Le français parlé, langue polysynthétique?

Le statut des éléments appelés « pronoms clitiques » dans la grammaire traditionnelle du français est l’un des sujets à propos desquels la linguistique générale typologique s’oppose le plus clairement à l’approche scolaire de la linguistique francisante.

Tous les écoliers apprennent que le verbe peut être précédé d’une série de « pronoms clitiques », indexant le sujet (je, tu, il), l’objet (me, te, le), l’objet indirect (me, te, lui) et aussi des adjoints (y, en). Ils sont traités comme des mots par l’orthographe, étant séparés par des espaces les uns des autres.

Néanmoins, dans les conversations informelles sur ce sujet que j’ai pu avoir avec de nombreux typologues, locuteurs natifs ou non du français, et travaillant sur des langues autres que le français, il semble qu’une majorité de chercheurs penchent en faveur d’une analyse complètement différente: ces éléments ne sont pas des clitiques, mais des préfixes, et le français serait de ce fait une langue présentant certaines propriétés polysynthétiques (un terme nous venant de Duponceau). Les arguments en faveur de cette idée sont les suivants:

i) On ne peut rien insérer entre le verbe et ces éléments, mis à part la négation ne (qui, dans cette analyse, est elle-même un préfixe). La seule exception que je connaisse vient de la langue du droit « je soussigné XXX, reconnais… », mais il s’agit là d’un archaïsme fossilisé dans ce registre particulier, et n’a aucune productivité (il ne peut pas s’employer avec la deuxième ou la troisième personne  » †tu soussigné…. »).

ii) Ils ne peuvent pas apparaître en isolation (notamment pour répondre à la question « qui? »).

iii) Le pronom « je » fusionne avec la forme « suis » du verbe « être » en [ʃɥi], une règle qui ne peut pas s’appliquer avec tous les verbes en s- initial, et notamment pas avec la forme « suis » du verbe « suivre » (néanmoins, certains collègues ont un avis divergent sur ce point).

iv) L’ordre de ces éléments est rigide, et certaines combinaisons concevable a priori sont en fait strictement interdites. Par exemple, pour les verbes triactanciels comme « donner », il n’est pas possible d’avoir un « pronom clitique » objet de première ou de deuxième personne avec un datif de troisième personne. Ainsi, on ne peut pas dire (1a) (une phrase inintelligible), seule une phrase telle que (1b) est acceptable dans un contexte très particulier.

(1a) †Tu me lui donnes.
(1b) Tu me donnes à lui.

De même, on observe que les « pronoms clitiques » adjoints et datifs ne peuvent pas se combiner lorsque le verbe a déjà un objet préfixé. Ainsi, il est possible de dire (2a) et (2b).

(2a) Je te le donnerai à la maison.
(2b) Je t’y donnerai ton cadeau.

En revanche, (2c) me semble inacceptable (je suis ouvert à des avis alternatifs de la part des lecteurs).

(2c) †Je te l’y donnerai.

Dans l’analyse que je soutiens selon laquelle les « pronoms clitiques » sont des préfixes d’indexation, le verbe français a au plus quatre préfixes (utilisant le schwa ə pour marquer la voyelle [ø] optionnelle qui peut apparaître dans ces contextes), comme l’illustre (3).

(3) Je ne te le donnerai pas.
ʒə-nə-tə-lə-dɔnə-ʁ-e pa
1SG.S/A-NEG-2SG.DAT-3SG.O-donner-FUT-1SG NEG

Une telle façon de présenter les données pourtant bien connues du français le rapproche typologiquement davantage de langues telles que l’abkhaze que des autres langues romanes ou du latin. Même si le concept de polysynthèse a fait l’objet de critiques, dont certaines ont un certain degré de pertinence (Haspelmath 2018), il n’en est pas moins vrai qu’une confrontation de la morphosyntaxe du français parlé à celle de langues à marquage sur la tête (head-marking) pourrait apporter une lumière sur de nombreux phénomènes intéressants, notamment dans l’acquisition de cette langue, qui sont obscurcis par l’approche traditionnelle.

