« sentir » et « entendre » en hmong-mien

La quasi-totalité des langues hmong-mien ont un cognat pour le verbe « entendre » (« 听见 » dans Wang et Mao 1995:189), que Ratliff (2010:66) reconstruit *hnəumX « to hear », sur la base des données suivantes:

(I)
Yanghao: n̥haŋ3
Jiwei: n̥hɑŋ3
Hmong blanc: hn̥ɔ3
Zongdi: nɔ3b
Fuyuan: n̥uB
Jiongnai: n̥ɐŋ3
Pahng: n̥ɔ̃3
Mien de Luoxiang: nom3
Mien de Lanjin: num3
Biaomin: n̥ən3

Wang et Mao (1995) compte davantage de langues, mais pour les dialectes mien de Jiangdi et de Xiangjiang, qui ne sont pas inclus dans Ratliff (2010), aucun cognat n’est indiqué (p.190). Toutefois, si l’on consulte un autre groupe de cognats, celui de « sentir » p.100 (« 闻;嗅 »; sélection d’une partie des langues), on trouve des formes suivantes:

(II)
Yanghao: m̥hi5
Zongdi: mi5b
Qingyan: m̥jou5
Fuyuan: m̥jenC
Jiongnai: m̥ai5
Mien de Jiangdi: n̥om3
Mien de Xiangjiang: n̥uŋ3
Mien de Luoxiang: hom5
Mien de Lanjin: hɔːm5’
Biaomin: m̥ja5

Parmi ces formes, on remarque que les cognats donnés pour les dialectes mien de Jiangdi et Xiangjiang sont irréguliers aussi bien du point de vue du ton (3 au lieu de 5) que de l’initiale (n̥ au lieu de m̥ ou h attendus). Or, ces deux formes sont en revanche phonétiquement compatibles avec celles du groupe de cognats (I) pour « entendre » ci-dessus, et il est préférable de considérer qu’elles sont cognates avec (I) plutôt qu’avec les autres formes de (II).

Un changement sémantique de « entendre » à « sentir » est tout à fait possible: un tel changement a eu lieu en chinois (闻), et le verbe mtshɤm « entendre » en japhug peut s’employer pour toutes les perceptions non-visuelles non-volitionnelles (incluant les odeurs, ou les vibrations, voir l’exemple (2) dans cet billet). Comme le sens « sentir » est restreint à une sous-branche de la famille, il est plus économique de supposer que le changement sémantique a eu lieu dans ce sens.

La forme mien n̥om3 rappelle fortement l’étymon trans-himalayen que l’on retrouve en tibétain snom, bsnams སྣོམ་ བསྣམས་ « sentir » ou en japhug ɕɯmnɤm ‘donner une odeur’ (voir la discussion de la phonétique de ce verbe dans cet article), mais cette ressemblance serait probablement fortuite, à moins de supposer le même changement sémantique indépendant dans plusieurs branches de la famille.

Ratliff (2010:12;50) suggère que le groupe de cognat (II), pour lequel elle donne la reconstruction *hmji̯əmH, serait emprunté à l’étymon trans-himalayen. Si l’on exclut les dialectes mien de Jiangdi et Xiangjiang (qui de toute façon ne peuvent pas dériver sans problème de *hmji̯əmH), on pourrait sauver cette idée en supposant que le *hm- reflète ici en fait le groupe complexe *s-mn- que je suppose en tibétain (*bV-s-mnam-s > bsnams).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« sentir » et « entendre » en hmong-mien," Panchronica, 11/03/2020, https://panchr.hypotheses.org/3228 (ISSN 2494-775X)

Une réflexion sur « « sentir » et « entendre » en hmong-mien »

  1. The tone 3 Jiangdi and Xiangjiang words in set II do indeed look like they belong in set I. Hainan Mun /num2/ ‘to feel’ is a Mienic word that belongs in set I by onset, set II by semantics, but has a tone that doesn’t match either one. The semantic relationship between ‘hear’ and ‘sense/smell’ via ‘perceive’ is a natural one. I have long thought these two sets were related somehow. David Mortensen also discussed these two interwoven sets in his 2002 ICSTLL paper « A preliminary survey of Tibeto-Burman loanwords in Hmong-Mien ». To make matters more complicated, HM has another sensory verb with a voiceless nasal onset, *hmeiH ‘to taste’.

Répondre à Martha Ratliff Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.