Le yod initial en chinois archaïque

Le verbe 與 joX « donner » est reconstruit avec une uvulaire dans le système Baxter/Sagart *m-q(r)aʔ — et s’oppose à son homophone 予 joX en chinois moyen, qu’ils reconstruisent avec une latérale *laʔ.

Comme je l’ai proposé dans cet article, je pense qu’une partie des j- du chinois moyen viennent d’un *j- primaire en chinois archaïque (une idée que soutient aussi Schuessler). Pour la série phonétique de 羊, je préfère donc des reconstructions telles que:

羊 jaŋ < *jaŋ (Japhug qaʑo < *qajaŋ)
祥 zjaŋ < *s-jaŋ (Tibétain གཡང་ gjaŋ)
癢 jaŋX < *jaŋʔ (Japhug rɤʑa < *rɐja)
etc…

à celles avec uvulaires ou latérales.

Or, dans le cas de 與 joX "donner", il existe un cognat potentiel dans les langues trans-himalayennes non-chinoises, qui suggère un *j- primaire dans cette série aussi: le jinhgpo yā « donner », le kham ya-nya, le dura hyo-i (voir Schorer 2016:287) (le STEDT regroupe ces formes ici; le thulung yak- n’est pas nécessairement cognat). Schuessler (2007) cite la forme jinghpo comme alternative à d’autres étymologies, sans pourtant en tirer la conclusion qu’implique une telle étymologie.

Si l’on admet l’existence d’un *j- primaire dans la série de 與, on peut donc proposer la reconstruction 與 joX < *jaʔ. Le verbe 舉 kjoX pourrait dans cette hypothèse s'expliquer comme venant d’un groupe *k-jaʔ (comme le suggère le tibétain བཀྱག་ bkʲag).

Notons que les séries à yod primaire initial reconstruites ici ne contiennent que des caractères de troisième division en chinois moyen, ce qui soulève le problème du traitement du *j- supposé en type A (pharyngalisé selon Baxter et Sagart). Mon point de vue est que l'opposition A/B est neutralisée avec cette initiale (donc que *j- devient j- aussi bien en type A et en type B, et probablement de même avec les groupes de consonnes).

L’idée de yod primaire initial n’est pas nécessairement contradictoire avec la théorie des uvulaires (qui dans sa formulation actuelle présente néanmoins de sérieux problèmes), mais si les deux idées sont valides, distinguer entre séries à uvulaire et série à j- sur la base exclusive du chinois moyen et des séries phonétiques peut être difficile.

Références
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Schorer, Nicholas 2016. The Dura Language: Grammar and Phylogeny. Leiden: Brill
Schuessler, Axel 2007. ABC Etymological Dictionary of Old Chinese.
Watters, David 2004. A Dictionary of Kham: Taka Dialect. Tribhuvan University.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le yod initial en chinois archaïque," Panchronica, 02/11/2018, https://panchr.hypotheses.org/2723 (ISSN 2494-775X)

14 réflexions sur « Le yod initial en chinois archaïque »

  1. Tout d’abord notons que le verbe གྱོན་ gʲon « porter (un vêtement) » que tu cites (gyon en transcription Wylie) a un doublet གོན་ gon avec des sens nominal et verbal « vêtement; porter (un vêtement) » (gon en Wylie). Dans son sens nominal il doit à mon avis être comparé à OC 袁 *[ɢ]ʷa[n] > hjwon > yuán ‘long robe’.

    Ensuite, dans les langues ST non chinoises, les cognats n’ont pas de yod médian: Jingpo khon, Karen kwan etc. (voir étymon #2256 dans STEDT). Même à l’intérieur du bodique, le proto-TGTM de Martine a ᴬkwan avec les mêmes sens verbal et nominal que གོན་ gon.

    Ceci au contraire de « mouton » g.yang, « chatouiller » g.ya, « droit » g.yas qui ont un yod médian partout: Gurung kyo « droit »; Deng kɯ³¹ joŋ³⁵ « mouton », Rawang ə yaŋ³¹ « mouton », TGTM ᴮjaː « mouton » ; Jingpo kă¹ ja⁵⁵  »chatouiller », etc.

    Il faut donc distinguer deux types de /y/ en tibétain, tous deux secondaires: l’un, ancien et commun à toutes (presque toutes ?) les langues ST non-sinitiques, comme dans « mouton », « chatouiller », « droit » ; et l’autre récent, uniquement tibétain, comme dans la forme གྱོན་ gʲon (Wylie gyon) que tu cites.