Ainsi, un point où le français n’est pas encore complètement polysynthétique est l’incompatibilité entre un préfixe et le groupe nominal ou prépositionnel qu’il indexe dans la même phrase. Ainsi, les phrases (4a-b) sont mal formées en français standard.

(4a) †Le garçon il dort
(4b) †Le garçon il la voit la fille.
(4c) †Le garçon il le lui dit son avis à la fille.
(4d) †Le garçon il y va à Paris.

Toutefois, ces phrases sont possibles si l’on traite des groupes nominaux/prépositionnels comme des constituants disloqués à gauche ou à droite:

(5a) Le garçon, il dort
(5b) Le garçon, il la voit, la fille.
(5c) Le garçon, il le lui dit, son avis, à la fille.
(5d) Le garçon, il y va, à Paris.

Pour que le français se conforme au canon polysynthétique, il faudrait que des phrases comme (4) deviennent non seulement possibles, mais obligatoires. Or, j’ai pu entendre des phrases du même type chez mon fils et certains de ses camarades lorsqu’il était à l’école maternelle. Notamment, il prononçait l’infinif du verbe « aller » comme [jale], en y intégrant le préfixe -y-, comme dans des phrases telles que:

(6) ɔ̃-va j-ale a l-ekol
« On va aller à l’école. »

Il pouvait également préfixer à cette forme le préfixe re-:

(7) i-fo ʁø-j-al-e.
« Il faut y aller à nouveau. »

Un autre indice que les « pronoms clitiques » sont en fait des préfixes dans la langue parlée provient d’un exercice pour les élèves de CE1 dans lequel il est demandé aux enfants de souligner les verbes dans un texte. Dans les premiers devoirs de ce type, mon fils (et certains de ses camarades) soulignaient non seulement le radical du verbe (et ses suffixes), mais aussi le « pronom clitique » sujet, comme s’il s’agissait d’un seul mot.

Si je ne suggère pas de réformes pédagogiques (et que j’enseigne à mon fils ce que l’éducation nationale attend de lui), il me semble néanmoins que la langue écrite masque tout un ensemble de phénomènes morphosyntaxiques du français parlé, ce qui rend difficile l’étude de cette langue dans une perspective typologique, en dépit de son immense documentation.

Références
Haspelmath, Martin 2018. The last word on polysynthesis: A review article. Linguistic Typology 22(2):307-326. https://www.researchgate.net/publication/327152270_The_last_word_on_polysynthesis_A_review_article

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le français parlé, langue polysynthétique?," Panchronica, 25/02/2021, https://panchr.hypotheses.org/3354 (ISSN 2494-775X)


19 réflexions sur « Le français parlé, langue polysynthétique? »

  1. Bonjour, intéressant à une époque j’avais lu un article sur wikipedia aujourd’hui disparu sur une approche, notamment par des allemands du caractère polysynthétique du français. Ils employaient notamment la négation ne…pas et la réponse oui, non, si ; surtout la réponse à une question négative où tu ne manges pas est rendu illogiquement par non, à la question yu ne manges pas ? Non.
    Mais et c’est là, je crois le plus important dans ma région Rhône-Alpes, département de la Loire, nord, « l’abus du y » y est connu, la phrase 2c à l’oral y est très courante, voire même « Je t’y y donnerais » (Je te le donnerais à la maison) et où encore à l’oral les phrases 4a à 5d ne sont pas formellement distinguées.

  2. L’analyse des «pronoms clitiques» comme des affixes est semble-t-il assez bien accepté en HPSG:
    https://link.springer.com/article/10.1023/A:1005815413834

    Il y a en fait une montagne de littérature sur le sujet, avec y compris des contre-arguments. Je n’ai pas tout lu, mais voici quelques références en plus de celles déjà mentionnées:
    https://doi.org/10.7202/603106ar
    https://www.jstor.org/stable/40666300
    https://doi.org/10.1016/j.lingua.2004.02.002

    Voir aussi Morin (1979):
    http://ycmorin.net/wp-content/uploads/2018/04/Morin_1979_French_clitic_order.pdf
    « In fact it is possible that there is no cliticization of pronouns in French at all. and that the so-called clitic pronouns are simply inflectional endings as we find in the Algonkian languages. »

    Il y a également eu des échanges sur ce sujet sur LinguistList dans les années 1990:
    https://linguistlist.org/issues/5/5-1088/

  3. The following may be relevant: Douglas C. Walker (2006): Is the ‘word’ still a phonological unit in French? Evidence from Verlan. Gess & Arteaga, eds., Historical Romance Linguistics.John Benjamins, pp. 163–184.

