Problèmes de comparatisme rgyalronguique (1): la monosyllabisation sporadique

La documentation des langues rgyalronguiques a connu récemment des progrès importants, notamment avec la parution des textes tshobdun, et nous commençons à disposer des matériaux pour jeter les bases d’une vraie grammaire comparée du rgyalronguique. Dans cette série de billets, je vais présenter plusieurs questions particulièrement épineuses de comparatisme des langues rgyalronguiques.

On trouve entre les langues rgyalrongs certains cognats ayant un radicale dissyllabique dans une langue, et monosyllabique dans une autre.

Le japhug tɤ-pɤri “dîner” (et ses dérivés comme le verbe dénominal nɤpɤri “prendre son dîner”), au radical dissyllabique -pɤri (tɤ- est le préfixe de possesseur indéfini), correspond à tɐ-priʔ en tshobdun avec un radical monosyllabique -priʔ.

Il s’agit là d’un exemple isolé, et l’on trouve dans un autre cas la situation inverse: le nom possédé tshobdun o-múru “(sa) colère” au radical dissyllabique correspondant au japhug tɤ-mbrɯ “colère”, avec chute de la voyelle de la première syllabe du radical et insertion d’un -b- épenthétique *-mVru > *-mru > *-mbru.

Un troisième type de correspondance s’observe avec le verbe sɐⁿbrovʔ, que J. T-S. Sun traduit comme “eat main food with”, correspondant au japhug zmɤrɤβ de même sens. Ici, les deux langues ont des radicaux dissyllabiques. Le japhug zmɤrɤβ “manger avec” n’est pas synchroniquement analysable, mais a la forme du causatif d’un verbe †mɤrɤβ, qui lui-même pourrait être le dénominal d’un nom †tɤ-rɤβ. Si un tel nom n’est pas attesté à ma connaissance, on trouve en revanche le tshobdun tɐrovʔ “viande cuite” qui en serait le cognat attendu. Il est donc possible que le verbe tshobdun sɐⁿbrovʔ vienne d’un plus ancien *sɐ-m-rovʔ avec insertion d’un -b- épenthétique ici aussi, où le *-m- serait l’allomorphe non-syllabique d’un préfixe dénominal, et *sɐ- celui du causatif.

Le japhug et le tshobdun auraient donc ici deux verbes partageant la même racine et les même préfixes dérivationnels, mais avec une position différente de la voyelle de la chaîne préfixale:

*sɐ-m-rovʔ
*z-mɤ-rɤβ

Ces trois types de correspondances divergentes des radicaux dissyllabiques en japhug et en tshobdun ont sans doute leur explication dans des règles morphophonologiques de réduction vocalique aujourd’hui non-productives, et qu’il est prématuré de tenter de reconstruire. Notons qu’à l’intérieur du japhug on trouve des traces de phénomènes de réduction des premières syllabes de radical (lorsque certains préfixes sont ajoutés), comme l’illustre le nom ɯ-ʁle “réputation, face”, nom possédé dérivé de qale “vent”, où le préfixe qa- est devenu ʁ-.

Si les langues rgyalronguiques ne sont pas “monosyllabiques”, ces observations rappellent le caractère apparemment sporadique de la monosyllabicisation dans ses premières étapes observé par exemple en viet-muong. Ces phénomènes ne sont pas incompatibles avec une approche néogrammairienne, mais pour les interpréter correctement, il est nécessaire de faire l’hypothèse de règles morphologiques disparues. Dans le cas du rgyalronguique celles-ci pourront sans doute bientôt être établie avec un certaine plausibilité lorsque nous aurons des grammaires synchroniques, des textes et des dictionnaires pour toutes les langues.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Problèmes de comparatisme rgyalronguique (1): la monosyllabisation sporadique," Panchronica, 19/01/2020, https://panchr.hypotheses.org/3150 (ISSN 2494-775X)

Une réflexion sur « Problèmes de comparatisme rgyalronguique (1): la monosyllabisation sporadique »

  1. *sɐ-m-rovʔ
    *z-mɤ-rɤβ

    Cela me donne un peu l’impression du degré zéro indo-européen:

    **sé-m-robʰ-
    **s-mé-rebʰ-

    🙂

    Le degré zéro, lui aussi, est une ancienne règle phonologique qui est devenue morphologique et puis lexicale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.