Japhug et Tshobdun

La collection de textes tshobdun de Jackson T.S.Sun vient enfin de paraître, et est accessible en ligne à cette adresse. C’est une ressource fondamentale pour l’étude des langues rgyalronguiques: grâce à ce travail et aux autres collections de données du même type, il va bientôt devenir possible d’écrire une véritable grammaire comparée de ces langues.

Le tshobdun est assez probablement la langue la plus proche du japhug; je parlerai dans un autre billet des innovations communes partagées par ces deux langues.

La différence entre ces deux langues est néanmoins très profonde.Pour l’illustrer, comparons la phrase (1) tirée de la collection de textes Tshobdun avec (2), une adaptation en Japhug (par moi-même).

(1)
kəməqʰúnəʔ ⁿge-kə-qɐrŋiʔ=rɐʔ=kə ⁿge-fʃɐt-nə=nəʔ
afterwards IPFV-NMLZ:SBJ-hunt=PL=ERG IPFV-recount-3PL=SUB
pʰargot paste=nəʔ χʃíkə sɐsəɣvɐr
wild.boar solitary.pig=TOP very be.frightening
kɐ-o-ntʃʰe tʃʰozʔ ŋoʔ
GP-INV-kill be.the.rule be
Afterwards those who used to hunt tell (us), “Solitary boars are very frightening and kill people.”

(2) kɯ-maqhu tɕe, kɯ-ɣɤrʁaʁ pɯ-kɯ-ŋu nɯra kɯ pjɯ-fɕɤt-nɯ tɕe,
NMLZ:S/A-être.après LNK NMLZ:S/A-chasser PST.IPFV-NMLZ:S/A-être DEM:PL ERG IPFV-raconter-PL LNK
phaʁrgot khɯrndɯɣ nɯ wuma sɤɣ-mu tɕe pjɯ-kɯ-sat ŋgrɤl.
sanglier solitaire DEM vraiment PROP-ressentir.de.la.peur:FACT LNK IPFV-GENR:S/P-tuer être.le.cas.habituellement:FACT

Voici une liste des différences principales dans ce passage:

(i) Pour dire « ceux qui étaient chasseurs », on emploie en japhug plutôt la copule au passé imperfectif pɯ-kɯ-ŋu
(ii) différences de vocabulaire:
paste: « sanglier solitaire » (de pa « cochon » et -ste « seul »; l’équivalent japhug serait †pɤsti ou †paʁsti). Le japhug khɯrndɯɣ vient du tibétain ཁེར་འདུག་ kʰer.ⁿdug
χʃíkə : « très », emprunt à l’amdo qui n’existe pas en japhug, où l’on utilise wuma « vraiment, du Tibétain ŋo.ma (aussi en Tshobdun: ome)
sɐsəɣvɐr: « être effrayant », antipassif propensif du causatif səɣvɐr « effrayer » du verbe intransitif vɐr « ressentir de la peur ». En japhug on forme directement le propensif deexpérienceur du verb mu (sɤɣ-mu). L’équivalent Japhug de sɐ-səɣ-vɐr serait †sɤɕɯɣmu.
ntʃʰe: « tuer »,voir cette présentation
tʃʰozʔ : le cognat tɕhɤz en japhug (emprunté au tibétain) s’emploie au négatif pour exprimer le sense « contraire à la religion »
(iii) le générique de l’objet s’exprime par kɯ- en japhug, et par la combinaison de kɐ- et l’inverse en tshobdun.


3 réflexions sur « Japhug et Tshobdun »

  1. Tout d’abord, bonne et heureuse nouvelle annéée à tous et toutes.

    Ensuite: en Tshobdun, un « sanglier » est un composé de « cochon » et « seul »? Curieuse ressemblance avec le latin « Singularis porcus/ferus », ‘cochon/bête solitaire’: c’est « singularis » (bon, en fait, l’accusatif « singularem ») qui constitue l’étymon du français « sanglier », comme d’ailleurs du catalan « sangler » et de l’occitan « singlar » (la forme italienne « cinghiale » proviendrait elle aussi de « singularem », mais sa consonne initiale n’est pas issue de manière régulère du /s/ initial latin: un lecteur plus fort que moi en matière de phonologie diachronique italienne pourrait-il clarifier la situation?)

    Je devine que cette ressemblance entre le latin tardif et le Tshobdun est un simple hasard…mais je me pose la question: existerait-il d’autres langues d’Eurasie qui se servent (ou se servaient!) de « cochon seul » afin de désigner le sanglier? Si oui, peut-être cette ressemblance ne serait-elle pas un hasard…

    Également, je comprends mal le lien dans le texte entre « paste », le composé en question, et « pʰargot »: est-ce que « pʰargot paste » est une sorte de composé liant deux synonymes?

    1. En fait, pʰargot (du tibétain pʰag.rgod « cochon sauvage ») est le mot pour sanglier. paste, comme le japhug khɯrndɯɣ, s’emploie soit seul, soit comme épithète postposé de pʰargot, pour désigner spécifiquement les sangliers mâles solitaires. C’est le seul animal sauvage a avoir un terme spécifique pour le mâle solitaire en japhug (il n’y a pas de terme pour « loup solitaire » par exemple).
      En effet, le parallèle avec les langues romanes est frappant.

Répondre à Guillaume Jacques Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.