Les emprunts entre dialectes ou langues proches (1)

Les emprunts à une langue apparentée mais éloignée, comme ceux du tibétain dans les langues gyalrong, sont relativement facile à reconnaître. Identifier ces emprunts, déterminer leurs correspondances avec le tibétain ancien et en déduire les enseignements qu’ils nous apportent sur la phonologie (et la morphologie) historique des langues emprunteuses et du tibétain est même la première tâche que le comparatiste intéressé par ces langues doit entreprendre, car c’est la moins difficile à mener à bien.

Les emprunts entre langues gyalronguiques constituent une question beaucoup plus épineuse: les emprunts entre langues proches obscurcissent les correspondances phonétiques, et selon la quantité de contact, il peut devenir quasi-impossible de déterminer quels sont les mots empruntés et lesquels sont hérités.

En japhug de Kamnyu, on trouve des emprunts clairs au tshobdun tels que qaliaʁ ‘aigle’ (au lieu de *qarɟaʁ, la forme attendue), qro ‘fourmi’ (au lieu de *qroʁ), tɯɟo ‘démon’ (au lieu de *tɯʑu) etc. Ces emprunts sont aisément reconnaissables car (1) ils présentent des correspondances phonétiques spécifiques au tshobdun (2) ils n’apparaissent pas dans les dialectes japhug parlés plus à l’est, où le contact avec le tshobdun est plus occasionnel.

On trouve aussi des mots nécessairement empruntés tels que rkaŋ ‘fort (physiquement)’, apparenté au japhug rko (*-aŋ passe à -o en japhug et en situ dans le vocabulaire hérité). Le changement a-t-il eu lieu d’abord en japhug avant d’opérer en situ? Ou s’agit-il d’un emprunt au tshobdun, avant le passage de *-aŋ à -i dans cette langue? Difficile de trancher.

Un cas où le contact semble avoir obscurci les correspondances est le traitement du *-s final, voir déjà ma thèse pp 249-250:

https://www.academia.edu/968764/Phonologie_et_morphologie_du_japhug_rGyalrong_

Le *-s final passe à -t (au lieu de -z) dans de nombreux mots en japhug, mais pas les mêmes mots selon les dialectes. Dans certains cas, on a -t dans tous les dialectes japhug (jmɯt ‘oublier’), et aussi en zbu (lmît ‘oublier’) alors que le situ (jmə̂s) a un -s. Dans d’autres cas, on a -t seulement dans quelques villages japhug, comme pour le suffixe de passé -t (japhug de Kamnyu), -z (tous les dialectes japhug de Gsar.rdzong et Da.tshang); en dehors du japhug, le -t n’apparaît pas (zbu -z, situ -s). Dans les emprunts au tibétain, certains ont -t correspondant à -s (rɟɤskɤt ‘escalier’ < rgʲa.skas) mais l’immense majorité a -z correspondant au tibétain -s.

Seule une étude détaillée, village par village, des correspondances du *-s final pourra peut-être un jour éclaircir cette question épineuse, qui fait intervenir le contact entre dialectes proches.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts entre dialectes ou langues proches (1)," Panchronica, 04/06/2015, https://panchr.hypotheses.org/323 (ISSN 2494-775X)

3 réflexions au sujet de « Les emprunts entre dialectes ou langues proches (1) »

  1. Le problème est plus profond encore: le concept même d »emprunt » suppose l’existence de deux langues distinctes, avec des éléments empruntés passant de l’une à l’autre, sans que la présence de ces éléments n’affecte l’identité historique desdites langues: avec ou sans emprunts à l’anglais le français demeure une langue dont l’ancêtre est le latin, avec ou sans emprunts latins/romans/français l’anglais demeure une langue dont l’ancêtre est l’anglo-saxon …

    Mais lorsqu’on a, comme point de départ, deux langues étroitement apparentées en contact, il devient délicat sinon impossible de faire le départ entre éléments empruntés et indigènes, non seulement en raison des données elles-mêmes, mais aussi parce que cette distinction n’avait peut-être aucun sens du point de vue des générations parmi lesquelles se firent ces « emprunts ». Le passage de -*s à /t/ était-il étranger, et le passage de -*s à /z/ autochtone? Ou vice-versa? Peut-être sont-ils tous les deux étrangers, ou tous les deux autochtones; ou peut-être cette forme de Gyarong serait-elle une koïnê issue de contact entre dialectes dont certains avaient /z/ et d’autres /t/ comme phonème issu de -*s.

    (Antoine Meillet a expliqué ce problème très clairement, je crois dans son LINGUISTIQUE GÉNÉRALE ET LINGUISTIQUE HISTORIQUE).

    Ainsi, Colin Masica, dans son excellent bouquin (THE INDO-ARYAN LANGUAGES, 1991) examine la question de la classification des langues indo-aryennes, et il y souligne que ces langues se sont influencées les unes les autres pendant si longtemps et de façon si profonde que différents chercheurs ne s’entendent pas, pour différentes langues, sur la question de savoir quels changements phonologiques seraient autochtones et lesquels seraient « étrangers », et il laisse d’ailleurs entendre (me semble-t-il) que la question est peut-être dénuée de sens.

    C’est donc dire que les futures générations de « Gyarongistes » auront du pain sur la planche…

    1. En effet, le problème est peut-être insoluble; et même si une solution existe, il faudra collecter des données dialectologiques riches et précises pour espérer pouvoir départager entre les changements phonétiques natifs et ceux dus au contact.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *