A propos de la sémantique de l’adverbe pɤjkʰu “encore” en japhug

L’étude de la syntaxe et de la sémantique d’une langue est une entreprise jamais achevée, tout au moins tant que de bons locuteurs existent toujours. Les lecteurs curieux et ingénieux pourront donc facilement trouver dans la version actuelle de ma grammaire du japhug de nombreux points méritant davantage d’étude et de précisions. Comme j’ai l’intention de continuer à améliorer cet ouvrage, en vue d’une seconde édition dans quelques années, toutes les questions sont les bienvenues.

Bastian Persohn m’a soumis une question intéressante, dans le cadre d’un projet de recherche de typologie: l’adverbe pɤjkʰu, que l’on peut traduire notamment par “encore”, a-t-il des sens non temporels, tels qu’on en trouve en français ou en chinois (pour 还)?

Par exemple, dans les exemples (1) à (4), “encore” et 还 ne font pas référence à une période de temps, mais indiquent une limite de degré:

(1) Les autres je ne suis pas sûr, mais lui je peux encore le battre.
(2) 我还是打得过他
(3) Dix mille euros, c’est encore une somme.
(4) 10000欧还算是一笔不小的数目。

N’ayant pas trouvé de tels exemples dans mes textes, j’ai néanmoins demandé à Tshendzin ce qu’elle en pensait. Selon elle, si l’on dit (5) avec l’adverbe pɤjkʰu, le sens est forcément temporel.

(5) pɤjkʰu pjɯ-ɕɯ-nŋam-a cʰa-a.
encore IPFV6-CAUS-être.vaincu[III]-1SG pouvoir:FACT-1Sg

“目前的情况下,我还是能够战胜他。”
“En l’état actuel (mais pas forcément plus tard), je suis encore capable de le battre.”

De même, dans une phrase telle que (6), ajouter pɤjkʰu avant pɯ-nɤkɤro ɕti n’est pas correct.

(6) pɕawtsɯ stoŋtsu ʁnɯz ɲɯ-kʰɤm pɯ-ra ri, stoŋtsu tɯ-rdoʁ nɯ mɯ-na-kʰo ri, pɯ-nɤkɤro ɕti.
argent mille deux IPFV-donner[III] PST.IPFV-devoir LNK mille un-CL DEM NEG-AOR:3->3′-donner LNK PST.IPFV-être.acceptable être.AFF:FACT
“Il aurait dû (me) donner deux milles yuans, il ne (m’)a pas donné l’un (des deux) milles, mais c’est déjà pas mal.”

J’ai pu effectuer des tests dans quelques autres contextes où “encore” a ce sens de non-dépassement d’une limite non-temporelle en français, et observer que pɤjkʰu n’y est jamais employé en japhug. Malgré la forte influence du chinois, le japhug n’a pas calqué les emplois de pɤjkʰu sur ceux du chinois 还.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos de la sémantique de l’adverbe pɤjkʰu “encore” en japhug," Panchronica, 26/12/2021, https://panchr.hypotheses.org/3542 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.