L’indexation de personne en satar

Dans un document rendu public sur academia.edu en 2015 traitant du Meyor-Zakhring, Roger Blench affirme que le Satar, langue mounda du népal, aurait le même système d’indexation que les langues kiranti voisines.

DeLancey (2015) has recently claimed Meyor is part of a grouping he calls ‘Central’ Trans-Himalayan, aka a subgroup of Tibeto-Burman. The branches said to constitute this include Jinghpaw [Jingpho], Meyor, Northern Naga, and Kuki-Chin. The basis of his argument is that Meyor shows pronominal coreferencing and that the pronoun paradigms resemble Northern Naga languages such as Nocte and Monsang. This is not the place to judge the argument relating the other languages discussed, but there is a strong case for not making genetic claims based on a single piece of morphosyntax. To cite a striking example, the Satar language, spoken in Nepal, is affiliated to Munda, and thus Austroasiatic. However, it has the same pronominal coreferencing system as the neighbouring Kiranti languages (Tolsma 2003). We usually assume such systems are borrowed, and in this case a complete body of morphosyntax has been absorbed by a language of a different phylum.

Cette idée est due à une interprétation erronée du l’article de Tolsma. Dans celui-ci, l’auteur dit simplement que cette langue, comme les langues kiranties, a une indexation sur le verbe, mais rien dans cet article n’indique que ni les morphèmes d’indexation, ni la structure du système, ne ressemblent en rien à ceux des langues kiranties. Pour que chacun puisse s’en convaincre, voici les affixes de personne (en regard des pronoms) que donne Tolsma (2003:237); il est utile de les reproduire ici, car son article est difficile à trouver, et cette langue relativement obscure, n’étant même pas référencée dans Anderson (2008).

Ni les pronoms, ni les formes cliticisées correspondantes ne présentent de ressemblance particulières avec les langues kiranties (voir par exemple les paradigmes du khaling). G. Tolsma donne les formes du paradigme du verbe im ‘donner’, qui présente un alignement nominatif-accusatif sans rapport avec celui observé en kiranti; même l’hypothèse selon laquelle le système d’indexation du Satar aurait vu le jour du fait d’une convergence typologique avec les langues kiranties est plus que discutable.

En toute honnêteté, il faut admettre que la seconde personne am pourrait rappeler le préfixe possessif des noms bantawa am- (qui n’a pas de cognat que je connaisse ailleurs en kiranti), mais il ne s’agit pas d’un préfixe verbal (dans le verbe la seconde personne est marquée par le préfixe tɨ-). Par ailleurs, il aurait été surprenant qu’aucune ressemblance fortuite ne soit observable avec au moins l’une des 22 langues kiranties.

Réferences
Anderson, Gregory 2008. The Munda Languages. Routledge.
Blench, Roger 2015. The classification of Meyor (Zakhring). https://www.academia.edu/15754880/The_classification_of_Meyor_Zakhring_
DeLancey Scott (2015) Morphological evidence for a central branch of Trans-Himalayan (Sino-Tibetan). Cahier de Linguistique d’Asie Orientale 44:122–149.
Gerard J. Tolsma. 2003. A survey of Satar, an endangered language in Nepal: An interim report. In Descriptive theoretical studies in minority languages of East and Southeast Asia 3, 235-251. Tokyo: ELPR.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’indexation de personne en satar," Panchronica, 21/10/2019, https://panchr.hypotheses.org/3002 (ISSN 2494-775X)

2 réflexions sur « L’indexation de personne en satar »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.