    Although most of the examples in the paper are of separate words, there are some examples of nominal phrases, and a few of verbal clauses relevant for this discussion. So, for example, lache-moi les pompes is Verlanized as chela oim les pepons, /ʃølawamlepøpɔ̃/, and vas-y toi là becomes vas-y oit àl, /vaziwatal/. This suggests that some phonological unit is about the same as the orthographical word of the standard language, whereas a polysynthetic « word » might not have any meaningful subunits above the syllable. Of course, there are a lot of ways to interpret the data.

    1. Le test du verlan est intéressant. Je confirme que « oim » est courant. Toutefois, en l’occurrence, il s’agit des pronoms suffixés, qui sont ici identiques aux pronoms « emphatiques » moi et toi, c’est à dire les vrais pronoms du français. Avec les « pronoms clitiques » préfixés, il me semble que « Je le uil ai dit » (pour « Je le lui ai dit ») serait vraiment bizarre, mais peut-être que d’autres pratiquants du verlan auront un avis différent.

    2. But the question important for whether there’s polysynthesis is what a morphological word is. Phonological words don’t need to line up with morphological ones.

      (Also, how sure are we Verlan speakers don’t have orthographic words in mind…?)

  4. Il y a des linguistes qui ne sont pas spécialistes en typologie qui ont publié à ce sujet: voir par exemple ma compatriote Julie Auger, ici: https://www.erudit.org/en/journals/rql/1900-v1-n1-rql2942/603102ar/

    Vu d’outre-atlantique, la phrase 7 est intéressante: je n’ai jamais entendu ce genre de structure, et mon intuition, c’est que le préfixe /r/ ici se place toujours devant le verbe mais après tous les autres éléments clitiques (comme dans la norme, quoi: peut-être que dans quelques générations ce sera un autre trait conservateur de la langue de chez nous).

    Un dernier point: si la présence de « pronoms » clitiques sujets est une particularité française par rapport aux autres grandes langues romanes, l’idée que les « pronoms » clitiques objets ailleurs dans la Romania seraient des marques d’accord remonte à plusieurs générations, et je crois qu’un des premiers à avoir proposé cela est un linguiste allemand qui a comparé le système des « clitiques » portugais à l’accord, en hongrois, entre verbe transitif et ob jet défini/indéfini. Je pourrais peut-être retrouver la source, si éventuellement cela vous intéresse…

    1. Je vous remercie pour la référence de Julie Auger, et si vous pouviez retrouver la référence concernant le portugais et le hongrois, je vous en serais très reconnaissant; il serait très utile de retracer l’histoire de cette idée. Concernant « re-« , j’y reviendrai dans un autre billet…

      1. Bonjour-

        Et bien voici l’article-ou, devrais-je dire, Hier folgt der Artikel:

        Rothe, Wolfgang. 1966. “Romanische Objektkonjugation”. Romanische Forschungen 78: pages 530-547

        On peut le trouver ici:

        https://www.jstor.org/stable/27937282

        Comme vous voyez, on y parle des clitiques comme marque d’accord dans tout le domaine roman (et même en allemand, dans le tout dernier paragraphe de l’article): la comparaison entre la « morphologie » portugaise et celle du hongrois est cependant au coeur de l’article (533-539). Et si retracer l’histoire de cette idée vous intéresse, c’est Von Wartburg qui, selon Rothe (530-531), serait le premier à l’avoir proposée, en 1934, dans son ÉVOLUTION ET STRUCTURE DE LA LANGUE FRANÇAISE.

        P.S. En passant, j’ai mentionné dans un cours de linguistique historique que j’enseignais l’an dernier que les pronoms clitiques français seraient en voie de devenir de simples marques d’accord en français parlé: un des mes élèves avait l’innu comme langue maternelle, et il trouvait tout à fait hilarante l’idée que le français serait en train de devenir (typologiquement) une langue algonquienne.

