Applicatif et complétives en japhug

Si l’on décrit habituellement l’applicatif comme une dérivation permettant de rajouter un argument objectal, les grammaires spécifient rarement si cet argument est nécessairement un groupe nominal, ou s’il peut s’agir d’une complétive. Dans ma grammaire japhug, cette question n’est abordée que de façon incomplète: pp. 861-862, j’indique que dans le cas du verbe rga “aimer” l’applicatif empêche le verbe d’accepter une complétive: le verbe de base rga “aimer” est semi-transitif, et bien que morphologique intransitif, peut prendre aussi bien un groupe nominal ou une complétive infinitive comme semi-objet, tandis que son applicatif nɯrga “aimer” n’accepte que des groupes nominaux.

Toutefois, cette situation paradoxale n’est pas le cas de tous les verbes applicatifs en japhug. Le verbe intransitif mu “ressentir de la peur” a pour applicatif nɯɣmu “avoir peur de”, qui prend le plus souvent comme objet un groupe nominal; néanmoins, sur 63 exemples de corpus, les trois suivants comprennent des complétives finies (1) ou infinitives (2, 3):

(1) nɯ kɯ, [qaliaʁ cho pjɤrgɤt ju-ɣi-nɯ] nɯra pjɤ-nɯɣ-mu.
DEM ERG aigle COMIT vautour IPFV-venir-PL DEM:PL IFR:IPFV-APPL-avoir.peur
“Il avait peut que des aigles ou des vautours ne viennent.”
https://doi.org/10.24397/pangloss-0003961#S91

En (2), on note l’emploi de mouvement associé avec le verbe “faire, construire” à l’intérieur de la complétive:

(2) ɯʑo nɯnɯ, [iɕqha ɕɯ-kɤ-βzu] nɯ pjɤ-nɯɣ-mu tɕe,
3SG DEM TOP grande.muraille TRANSLOC-INF-faire DEM IFR.IPFV-APPL-avoir.peur CONJ
“Il craignait d’être envoyé pour construire la grande muraille”.
https://doi.org/10.24397/pangloss-0006290#S63

En (3), le verbe applicatif est au thème III nɯɣme, puisqu’il s’agit du factuel avec un sujet de 3SG.

(3) aʑo [kɤ-si] mɤ-nɯɣ-me-a
1SG INF-mourir NEG-APPL-avoir.peur:FACT-1SG
“Je n’ai pas peur de mourir.”
https://doi.org/10.24397/pangloss-0006352#S149

On remarque que le sujet de la complétive peut être co-référent avec celui de la principale (2, 3), mais que ce n’est pas une contrainte, puisqu’une observe aussi des sujets non-co-référents (1).

Ces exemples illustrent donc que la dérivation applicative en japhug n’est pas uniforme du point de vue de la compatibilité avec les propositions complétives, qu’elles soit finies ou non-finies, et qu’une description complète doit tester ce paramètre pour chacun de ces verbes.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Applicatif et complétives en japhug," Panchronica, 29/10/2021, https://panchr.hypotheses.org/3475 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.