    Je pense que, de གྱོན་ gʲon « porter (un vêtement) » et གོན་ gon « vêtement; porter (un vêtement) » c’est le second qui est la forme héritée, car il correspond aux formes extra-tibétaines (bodiques et non bodiques) sans yod. A mon avis, gʲon/gyon est dérivé de gon par insertion du « yod uniquement tibétain », à une époque où PST *ɢʷa-n avait déjà été changé en gon en tibétain, Le changement -ʷa- > -o- avait déjà eu lieu, c’est pourquoi l’insertion tardive de -y- ne l’empêche pas.

    1. Je suis d’accord que le -ʲ- dans gʲon est tardif. En revanche, l’étymologie avec 袁 est difficilement acceptable philologiquement: la glose que tu cites « long robe » est la traduction de celle du shuowen 长衣貌, mais ce mot supposé est sans attestation textuelle (无书证); les dictionnaires ne citent que les gloses de dictionnaires: http://www.guoxuedashi.com/kangxi/pic.php?f=gxhz&p=2055
      Cette source: http://www.guoxuedashi.com/kangxi/pic.php?f=hzyl&p=986
      pense que le sens premier de ce mot serait 环璧 « pendentif de jade en forme de cercle », mais ne cite pas d’exemple textuel non plus.
      Je pense que l’on ne peut pas utiliser de mots dont l’existence même n’est pas assurée pour faire du comparatisme (en plus quand bien même il aurait existé, la glose X貌 suggère qu’il devait plutôt s’agir d’un idéophone, pas d’un nom).

      1. Tu réponds à côté : le fil de la discussion portait sur la question de savoir si tib. g.yas était cognat de 右. Je répondrai plus tard sur le mot 袁, que j’ai cité dans un simple aparté. Je ne m’attendais pas à ta tirade contre les pratiques à bannir en linguistique historique et comparative.

        Puisque tu admets comme moi que « le -ʲ- dans gʲon est tardif », alors tu dois aussi admettre que l’intrusion à une époque tardive de ce -ʲ- (Wylie -y-) dans pre-tibétain gon ne falsifie en rien l’idée qu’à une époque ancienne, l’intrusion de -y- entre *ɢʷ et ə dans ‘droite’, à l’intérieur d’une forme ɢʷa-s, correspondant à OC *ɢʷəʔ-s (j’enlève les crochets carrés pour plus de simplicité), a empêché le changement -ʷa- > -o-. Au contraire, seule l’idée que le yod dans tib. g-yas ‘droit’ est intrusif (et non « primaire ») permet d’expliquer l’irrégularité apparente que constitue l’absence d’arrondissement de la voyelle. La forme tibétaine est irrégulière sous ta version de l’histoire ST, elle est régulière sous la mienne.

        Pour récapituler, donc, il y a 4 mots chinois reconstruits par B&S avec *ɢ ou *ɢʷ, qui ont un yod en tibétain (et généralement dans les langues ST non chinoises): « mouton », « prospérité/auspicieux », « chatouiller » et « droit »: ces 4 mots ont une préinitiale g- en tibétain. Tu traites ce fait comme une coincidence. Pour nous c’est une régularité phonologique. Je ne connais pas de contre-exemples. En connais-tu ? dans notre version de l’histoire ST, ce g est le correspondant régulier du son que nous reconstruisons comme *ɢ en chinois archaïque. Ce g- n’apparaît pas seulement lorsqu’il y a un yod en tibétain. Dans les mots tibétains sans yod, l’initiale correspondant à notre *ɢ est aussi g-. Bill et moi en avons donné des exemples dans notre réponse à Schuessler (que je mettrai en ligne prochainement sur academia). En général, d’ailleurs, les uvulaires OC correspondent à des vélaires en tibétain. Tout est donc très lautgesetzlich, ou me trompé-je ?

        Autre problème de ta version des choses, du côté chinois, le yod initial primaire que tu supposes en chinois archaïque fait double emploi avec le processus qui fait apparaître des yod en chinois ancien dans les mots de type B (comme les 4 mots dont nous parlons). Tu es de plus obligé de stipuler que ton « yod primaire » était la seule consonne du chinois archaïque qui ait perdu la distinction A/B. On s’attendrait plutôt à ce que la pharyngalisation en type A ait transformé le yod en quelque chose de non palatal.

        Quant au rôle phonétique de 牙 dans 與 ce n’est pas seulement nous qui le disons mais Duan Yucai, Qiu Xigui, Ji Xusheng… Difficile de faire plus sérieux comme paléographes (Bill Baxter est un paléographe tout à fait sérieux aussi). Il va te falloir prendre ce fait en considération.

        1. « seule l’idée que le yod dans tib. g-yas ‘droit’ est intrusif (et non « primaire ») permet d’expliquer l’irrégularité apparente que constitue l’absence d’arrondissement de la voyelle.  »
          Il n’en reste pas moins qu’il ne s’agit que d’un exemple isolé, et que rien ne prouve que ces mots soient apparentés.

          « Pour nous c’est une régularité phonologique. Je ne connais pas de contre-exemples. En connais-tu ? »
          (a) ཡངས་པོ་ jaŋs.po — 洋 jaŋ
          (b) Pour ‘chatouiller’, pas de trace d’uvulaire en rgyalronguique, où pourtant les présyllables et groupes de consonnes sont mieux préservés que dans les autres langues de la famille.
          (c) Pour ‘mouton’ tu ne tiens pas compte des données (cf ma réponse ci dessous) qui montrent que qa-/ʁ- est dans certains cas un préfixe.

          « Tout est donc très lautgesetzlich, ou me trompé-je ? »
          Le problème que tu esquives, et qui est pour moi crucial, c’est l’absence de parallèles typologiques à ces deux changements phonétiques:
          (a) La perte des uvulaires dans les groupes de consonnes uniquement.
          (b) le changement *ɢV -> *ɢjV -> *ɢəjV (mais pas pour *qjV) qu’implique ton interprétation des données tibétaines.
          Par ailleurs, selon moi, il est irréaliste de supposer que les cognats entre chinois et tibétain dans leur majorité soient des cognats exacts; même entre le grec et le sanskrit, on a surtout des semi-cognats qui partagent une même racine, mais formés sur des schèmes morphologiques distincts (genre gacchati : βαίνω). Il faut donc d’abord reconstruire la morphologie (à partir des langues où celle-ci et toujours productive) comme préliminaire à — ou au moins en même temps que — la recherche des lois phonétiques. En IE, en sémitique ou en algonquien cette question n’a jamais été un problème, puisque les langues sur lesquelles ces disciplines ont été bâties avaient gardé sous une forme claire les schèmes morphologiques de la proto-langue.
          De toute façon dans la liste en question 祥 et གཡང་ ne peuvent pas avoir la même formation, puisque le premier est préfixé en *s- (qui peut s’interpréter de plusieurs façons différentes).

          1. Je t’avais demandé si tu connaissais des contre-exemples à la correspondance OC *ɢ : WT g- ou g.y-. Tu as répondu qu’il y en avais trois, je te cite:

            « (a) ཡངས་པོ་ jaŋs.po — 洋 jaŋ
            (b) Pour ‘chatouiller’, pas de trace d’uvulaire en rgyalronguique, où pourtant les présyllables et groupes de consonnes sont mieux préservés que dans les autres langues de la famille.
            (c) Pour ‘mouton’ tu ne tiens pas compte des données (cf ma réponse ci dessous) qui montrent que qa-/ʁ- est dans certains cas un préfixe. »

            Tes contre-exemples (b) et (c) portent sur les correspondances entre le chinois et le rgyalronguique, sur lesquelles je n’ai fait aucune prédiction.
            Quant à ton contre-exemple (a) :

            (a) ཡངས་པོ་ jaŋs.po ‘extensive, large, vast expanse, vast’ : ce mot tibétain est plutôt à comparer avec 泱 *ʔaŋ > ‘jang > yāng ‘great and deep flow’ . Ce n’est donc pas un contre-exemple à la correspondance OC *ɢ : WT g- ou g.y-.

            J’en conclus qu’il n’y a pas de contre-exemple solide à la correspondance que j’ai citée.

  2. Je ne pense pas que le qa- dans qaʑo « mouton » est un préfixe animal bien identifié. Dans sa thèse p. 156, Lai Yunfan identifie dix-sept noms d’animaux contenant l’un ou l’autre de six « préfixes »: ʁ- , qʰæ-, qʰɑ-, j- et s-, dont le premier (7 exemples en khroskyabs) correspond à japhug qa- ; cependant un autre coup d’oeil à la liste de vocabulaire, spécifiquement pp 687-689 montre que ce ʁ- apparaît comme premier élément de cluster en début de mot dans un très grand nombre de mots de tous sens. Pourquoi le considérer comme un préfixe dans les noms d’animaux et pas ailleurs ?