          1. Wolfgang Rothe est né en 1920 et est mort en 1974, alors oui, de son point de vue nous sommes bien loin dans l’avenir. Et il parlait du lointain avenir de l’allemand, et non de l’état de ses dialectes.

            Et nous allons peut-être devoir attendre longtemps avant de voir l’allemand parlé devenir une langue polysynthétique: À en croire ce chercheur, l’allemand et le basque seraient aux antipodes sur ce point, avec les différentes langues romanes à mi-chemin entre les deux, les usages plus populaires étant de type basque et les usages plus normatifs de type allemand:

            https://www.researchgate.net/publication/238662607_Non-Lexical_Core-Arguments_in_Basque_German_and_Romance_How_and_Why_Spanish_Syntax_is_Shifting_Towards_Clausal_Head_Marking_and_Morphological_Cross-Reference

          2. Et il parlait du lointain avenir de l’allemand, et non de l’état de ses dialectes.

            Pas possible, parce que l’allemand standard – Schriftsprache – est assez artificiel et dépend assez fortement de la forme écrite qu’il ne se développe pas de façon normale.

            Wenn du willst, machst du noch eines. – standard
            * Premier tour de réduction *
            Wennde willst, machste noch eins. – état envisagé par Rothe; largement répandu dans les « régiolectes » (plutôt « mésolectes ») de l’Allemagne… disons centrale, donc les langues maternelles de dizaines de millions de gens
            * Deuxième tour de réduction *
            *Wennd willst, machst ∅ noch eins. – pas connu à moi, mais ce ∅ établit que -st seul est capable de servir comme pronom de 2sg
            * Analogie *
            Wennst willst, machst noch eins. – dialectes bavarois au moins, et mésolecte viennois.

  5. La meilleure présentation du français parlé comme polysynthétique que je connais est ici. Le catalan est similaire mais plus complexe.

    L’objection de Haspelmath est simple: une langue est polysynthétique si elle met tous ces marqueurs dans le même « mot » que la racine du verbe, et qu’est-ce qu’un « mot » ? Comme il semble impossible de trouver une définition de « mot » valable pour toutes les langues, la polysynthèse n’existe pas.

    C’est trop simple pour moi. 🙂 Mon dialecte dit allemand fait parfois des choses assez similaires à la polysynthèse :

    /hɒbt͡sɪsɛɐ̯mgem̩/
    |hɒb-t͡s=s=ɛɐ̯-m g-geb-n|
    avoir-2pl=3sg.n=3sg.m-DAT part.pass-donner-part.pass
    « Vous l’avez donné à lui ? »
    (/ɪ/ épenthétique entre |s s| ou |t͡s s|)

    /hɒstɐsɪɐ̯gem̩/
    |hɒb.st=s=ɪɐ̯ g-geb-n|
    avoir-2sg=3sg.n=3sg.f.DAT part.pass-donner-part.pass
    « Tu l’as donné à elle ? »
    (/ɐ/ épenthétique)

    [J’ai simplifié les gloses : p. ex. « 3sg.n » est aussi 3sg.f, et il est NOM ou ACC mais pas DAT.]

    Mais quand on change l’ordre des mots, on voit que ces clitiques comptent comme des mots, ne restent pas derrière le verbe fini, et même dupliquent les fonctions des terminaisons du verbe :

    /vɒnsɪsɛɐ̯mgem̩hɒbt͡s/
    |vɒn=s=s=ɛɐ̯-m g-geb-n hɒb-t͡s|
    quand=2pl=3sg.n=3sg.m-DAT part.pass-donner-part.pass avoir-2pl
    « quand/si vous l’avez donné à lui »

    /vɒnstɐsɪɐ̯gem̩hɒst/
    |vɒn=st=s=ɪɐ̯ g-geb-n hɒb.st|
    quand=2sg=3sg.n=3sg.f.DAT part.pass-donner-part.pass avoir-2sg
    « quand/si tu l’as donné à elle »

    Comme cela ne se passe pas en français parlé, je ne vois pas d’obstacle à appeler ce dernier « polysynthétique » et mon dialecte pas.

