A propos d’une comparaison sino-tibétaine

Le verbe honorifique tibétain mkʰʲen མཁྱེན་ « savoir » (emprunté en japhug comme mcʰin avec le sens spécialisé « percevoir la vraie nature de ») a été comparé par un certain nombre d’auteurs, dont Bodman et Hill (2019), au chinois 見 kenH « voir ». Cette comparaison semble très attractive du point de vue sémantique (οἶδα) et phonétique.

Toutefois, elle me semble impossible pour des raisons morphologiques. Comme l’a montré Gong (1977), en effet, mkʰʲen མཁྱེན་ est la forme honorifique de l’adjectif mkʰan མཁན་ « être expert » (mkʰan.po མཁན་པོ་ « savant, expert ») par l’infixe -y-, qui cause aussi une métaphonie a–>e.
Par ailleurs, mkʰan མཁན་ est lui-même apparenté à mkʰas མཁས་ « être savant, être expert » (emprunté en japhug comme mkʰɤz), ce qui implique que la racine de ces adjectifs est mkʰa-, et que -n et -s sont des suffixes.
Il faut admettre que ces comparaisons internes ne sont pas sans difficultés, car le suffixe -n ne dérive pas normalement de verbes (notons toutefois le verbe sbʲjin སྦྱིན་ ‘donner’, cognat du japhug mbi « donner » et du chinois 畀, et dont la coda -n n’est pas élucidée). Néanmoins, elles suffisent à invalider la comparaison avec le verbe chinois 見 kenH « voir » pour trois raisons.
Premièrement, sémantiquement, il n’y a aucun indice que ni mkʰʲen མཁྱེན་, ni mkʰan མཁན་ ne viennent d’un verbe de perception, et qu’un changement voir –> savoir ait eu lieu. Supposer un changement sémantique en sens inverse savoir–>voir dans le cas du chinois est peu vraisemblable.
Deuxièmement, la comparaison des voyelles est bien moins attractive lorsque la dérivation interne au tibétain est prise en compte: à moins de supposer que le chinois avait aussi un infixe y causant une métaphonie, hypothèse que ne soutient aucune donnée au moment où j’écris (l’infixe honorifique est d’ailleurs limité au tibétain, et ne se retrouve dans aucune autre langue), la correspondance est en fait entre a et *e.
Troisièmement, la consonne finale -n ne faisant pas partie de la racine en tibétain, il faudrait expliquer son origine en chinois aussi.

Références
Gong, Hwang-cherng. 1977. gǔ zàngwén de y jíqí xiāngguān wèntí 古藏文的y及其相關問題[Old Tibetan y and related problems]. Bulletin of the Institute of History and Philology 48(2). 205–228.
Hill, Nathan W. 2019. The historical Phonology of Tibetan, Burmese, and
Chinese. Cambridge: Cambridge University Press.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos d’une comparaison sino-tibétaine," Panchronica, 31/10/2020, https://panchr.hypotheses.org/3287 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.