Les « reconstructions-poubelles »

A l’occasion d’une conférence organisée en mémoire de Li Fang-kuei qui vient d’avoir eu lieu à Taipei, j’ai appris l’existence d’une interview de lui par Randy LaPolla et Ning-Ping Chan qui a eu lieu en 1986, un an avant son décès, et dont la transcription est disponible ici.

Si Li Fang-kuei est connu pour son aversion pour les polémiques et les attaques ad hominem (voir en particulier ce témoignage), il exprime dans ce document son opinion sur les travaux de Benedict et de Matisoff (sur lesquels la base de donnée STEDT est basée), qu’il n’hésite pas à qualifier de ‘junk’.

En lisant ce document, il est possible de constater que l’histoire de la linguistique connaît parfois des retours en arrière. En comparaison avec la rigueur de Li Fang-kuei, dont les travaux en linguistique historique de l’athabasque, du tibétain, du tai et du chinois, pourtant pionniers dans chacun de ces domaines, sont toujours utiles, ceux de Benedict et Matisoff, dont les reconstructions ne sont pas reproductibles et ne permettent d’expliquer les formes d’aucune langue attestée, ont causé un immense dommage à la linguistique historique du sino-tibétain, qui ne pourra être réparé qu’en cessant de citer leur travail (comme le conseille d’ailleurs Li Fang-Kuei lui-même) et en recommençant l’entreprise de comparatisme sur des bases rigoureuses, aussi bien du point de vue de la doctrine (lois phonétiques sans exceptions, stratification des emprunts, analogie) que des données (par exemple, cesser de confondre le dictionnaire de Jäschke avec la langue tibétaine).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les « reconstructions-poubelles »," Panchronica, 15/07/2018, https://panchr.hypotheses.org/2280 (ISSN 2494-775X)

4 réflexions sur « Les « reconstructions-poubelles » »

  1. Ce problème ne se limite pas au domaine sino-tibétain. En effet ces reconstructions poubelles sino-tibétaines ne diffèrent guère (hélas) de reconstructions poubelles dans nombre d’autres familles. En gros, plus l’étude d’une famille de langues donnée a commencé à date récente, plus il est vraisemblable que les linguistes ayant pondu les premières reconstructions de la langue ancestrale de la famille en question n’avaient tout simplement ni la formation ni les connaissances requises afin d’accomplir cette tâche.

    Et il va sans dire que ce sont ces fondateurs qui auront dicté, dictent ou dicteront ce qu’examinera la prochaine génération de chercheurs. J’ai déjà eu la chance (si je puis dire…) d’assister à un colloque sur une famille de langues amérindiennes (dont l’étude sérieuse remonte aux années soixante-dix): les jeunes chercheurs à qui j’ai parlé étaient d’une ignorance si crasse en matière de linguistique diachronique que je suis tout à fait sûr que leurs recherches là-dessus sont et demeureront sans la moindre valeur.

    Et je dois le souligner: ce n’est pas de leur faute. En effet, à en juger des délires -euh, pardon, je voulais bien entendu dire « travaux »- des chercheurs plus âgés, il était (à mes yeux) fort évident que, pour les jeunes chercheurs, suivre la voie tracée par leurs aînés ne pouvait se faire qu’en acceptant toutes leurs présuppositions. Y compris celles découlant d’une ignorance et d’une méconnaissance totales de la linguistique historique et de sous-disciplines ancillaires (typologie, dialectologie).

  2. Interesting! It speaks volumes that this piece of ‘open science’ was only delivered the year before Li Fang-kuei’s death: he clearly wanted to avoid controversy. Good that he nonetheless answered the pressing request from Ning-Ping Chan: « I think you should say explicitly, for the benefit of the younger generation, the younger linguists. Because my problem, my frustration is I try to take courses from great masters, but they never explicitly tell us what the methodology is. » (p. 69)

    Michel Ferlus says something similar about his own work in historical linguistics: he learnt Khmu, focusing on learning the language and documenting it. Then gradually he went into comparative work, still with Khmu at the back of his mind to give him a feel for the way other Austroasiatic languages work. In the case of Austroasiatic, it turned out to be an excellent choice (better than Vietnamese, for instance, because Vietnamese is atypical in various respects). For those aiming to do reconstruction at higher levels (high time depth) in Sino-Tibetan, Lahu or Naxi are probably not the best languages to choose at the critical stage of doing ‘immersion fieldwork’ and appropriating a language, the one that will always be at the back of one’s mind. But remember that China was not open to foreign researchers at the time when Jim pitched on Lahu, so rGyalrong was not an option at the time, was it. And it was lucky for Lahu studies & Yi/Loloish studies that so much good work was done on this group of languages.

    Something appealing about Li Fang-kuei’s interview is that he makes the method sound simple and clear. The method is demanding, but not mysterious. Great that Ning-Ping Chan and Randy LaPolla elicited & published this interview.

    1. I find, actually, that he barely explained the method in any practical detail whatsoever, despite being asked so many questions about it. The « junk » quote is on p. 68 if anyone wants to read it in context, but other than p. 66 (« I think it [Benedict’s methodology] is no methodology ») there’s hardly any context at all. – I agree, of course, that the reconstructions in the Conspectus and the STEDT are more like the « multilateral comparison » of Greenberg & Ruhlen than like historical-comparative reconstructions based on exceptionless sound correspondences, but Li hardly made that clear in the interview.

      Perhaps relatedly, he was also – no doubt deliberately – vague (pp. 91, 93) about what he thought about whether Tai or Miao-Yao belonged to Sino-Tibetan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.