Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! Notes de lecture sur l’ouvrage « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

Les études indo-européennes, et en particulier la grammaire comparée, sont victimes en France d’une suspicion d’accointance avec l’extrême droite, voire le nazisme. Le livre Mais où sont passés les Indo-Européens ? de l’archéologue Jean-Paul Demoule, dans lequel l’auteur jette le doute sur l’existence d’une langue proto-indo-européenne, est une manifestation de ce phénomène franco-français, qui étonne même nos collègues canadiens francophones.

Ce livre a été primé, et a reçu certains compte-rendus positifs, y compris de la part de philologues tels que Gérard Fussman; cette émission radiophonique donne un aperçu des idées défendues par J.-P. Demoule et de son mode d’argumentation. En dehors de France, ce livre n’a eu que peu d’echo, si ce n’est la réponse de la linguiste Asya Pereltsvaig, qui a donné lieu à un échange public avec l’intéressé sur ce même blog.

Les indo-européanistes français ont dans leur grande majorité (mis à part Romain Garnier et Xavier Delamarre dans leur compte-rendus dans *wékʷesi) malheureusement choisi le silence. Mon collègue et ami Thomas Pellard vient de publier sur son blog deux billets, dans lesquels il aborde deux points concernant l’ouvrage de J.-P. Demoule (parmi une myriade d’autres problèmes):

(i) L’assertion selon laquelle seule une racine serait commune à l’ensemble des branches de l’indo-européen — Thomas Pellard démontre que cette affirmation est fausse et contredit la source de J.-P. Demoule à la page même qu’il cite.
(ii) Un contresens de J.-P. Demoule concernant les statistiques et leur application à l’étude de la parenté des langues.

La question de la relation possible des études indo-européennes avec le nazisme n’a en aucun cas été passée au silence par les indo-européanistes eux-mêmes (notons par exemple cet article de H.H. Hock), mais elle est de toute façon indépendante de la réalité d’une langue indo-européenne, et plus généralement de la possibilité de reconstruire une proto-langue hypothétique à partir de langues attestées.

L’indo-européen n’est que la famille dont on connait le mieux l’histoire — la même méthode s’applique de façon identique à toute les familles, qu’il s’agisse de langues de grande civilisation étatiques (sémitique, chinois etc), ou de langues à tradition orales avec ou sans agriculture (langues kiranties, langues austronésiennes de Taiwan, langues algonquiennes etc).

J.-P. Demoule mentionne dans ses écrits la nécessité d’un « modèle plus complexe » que le modèle arborescent; or, les linguistes comparatistes sont pleinement conscient de ses limites (cet article à paraître avec J.-M. List présente ma position sur le sujet; voir aussi le débat qu’il a suscité et ce billet de l’ouraliste Juho Pystynen). C’est justement l’application rigoureuse d’une méthodologie néogrammairienne et l’usage d’un modèle arborescent, basés sur un nombre réduit de présupposés de base, qui permet de mettre au jour avec précision les phénomènes de contact et d’interférences entre langues, et de dépasser le stade des vagues suggestions.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! Notes de lecture sur l’ouvrage « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »," Panchronica, 08/03/2018, https://panchr.hypotheses.org/2145 (ISSN 2494-775X)

15 réflexions sur « Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! Notes de lecture sur l’ouvrage « Mais où sont passés les Indo-Européens ? » »

  1. @ Etienne : sur le concept d’ « arbre généalogique »
    J’ajouterais, en complément aux remarques sensées d’Etienne sur le fait que plus personne ne croit au modèle simpliste de l’arbre généalogique schleicherien, qu’il reste cependant valide dans son principe mais qu’il faut y substituer maintenant _des coupes horizontales_ dudit arbre à un moment donné : des rameaux initialement divergents ont pu se rapprocher plus haut dans la ramure et s’influencer. Cela permet de réconcilier la théorie concurrente des « vagues » du Père Johannes Schmidt. Ce modèle est particulièrement explicatif pour comprendre les ressemblances, mais aussi les divergences profondes (dans le verbe par exemple) qu’il y a entre la famille baltique et la famille slave. C’est la position qu’avait prise Antoine Meillet dans ses ‘Dialectes indo-européens’ (2e éd. 1922, ch. 4, réédité incessamment aux ‘Cent Chemins’, avec une biblio mise à jour). Une représentation en trois dimensions de l’arbre en question avec des coupes horizontales successives est évidemment bien plus complexe à la représentation que le simple schéma généalogique schleicherien, mais plus précis et plus proche de la réalité. En ce domaine (la dialectologie) comme en d’autres de la grammaire comparée, c’est la _ chronologie_ qui est fondamentale. On trouvera quelques graphiques prévalant actuellement dans la recherche en dialectologie dans la synthèse de Jim Mallory « A la recherche des Indo-Européens », Seuil 1997, pp. 21-25).