    (Mon dialecte, et beaucoup d’autres sortes d’allemand, aiment bien incorporer des mots dans les verbes, mais c’est une autre histoire…)

    1. Merci pour le texte d’Arkadiev, que je n’avais pas remarqué (alors que je suis de très près ses travaux sur l’adyghé et le kabarde…). Pour ce qui est du terme polysynthétique, c’est un mot qui est beaucoup employé, mais avec des acceptions variables selon les linguistes. Je pense aussi que Haspelmath va un peu trop loin dans sa critique de la comparabilité de la notion de mot à travers les langues.
      Les clitiques pronominaux (en position Wackernagel, je présume) qui peuvent se placer sur les interrogatifs dans les deux derniers exemples sont vraiment fascinants; dans le cas de =st, s’agit-il d’une dégrammaticalisation du suffixe d’indexation? (j’ai déjà vu des exemples de ce type dans des articles, mais j’avoue ne pas m’être penché en détail sur leur origine).

      1. s’agit-il d’une dégrammaticalisation du suffixe d’indexation?

        Oui, je crois. Il est devenu la forme clitique du pronom 2sg, qui devrait avoir été un *|d| souvent difficile à entendre.

        qui peuvent se placer sur les interrogatifs

        Même sur les noms.

        welches Buch du willst
        /vøxːɛsbʊɐ̯xstvʏst/
        |vøxː-ɛs bʊɐ̯x=st vʏ-st|
        quel-3sg.n livre=2sg vouloir-2sg
        « quel livre tu veux »

        Il y a des gens qui ne vont pas si loin et insèrent dass pour supporter les clitiques après des noms ou adverbes:

        /vøxːɛsbʊɐ̯xdastvʏst/
        |vøxː-ɛs bʊɐ̯x das=st vʏ-st|

        1. C’est passionnant, il faut documenter cette langue en détail! C’est un excellent exemple du type de phénomènes qui expliquent pourquoi (selon moi) les pronoms ressemblent autant aux suffixes d’indexation dans certaines langues rgyalronguiques.

          1. 🙂 Malheureusement, je n’ai aucune idée si tout cela est documentée dans l’énorme littérature dialectologique que je ne connais pas.

          2. En réponse à David: de ce que je sais de la recherche en dialectologie, il n’y a généralement pas grand-chose portant sur la syntaxe (les monographies dialectales étaient plus portées sur le lexique et sur la phonologie diachronique).

            Par contre, ces études contenaient généralement de nombreux textes dialectaux, et il y a donc là une riche mine de données brutes pour tout chercheur désirant quitter les sentiers battus. Un compatriote à moi a déjà fait bon usage de données de l’ATLAS LINGUISTIQUE DE LA FRANCE dans une monographie sur la syntaxe des sujets pronominaux dans une bonne partie du domaine roman:

            https://www.amazon.de/-/en/David-Heap/dp/3895869392

          3. Je devrais mentionner ce qui se passe si on ajoute des formes indépendantes des pronoms de 2e personne pour emphase : les clitiques persistent.

            /hɒstɐsɪɐ̯ˈdʊgem̩/ (/ʊ/ devient [u] avec autant d’emphase)
            |hɒb.st=s=ɪɐ̯ dʊ g-geb-n|
            « C’est toi qui l’a donné à elle ? »

            /vɒnstɐsɪɐ̯ˈdʊgem̩hɒst/
            |vɒn=st=s=ɪɐ̯ dʊ g-geb-n hɒb.st|
            « si c’est toi qui l’a donné à elle »

            /vøxːɛsbʊɐ̯xsdˈːʊvʏst/
            |vøxː-ɛs bʊɐ̯x=st dʊ vʏ-st|
            quel-3sg.n livre=2sg 2sg vouloir-2sg
            « quel livre tu veux, toi »

    2. aiment bien incorporer des mots dans les verbes, mais c’est une autre histoire…

      Des noms, je voulais dire.

      Mais des « adverbes » de direction aussi. Remontons au locus classicus : Quo vadis ?

      La traduction traditionnelle est wohin gehst du. Mais en allemand parlé c’est plutôt wo gehst du hin, donc avec hin interprété comme préfixe séparable d’un verbe hingehen… « y aller ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.