Un cas de plagiat en syntaxe du chinois

Dans billet qui vient juste de paraître, Lai Yunfan documente un cas de plagiat avéré dans une thèse de doctorat parue en 2018 (Yu 2018) portant sur les constructions disposales (处置式) dans les langues sinitiques. La victime de ce plagiat est ma collègue Hilary Chappell de l’EHESS: en effet, plusieurs sections de cet article y ont été intégralement traduites, et présentées comme un travail original.

Même à titre de traduction des travaux d’Hilary Chappell, ce plagiat pêche par des erreurs grossières, dont l’une des plus amusantes, parmi celles que relève Yunfan, est sans doute la traduction de « Thai (language) » (en chinois 泰语) par 秦语 qínyǔ, une erreur due à la ressemblance graphique entre les caractères 泰 et 秦, malgré une absence de proximité phonétique.

Certains commentateurs du billet suggèrent d’ailleurs que la personne dont le nom apparaît comme auteur de la thèse a payé quelqu’un sur internet pour effectuer cette traduction à sa place, et que le traducteur y a laissé des erreurs exprès.

Néanmoins, il semble que le crime a payé, puisque la plagiaire a obtenu son doctorat à l’université normale de Wuhan (notons que le directeur n’a pas dû lire ce document, ou qu’il manque de familiarité avec son propre domaine de recherche), et a réussi à trouver un poste dans une université normale du Hubei (湖北第二师范学院), immédiatement après sa thèse, ainsi que des financements de projets de recherches.

Des affaires de ce type sont malheureusement monnaie courante dans certains milieux du monde universitaire chinois. Une personne que je ne nommerais pas a d’ailleurs fait pression sur Lai Yunfan pour qu’il supprime au plus vite son billet, sous la menace de représailles. Lai Yunfan n’a pas cédé à ces menaces, mais a néanmoins enlevé le nom de la plagiaire et de l’université dans son billet, afin de ne pas causer un tort involontaire à Hilary Chappell et aux autres membres de notre centre de recherches.

Acculée, la plagiaire a contacté (par un message privé) une des doctorantes d’Hilary Chappell pour s’excuser, dans l’espoir que la page soit tournée le plus vite possible. Néanmoins, l’auteur de cette thèse et son directeur (汪国胜) ne devraient-il pas reconnaître publiquement cette faute déontologique, et prendre les dispositions qui s’imposent?

Selon moi, un directeur de thèse a la responsabilité directe des travaux de ses doctorants: plus encore que la plagiaire, c’est lui qui est fondamentalement à blâmer dans cette affaire.

Références
Chappell, H. (2013). Pan-Sinitic Object Marking: Morphology and Syntax. Breaking Down the Barriers: Interdisciplinary Studies in Chinese Linguistics and Beyond.​ Taipei: Academia Sinica, 785-816.
Yu Le 余乐 2018. 《汉语方言处置范畴比较研究》华中师范大学 lien


Une réflexion sur « Un cas de plagiat en syntaxe du chinois »

  1. C’est absolument inadmissible. J’espère qu’il y aura des conséquences et que le monde académique chinois saura faire respecter les principes fondamentaux de la recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.