    Dans ton dictionnaire japhug-français, parmi les mots commençant par qa, il y a toutes sortes de choses en plus des noms d’animaux (qui je l’admets sont nombreux) : beaucoup de noms de plantes, « pain », « récipient en terre », « torche », « vent », « cérumen », « sable », « grain de beauté », « étain », termes de couleur, « silex », « hiver », « corde en peau », « mauvais conseils », « grotte ». Ces faits n’autorisent pas à dire que si un nom d’animal en japhug commence par qa- alors ce qa- est nécessairement un préfixe animal.

    De plus ces faits rgyalronguiques n’autorisent pas la conclusion que g- dans un nom d’animal tibétain est le même préfixe.

    1. Nathan Hill est aussi opposé à l’idée de parler de préfixe pour ce genre d’élément apparemment non dérivationnel, et je comprends ces réticences. Néanmoins, même si le terme de « préfixe animal » est peut-être trompeur, il y a quelques indices qu’il s’agit bien d’un préfixe marginalement productif:

      (1) En japhug, l’allomorphe fusionné ʁ- apparaît sur le nom ʁmbroŋ emprunté au tibétain འབྲོང་ :
      https://www.academia.edu/6293228/On_Coblins_law

      (2) Le nom qapɣɤmtɯmtɯ « oiseau à houppe » vient de pɣa (état construit pɣɤ-) plus ɯ-mtɯ ‘crête, mèche’ avec le préfixe qa-.

      Ce préfixe est peut-être la trace d’un marqueur de classe nominale; dans ce cas il n’est pas surprenant que les mots auxquels il est attaché ne forment pas une classe très cohérente sémantiquement.

  3. Si 與 provient de PST *y-, comment expliquer que son phonétique est 牙 MC ngae ? voir traitement de la série phonétique de 牙 (GSR 37) dans OCNR p. 83, 131-132. Nous pensons que la racine de 牙 est *ɢˤa, avec préfixe m- de partie du corps. La forme Kuki-Chin *haa « dent » est probablement cognate.

    Comment expliquer les autres problèmes dans cette série phonétique ? pourquoi 邪 a-t-il une initiale sonore z- en MC (et y- dans un toponyme) ? pourquoi 舉 commence-t-il par k- en MC ? cette série s’explique comme 牙 *m-ɢˤa, 與 *m-q(r)aʔ, 舉 *C.q(r)aʔ, 邪 *sə.ɢA et ɢ(r)A (toponyme). Quelle est ton explication de cette série ?

    與 a beaucoup de sens en chinois. Le sens de « donner » n’est pas forcément le sens hérité. Le mot ST hérité pour « donner » en chinois est 畀.

    L’un des sens de 與 est ‘approuver’, « 許也 ». Ces mots peuvent être apparentés: 許 *qʰ(r)aʔ > xjoX > xǔ.

    Formes Jingpo etc. de type ya ‘donner’ citées dans ton billet: attention aux comparaisons basées sur une seule consonne et une seule voyelle.

    Les cognats tibétains des formes chinoises que tu dérives de ST *y- ont g.y-. « mouton » 羊 est g.yang; le cognat japhug qaʑo que tu cites montre que la préinitiale était uvulaire, pas vélaire. la forme tibétaine གཡང « prospérité » etc. que tu donnes comme gjaŋ, est réellement g.yang. De même, « chatouiller » dont tu ne cites que le cognat Japhug, est གཡའ g.ya. Nous pensons que ces formes avaient *ɢ en OC, hérité de PST *ɢ, donnant en tibétain g- dans les mots sans yod (secondaire en tibétain comme en chinois) et g. dans les mots avec yod.

    La même chose est vraie de OC *ɢʷ qui donne aussi g.y-, compare *右 *[ɢ]ʷəʔ ‘right hand’ et WT གཡས g.yas.

    Par contraste, les mots tibétains en gy- correspondent à des mots chinois en *g-.

