Les termes de couleur en japhug

Quels sont les « termes de couleur de base » en japhug et dans les langues rgyalronguiques? Pour répondre à cette question, observons tout d’abord les différentes classes de mots pouvant servir à désigner les couleurs; il y en a quatre.

Premièrement, on trouve six verbes de couleur primaires, dont la plupart sont cognats avec le Khroskyabs et donc reconstructible au moins au proto-rgyalronguique (parmi ceux-ci certains comme « noir » et « rouge » remontent même plus haut).

Tableau 1: Verbes statifs primaires de couleur en japhug et leurs cognats khroskyabs

Japhug Khroskyabs sens
arŋi rŋə̂ être bleu/vert
qarŋe ʁrɲə̂ɣ être jaune
ɣɯrni mnə̂ɣ être rouge
wɣrum pʰrə̂m être blanc
ɲaʁ ɲá être noir
qandʐi être sombre, noirâtre

Ces verbes peuvent subir les dérivations causatives et tropatives, comme sɤrŋi ‘rendre bleu/vert’ ou nɤrŋi ‘trouver bleu/vert’.

Deuxièmement, on observe une série de noms généralement empruntés au tibétain (Jacques 2021:140):

ldʑaŋkɯ ‘vert’ < ldʑaŋ.gu
ʁmɤrsmɯɣ ‘rouge foncé’ < dmar.smug
kʰatoʁ ‘multicolore’ < ཁ་དོག་ kʰa.dog

On peut également employer un nom commun suivi de ɯ-mdoʁ, comme dans (1) (voir la glose dans Jacques 2021: 964; noter la collocation avec le verbe ndo « prendre, tenir »)

(1) ci nɯ xɕaj ɯ-mdoʁ tsa ɯ-kɯ-ndo nɯ mɤ-nɯɣɯmto.

« L’autre, qui a à peu près la couleur de l’herbe, n’est pas facile à voir.’ (https://doi.org/10.24397/pangloss-0003424#S56)

Troisièmement, il existe une pléthore d’idéophones de couleurs. Certains sont apparemment ‘dérivés’ de noms, comme ldʑɯŋldʑɯŋ « bleu », qui semble une déformation de ldʑaŋkɯ ‘vert’ par gradation consonantique, ou qhluqhlu ‘laiteux’ (tɤ-lu kɯ-tu kɯ-fse ɯ-mdoʁ ɯ-kɯ-ndo), qui rappelle le nom tɤ-lu « lait ». Toutefois, le processus de création des idéophones à partir des mots non idéophonique ne suivant pas des loi phonétiques régulières ou des procédés morphologiques clairement identifiables (Jacques 2021:442-445), il est donc difficile d’avoir une idée claire de leur origine.

Enfin, on trouve des verbes dénominaux en arɯ-, aɣɯ-, ou a– certains tirés des noms de couleur, comme arɯ-ldʑaŋkɯ « être vert », et d’autres composés d’un verbe de couleur primaire (à l’état lié=bound state, voir Jacques 2021:147) et d’un radical idéophonique, tels que:

arŋɯ-lɯz « être bleuâtre » < arŋi « être bleu/vert »
a-ɣɯrnɯ-ɕɯr « être rougeâtre » < ɣɯrni « être rouge »

Au vu des données ci-dessus, la notion de « couleur de base » (Berlin and Kay) en japhug est avant tout une question de morphologie et de linguistique historique: seuls les lexèmes du tableau 1, qui ne sont ni dérivés ni empruntés, peuvent être considérés comme tels. L’étranger dans cette liste est le verbe qandʐi « noirâtre », que l’on n’attend guère d’après la hiérarchie de Berlin et Kay, mais c’est aussi celui qui semble ne pas avoir de cognats en ouest-rgyalronguique.

Références
Berlin, B. and P. Kay 1969. Basic Color Terms: Their Universality and Evolution. Berkeley: University of California Press.
Jacques, Guillaume 2021. A grammar of Japhug. Berlin: Language Science Press. https://langsci-press.org/catalog/book/295
Lai Yunfan 2017. Grammaire du khroskyabs de Wobzi. Thèse de doctorat, université Paris III.

 

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les termes de couleur en japhug," Panchronica, 29/09/2021, https://panchr.hypotheses.org/3434 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.