Une trace de préfixation en proto-Hmong-Mien?

Le hmong-mien est peut-être l’une des familles d’Asie présentant le moins de trace de morphologie; néanmoins, la paire « tuer » (Mien tai5, pHM *təj C) et « mourir » (Mien tai6, pHM *dəj C, Ratliff 2010:210) montre sans ambiguïté non seulement que des alternances de voix ont dû exister, mais en plus qu’une parenté ancienne avec l’austronésien ne peut être exclue d’un revers de la main.

Je propose la paire suivante, qui me semble sémantiquement et phonologiquement assez plausible:

« sommeil, dormir », Mien pwei5, pHM *pwei C
« rêve, rêver », Mien bei5, pHM *mpei C

Ces deux étymons sont reconstructibles sans difficulté au proto-HM, et ne sont ni des emprunts au chinois, ni apparemment à aucune langue de la région. Ils partagent la même rime, le même ton et la même initiale, et ne diffèrent que par la prénasalisation (pour « rêver ») et la présence d’une médiane *-w- (pour « dormir »).

Pour le rapport entre « dormir » et « rêve », notons le cas du russe сон, сна (< *sup-no-) "sommeil, rêve", qui s'emploie dans la collocation видеть сон "rêver", le nom composé сновидение "rêve" et le dénominal сниться "rêver". On a de même en sanskrit une collocation du même type svapnam dṛś « rêver », et le dérivé duḥsvapna- « mauvais rêve ». J’ignore si la directionnalité inverse (« rêver » –> « dormir ») est possible.

Le problème pour relier ces formes est « simplement » une question de morphologie: comme la Wortbildung du HM n’est pas connue, la relation entre ces étymons peut se prêter à toutes sortes d’interprétations: la prénasalisation est assez probablement la trace d’un préfixe (dont la fonction est à déterminer, mais qui pourrait être dénominal), et la médiane *-w- dans « dormir » pourrait être la trace de labialité de la voyelle ou la consonne d’un préfixe (autrement dit, les deux formes seraient dérivées).

Ces observations sont condamnées à ne rester que des curiosités, à moins qu’un plus grand nombre de paires présentant des caractéristiques phonologiques et morphologiques similaires ne soient mises en évidence.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace de préfixation en proto-Hmong-Mien?," Panchronica, 19/06/2018, https://panchr.hypotheses.org/2262 (ISSN 2494-775X)

Une réflexion sur « Une trace de préfixation en proto-Hmong-Mien? »

  1. C’est une possibilité prometteuse. Pour le passage de « sommeil » vers « rêve », on a aussi ləmnam « rêve » en siwi, un emprunt du mot arabe ma-nām « sommeil, rêve », un masdar du verbe nāma yanāmu « dormir »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.