Supplétisme et alternances phonologiques

S’il est connu que les formes alternantes d’une même racine peuvent finir, suite à des changements phonétiques, par devenir synchroniquement “supplétives” (voir cet article), comme c’est notamment le cas du degré *e et du de degré zéro du paradigme du verb “être” en français par exemple (“est” par opposition à “sont”), le processus opposé — le passage de formes supplétives à des alternances phonologiques, semblerait a priori impossible.

Néanmoins, il arrive parfois que des racines phonologiquement similaires, ou rendues similaires par des changements phonétiques, se trouvent associées fortuitement dans un même paradigme.

Le verbe βαίνω “aller, marcher” du grec présente un exemple de ce type de situation. Les présents βαίνω (*gʷṃ-yé/o-) et βάσκω (*gʷṃ-sḱé/o-, cognat exact de gacchati) sont basés sur la racine *gʷem, devenue βα- au degré zéro. A l’aoriste et au parfait de ce verbe, on trouve ἔβην et βέβηκα respectivement à la 1sg, où le η provient d’un a long. Un a court est attesté au pluriel du parfait βέβαμεν 1pl (en grec classique βεβήκαμεν, refait sur βέβηκα). Le radical -βα- de βέβαμεν est superficiellement similaire aux thèmes de présent de βαίνω et βάσκω. Néanmoins, le consensus général est que cette forme provient en fait de la racine *gʷeh2 “den Fuss aufsetzen, treten” (sanskrit jigāti), qui au degré zéro *gʷh2 donne aussi -βα- en grec, se confondant avec *gʷṃ.

Dans la langue tibétaine (ou yarloungique) de Cone, on observe une situation encore plus étonnante, avec le paradigme irrégulier du verbe “faire”: présent ɕi (B) passé ɕeː (B) imp. ɕiː (B) (voir cet article, p 337, tableau 120).

Les alternances entre i et e sont anormales dans cette langue (on attendrait plutôt ɪ et e). La forme du passé ɕeː (B) est compatible avec le passé བྱས་ bʲas du verbe བྱེད་ bʲed “faire”; l’impératif semble correspondre non pas à བྱོས་ bʲos, mais à l’impératif གྱིས་ gʲis de བགྱིད་ bgʲid, un autre verbe signifiant “faire” (si l’on admet que gʲ- donne ɕ- au ton bas — il n’y pas d’autre exemple de gʲ- sans préinitiale dans mes données). Le présent ɕi (B) quant à lui peut s’interpréter comme la fusion de †ɕɪː (B), descendant attendu du présent བྱེད་ bʲed, et de †ndʑiː (B) du présent བགྱིད་ bgʲid.

Dans le cas du paradigme du Cone, on a donc un mélange inextricable entre les formes rendues quasi-homophones de verbes non-apparentés.

En grec et en Cone, ces cas sont restés marginaux, ces verbes ayant une conjugaison unique. L’alternance βαίνω – βέβηκα/βέβαμεν n’a pas été généralisée à d’autres verbes, par exemple φαίνω n’a pas donné un parfait †πέφηκα/†πέφαμεν. Néanmoins, il n’est pas absolument exclu que des alternances nées de rapprochements entre formes supplétives non-apparentées finissent par être généralisées, et deviennent productives.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Supplétisme et alternances phonologiques," Panchronica, 26/09/2019, https://panchr.hypotheses.org/2992 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.