voyelle vélarisée/uvularisée), ce qui touche la question épineux des correspondances entre uvularisation ~ médiane -ɣ/ŋ- ~ rien des dialectes zbu (et le tangoute) …

  2. =_= J’ai oublié cette phrase au début : Toute les données de zbu B viennent de mes notes de terrain.

    Une correction:
    Les autres Tɣ– du zbu B (C) >> Les autres (C)Tɣ- du zbu B

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.