    1. N’étant pas spécialiste de paléographie, mes connaissances sont insuffisantes pour évaluer l’hypothèse selon laquelle 牙 serait phonétique dans 與. Le graphe 与 est effectivement apparenté à celui de 牙, comme on peut le constater ici: http://www.guoxuedashi.com/kangxi/pic.php?f=ziyuan2&p=239
      et en effet certains soutiennent cette idée, comme ici: http://www.guoxuedashi.com/kangxi/pic.php?f=ziyuanlxq&p=1238

      Connecter phonétiquement 牙 ŋæ à 與 joX dans l’hypothèse d’un yod primaire serait acrobatique, est c’est un argument contre l’hypothèse que je propose. Néanmoins, notons que 勺 tɕak < *tewk est aussi apparenté paléographiquement à 与 et 牙, sans pour autant qu'on doive supposer une relation phonétique; même si la relation graphique est réelle, on ne peut pas nécessairement en déduire que le graphe est phonétique. On a le même problème avec 魚 ŋjo et 魯 luX que vous considérez comme phonétiques (d'où la reconstruction *r.ŋaʔ pour le second).

      "pourquoi 舉 commence-t-il par k- en MC ?"
      Voir le billet.

      "與 a beaucoup de sens en chinois. Le sens de « donner » n’est pas forcément le sens hérité."
      Je suis d'accord sur le principe; si la philologie permet de démontrer que le sens "donner" est secondaire, la comparaison que je propose est à rejeter.

      "Le mot ST hérité pour « donner » en chinois est 畀. "
      Rien n'empêche qu'il y ait eu plusieurs verbes de base pouvant se traduire par "donner", avec des sens légèrement différents, c'est même assez banal (en Japhug par exemple, mbi et kʰo).

      "la forme tibétaine གཡང « prospérité » etc. que tu donnes comme gjaŋ, est réellement g.yang."
      Attention, ici comme dans mes publications j'utilise ma propre transcription (Jacques 2012): https://www.academia.edu/2322359/A_new_transcription_system_for_Old_and_Classical_Tibetan

      "Nous pensons que ces formes avaient *ɢ en OC, hérité de PST *ɢ, donnant en tibétain g- dans les mots sans yod (secondaire en tibétain comme en chinois) et g. dans les mots avec yod. "
      Justement, ce changement phonétique supposé me paraît extrêmement improbable, d'autant que le qa- dans qaʑo est un préfixe bien identifié, pas une partie de la racine. Voir aussi la discussion dans la thèse de Lai Yunfan (p. 156) https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01571916v2/document

      "La même chose est vraie de OC *ɢʷ qui donne aussi g.y-, compare *右 *[ɢ]ʷəʔ ‘right hand’ et WT གཡས g.yas."
      Je ne crois pas à cette comparaison; *w- devant *a- arrondit la voyelle, y compris dans les groupes de consonnes (so "dent"< *s-wa, dom "ours" < *T-wam, doŋ "fosse" < *T-waŋ). En initiale absolue, je ne suis pas sûr de ce que donne *w- (le mot problématique est bien sûr joŋ / ɣoŋ "venir").

      1. Concernant rɤʑa « gratter, démanger » en japhug, (situ de bragbar rɐjâk, avec un -k additionnel encore non expliqué), précisons qu’il s’agit vraisemblablement d’un verbe dénominal venant d’un nom perdu *tɐ-ja(k) « démangeaison » (type japhug tɤ-re « rire (n) », ɯ-ʑɯβ « sommeil » etc; les verbes dénominaux correspondants sont nɤre « rire (vl) » et nɯʑɯβ « dormir »). Ces noms eux-mêmes proviennent de verbes, à une date antérieure au proto-rgyalrong.
        Pour གཡའ་ gja je pense que le g- est une trace du préfixe de participe: https://www.academia.edu/35901989/Fossil_nominalization_prefixes_in_Tibetan_and_Chinese

      2. Dans ces formes tibétaines, -y- est intrusif, comme l’est le yod de division 3 en chinois, mais les conditions de l’apparition de yod ne sont pas les mêmes. Dans WT གཡས g.yas ‘droite’, c’est l’intrusion de -y- entre ɢʷ et ə qui explique que le ə, régulièrement changé en a, n’a pas été arrondi par la labiouvulaire précédente.

        1. L’idée que le yod intrusif bloque l’arrondissement est falsifiée par གྱོན་ gʲon « porter (un vêtement) »; des formes apparentées sans yod existent en tibétain, གོས་ gos et བགོ་ bgo, et les cognats dans les langues rgyalronguiques montrent la présence d’une labiovélaire, zbu ⁿɡʷêt, ⁿɡʷît, ⁿɡʷét (voir la thèse de Gong Xun, p 253, https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01894726), japhug ŋga (avec perte régulière de l’arrondissement), tangoute gjwi² etc. Le /o/ du tibétain dans les trois mots ci-dessus vient donc de la fusion de *w avec *a, y compris dans gʲon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.