Tibétain gɕen

Le terme gɕen གཤེན་ désigne un type de prêtre ou de “chamanes” de la religion bonpo, à propos desquels existe une quantité importante de travaux ethnographiques et philologiques (voir par exemple cet article et les références qu’il cite).

Selon moi, une étymologie interne au tibétain pourrait être proposée pour ce terme. Si l’on part de l’idée que le g-…-n est un circumfixe de nominalisation, comme celui que l’on observe avec le nom གཉེན་ gɲen “ami, proche” (cognat au japhug tɯ-ɣɲi “ami”) dérivé de l’adjectif ཉེ་ ɲe “proche, près” (voir cet article), le verbe de base pourrait être ཤེས་ ɕes “savoir”: le -s dans ce verbe est certainement un suffixe, comme le suggèrent les cognats rgyalronguiques: si le japhug a sɯz “savoir”, on trouve dans la même langue la forme irrégulière générique mɤ-xsi “on ne sait pas” sans -z, et le cognat situ ɕə̂ aussi est dépourvu de coda.

Le nom gɕen གཤེན་ serait donc étymologiquement *kə-ɕe-n “celui qui sait”, un terme approprié pour “prêtre”, rappelant le mot gaulois *dru-wid- “druide”, un composé dont le second membre serait (degré zéro de) la racine *weid- “savoir”.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Tibétain gɕen," Panchronica, 19/07/2019, https://panchr.hypotheses.org/2979 (ISSN 2494-775X)

2 réflexions sur « Tibétain gɕen »

  1. Dans ce cas-là, on peut peut-être postuler avec justesse que le *-s comme marque de direct en rgyalrong supérieur trouve un homologue dans le -s du tibétain…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.