linguistique et langues classiques

Autrefois langues reines de la linguistique comparée et modèles pour la description des grammaires des langues de tous les continents, le latin et le grec depuis une décennie connaissent un déclin accablant dans les universités françaises, comme le rappelle cet article, et le cas particulièrement regrettable de cet étudiant, dernier doctorant de lettres classiques de son université avant la fermeture complète de son département.

Malgré le degré élevé des connaissances sur la grammaire et la diachronie du latin et du grec, ces langues ont encore à contribuer à la fois à la linguistique typologique et à la grammaire comparée, et méritent d’être davantage étudiées qu’elle ne le sont par les linguistes non-indo-européanistes.

En syntaxe, le latin et le grec sont en fait très éloignées du “standard average European” — les caractéristiques typologiques courantes dans les langues d’Europe actuelles, et présentent de multiples phénomènes rares parmi les langues du monde, voire unique.

A titre d’exemple, observons par exemple un cas de l’emploi des superlatifs en grec ancien. La relation sémantique entre l’adjectif superlatif ἀκρότατος “le plus haut” dans l’exemple (1) et le nom τύμβος “tertre, tumulus” (datif τύμβῳ) dont il est l’épithète est surprenante; l’adjectif qualifie non pas l’entité désignée par ce nom, mais une de ses parties: ἀκρότατος τύμβος doit se comprendre non pas comme “le plus haut tertre”, mais comme “la partie la plus haute du tertre”.

(1) πήξαμεν ἀκροτάτῳ τύμβῳ ἐυῆρες ἐρετμόν
‘Nous plaçâmes au sommet du tertre sa rame bien polie.’ (Odyssée 12.15)

Si les travaux en linguistique typologique sur les constructions comparatives et superlatives dans les langues du monde en manquent pas, (voir par exemple le Volume 16, Issue 1 (2018) de Linguistic Discovery édité par Yvonne Treis et Kasia Wojtylak), il ne me semble pas avoir trouvé dans mes lectures d’emplois d’adjectifs superlatifs comparables à celui exemplifié par (1) en dehors du grec ancien et du latin. Il s’agit donc potentiellement d’un fait syntaxique très rare (malgré sa banalité aux yeux des hellénistes), qui pourrait davantage mériter d’être pris en considération par les typologues travaillant sur ces questions.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "linguistique et langues classiques," Panchronica, 18/06/2019, https://panchr.hypotheses.org/2968 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.