La relativisation du possesseur en japhug

En japhug, le possesseur d’un sujet intransitif peut être relativisé au moyen d’une relative participiale sujet, comme l’illustrent les exemples de la section 4.3 de cet article.

De même, l’exemple suivant montre qu’il est possible de relativiser le possesseur d’un objet dans une relative participiale objet en kɤ-:

(1) [ndʑi-mɲaʁ mɯ-tɤ-kɤ-rɤt] nɯni tɕetu, znde ɯ-taʁ nɯtɕu nɯnɯ pjɤ-nɯ-tu-ndʑi.
[3DU.POSS-oeil NEG-PFV-NMLS:OBJET-dessiner] DEM:DU dessu mur 3SG.POSS-sur DEM:LOC DEM IFR.IPFV-AUTO-exister-DU
« (Les dragons) dont il n’avait pas dessiné les yeux étaient toujours sur le mur. » (tiré de la traduction depuis le chinois de cette histoire)

Notons ici que si en principe la relative [ndʑi-mɲaʁ mɯ-tɤ-kɤ-rɤt] pourrait se comprendre comme une simple relative objet ‘Leurs yeux qui n’avaient pas été dessinés’, cette interprétation serait contradictoire avec le sens du verbe principal de la phrase. L’analyse de cette construction comme une relativisation du possesseur ‘(ceux dont) il n’avait pas dessiné les yeux’ est la seule possible.

Cet exemple illustre en outre l’emploi permansif du préfixe autobénéfactif nɯ- dans le verbe pjɤ-nɯ-tu-ndʑi ‘ils étaient toujours là’.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La relativisation du possesseur en japhug," Panchronica, 11/09/2018, https://panchr.hypotheses.org/2462 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.