Nouvelles publications à propos de La phylogénie du sino-tibétain/trans-himalayen

La phylogénie du sino-tibétain/trans-himalayen est un sujet hautement controversé. Les linguistes qui se sont intéressés à cette question et à celle de l’Urheimat de la famille ont des opinions très diverses, qui portent en particulier sur la question du groupe extérieur. La position traditionnelle, selon laquelle le chinois serait le groupe extérieur (et que toutes les autres langues appartiendrait à un clade “tibéto-birman”) est généralement associée à l’idée que la famille proviendrait de la Chine du nord, avec une diversification secondaire. Un point de vue alternatif, qui soutient l’idée d’une diversification “en étoile” de la famille, dont le chinois ne serait qu’une des branches (voire la sous-branche d’un groupe), voit l’Urheimat au centre de diversité des sous-branches de la famille (avec des foyers proposés en Inde du nord-est ou au Sichuan).

Un autre question liée à la phylogénie est celle de l’antiquité de l’indexation en personne et de la typologie polysynthétique telle qu’on l’observe en rgyalronguique ou en kiranti: s’agit-il d’une innovation d’une sous-branche de la famille ou d’un trait archaïque à reconstruire jusqu’au proto-TH?

Malheureusement, de nombreuses publications portant sur ces questions présentent des arbres qui se veulent phylogénétiques parfois détaillés, mais sans innovations explicites justifiant les clades proposés (ce sont donc plus des vues de l’esprit que de vraies hypothèses scientifiques), et consacrent plus d’énergie à discuter de sujets frivoles tels que la dénomination de la famille comme “sino-tibétain” ou “trans-himalayen” plutôt que d’étymologie.

Deux articles utilisant l’inférence bayésienne viennent de paraître presque en même temps à propos du sino-tibétain: Zhang et al. (2019) et Sagart et al. (2019). La première publication utilise directement les groupes de cognats de la base de donnée STEDT (http://stedt.berkeley.edu/~stedt-cgi/rootcanal.pl), tandis que la seconde, à laquelle j’ai participé, est basée sur une base de donnée lexicale décrite dans ce ce billet de Johann-Mattis List.

Il est trop tôt pour comparer de façon détaillée les résultats de ces deux articles — cette comparaison demandera une série de publications additionnelles. Ce billet présente quelques observations préliminaires (voir aussi cette conférence faite à l’université Xinan de Chongqing la semaine dernière).

Concernant la question du groupe extérieur, l’article de Zhang et al. (2019) a un groupe non-chinois avec une probabilité postérieure de 68% (l’arbre principal n’indique pas les probabilités postérieures, ce qui est assez surprenant, mais celles-ci peuvent se trouver dans les matériaux supplémentaires). Les résultats de Sagart et al. sont assez différents sur cette question selon la méthode employée: le covarion avec horloge relâchée (qui n’impose pas une vitesse unique d’évolution sur l’ensemble de l’arbre) et le Dollo stochastique (implémenté avec le programme Traitlab conçu par Robin Ryder, coauteur de l’article) ont peu de structure à la racine (avec 33% et 43% respectivement de probabilités postérieures soutenant le chinois comme groupe extérieur), tandis que le covarion à horloge stricte a un fort soutien pour le chinois comme groupe extérieur (99%). L’himalayen de l’ouest apparaît comme un groupe extérieur alternatif possible dans les analyses à horloge relâchée et Dollo, mais il ce résultat être peut-être dû à la quantité importante d’emprunts à l’indo-aryen et au tibétain, qui ont remplacé un partie conséquente du vocabulaire hérité dans notre base de données.

Les résultats des deux articles n’indiquent donc pas de façon définitive que le chinois est le groupe extérieur du sino-tibétain, mais c’est néanmoins l’hypothèse la plus probable, qui demandera à être confirmée par les études futures sur la question.

Un résultat non-trivial assez solide de Sagart et al. (2019) est le clade tibéto-rgyalronguique (avec un sous-groupe birmo-rgyalronguique) qui ressort de toutes les analyses obtenues. Ce clade obtenu sur la base du vocabulaire soutient l’idée que la morphologie verbale commune au rgyalronguique et au kiranti doit être aussi ancestrale au tibétain et au lolo-birman (puisque le kiranti est extérieur au tibéto-rgyalronguique), et donc que le tibétain et les lolo-birman ont perdu l’indexation en personne et les préfixes de nominalisation.

Zhang et al. (2019) ont un soutien presque négligeable pour le tibéto-rgyalronguique (35%), mais ont aussi 100% de probabilités postérieures pour le birmo-rgyalronguique, pourtant en utilisant les groupes de cognats rassemblés par J. Matisoff, qui m’a affirmé s’opposer à cette idée. Il est possible que la faible probabilité du groupe tibéto-rgyalronguique chez Zhang et al. (2019) est due aux emprunts au tibétain non-reconnus dans le STEDT, mais cette hypothèse demande à être évaluée en détail.

L’existence du clade tibéto-rgyalronguique, s’il est bien confirmé par les travaux futurs sur la phylogénie de la famille, implique que la typologie polysynthétique remonte assez haut dans l’histoire de la famille. Par ailleurs, le terme “tibéto-birman” devra être abandonné pour désigner le clade non-chinois si le chinois est bien le groupe extérieur de la famille.

Références
Laurent Sagart, Guillaume Jacques, Yunfan Lai, Robin J. Ryder, Valentin Thouzeau, Simon J. Greenhill, Johann-Mattis List. 2019. Dated language phylogenies shed light on the ancestry of Sino-Tibetan. Proceedings of the National Academy of Sciences May 2019, 116 (21) 10317-10322. https://doi.org/10.1073/pnas.1817972116

Zhang Menghan, Yan Shi, Pan Wuyun and Jin Li 2019. Phylogenetic evidence for Sino-Tibetan origin in northern China in the Late Neolithic. Nature volume 569, pages 112–115. https://www.nature.com/articles/s41586-019-1153-z


Une réflexion sur « Nouvelles publications à propos de La phylogénie du sino-tibétain/trans-himalayen »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.