  2. Cher Thomas Pellard,

    Effectivement, vous avez hélas raison sur un point : mon texte de la tribune (de 3000 signes) que m’avait proposée la revue « La Recherche » il y a trois ans commençait en réalité par la phrase « Comment expliquer l’existence de la famille des langues dites indo-européennes, clairement distincte de celle des langues sémitiques ou sino-tibétaines ? » – texte originel que je tiens à la disposition des (rares) historiographes que cela pourrait intéresser. La journaliste éditrice a sans doute voulu en rajouter dans la polémique, et a inventé de toutes pièces la phrase que vous citez, et que je n’ai jamais ni écrite, ni pensée. Et, honte à moi, pressé comme tout un chacun, je n’ai pas pris la peine de vérifier de près les épreuves (cela peut arriver). Mais vous ne trouverez nulle part dans mon livre une telle affirmation. Et puis que vous cites l’une de mes « antithèses », la première est tout à fait claire là-dessus.

    Le problème, néanmoins, c’est qu’entre l’Arbre (Stammbaum) stricto sensu et des ressemblances qui seraient purement fortuites, il y a toutes sortes d’intermédiaires possibles. Et on m’a aussi bien reproché tout au contraire, comme je l’explique plus loin à un autre collègue (anonyme cette fois) d’enfoncer des portes ouvertes, tout bon indo-européaniste étant censé savoir que l’Arbre est un modèle complètement dépassé.

    Donc pour me répéter (la pédagogie étant la répétition), je n’ai JAMAIS écrit que la grammaire comparée des langues indo-européennes serait une pure invention, et prétendre mettre ainsi au chômage de nombreux collègues. J’ai juste voulu expliquer l’histoire, dans tous ses principaux aspects, de la notion d’ « Indo-Européens » ainsi que les questions qui restaient ouvertes.

    Mais je reconnais qu’il est plus difficile d’exposer des thèses simples que des thèses complexes.

    Quant au nazisme, celui-ci, joint à l’ensemble des extrêmes droites anciennes ou contemporaines, occupe à peine un dixième de mon livre. Ce n’est pas un point central, mais il était difficile de l’omettre dans une étude historiographique. Je considère seulement que l’idéologie aryenne du nazisme est l’un des points d’aboutissement, historiquement attesté, de l’hypothèse d’un peuple originel unique et conquérant – qui n’est lui-même que l’un des modèles explicatifs possible. Et je déconnecte totalement et clairement les idées politiques (fort diverses, sinon opposées) des différents auteurs, et leurs théories.

    Enfin, il va de soi que ni Amazon, ni « Eléments », ni plus récemment la chaîne de télévision d’extrême droite « TV Libertés » ne sont des lieux de débats scientifiques ; mais si s’y exprime (sous pseudonyme ou non) l’un des deux responsables de la récente revue d’études indo-européennes Wekwos, il est difficile de ne pas verser cela au débat.

    Je vais également répondre à vos propres textes à la place prévue pour cela.

    Bien cordialement

    Jean-Paul Demoule

    1. Cher Jean-Paul Demoule,

      Au cours de votre discussion avec Asya Pereltsvayg, vous écriviez : « my book does not say that Indo-Europeans, speaking an original language, did not exist ». Dans votre réponse à Thomas Pellard, vous confirmez « je n’ai écrit nulle part qu’il n’y aurait jamais eu de langue indo-européenne originelle unique ». Votre première antithèse, p. 596, parle en effet de la famille indo-européenne comme d’une “ famille de langues cohérente ”. Cependant vous n’écrivez nulle part non plus que les indo-européens, parlant une langue ancestrale aux différentes langues indo-européennes, ont existé.

      Je me pose le problème de réconcilier avec ces déclarations le texte qui figure en 4e de couverture de votre livre “ Mais où sont passés les indo-européens ? ” dont le sous-titre est “ le mythe d’origine de l’occident ”. En voici le second paragraphe :

      “ Mais les Indo-Européens ont-ils vraiment existé  ? Est-ce une vérité scientifique , ou AU CONTRAIRE, un mythe d’origine, celui des Européens, qui les dispenserait de devoir emprunter aux juifs, à la Bible ? ” (les majuscules sont de moi).

      Comme je le comprends, ce texte, rapporté au sous-titre de votre livre, dit que les indo-européens (et par conséquent leur langue, le proto-IE) n’ont pas existé. Cette interprétation me paraît confirmée par le 3ème paragraphe—mais peut-être ne vous ai-je pas bien compris—qui se termine sur la phrase :

      “ Pour expliquer les ressemblances entre ces langues, d’autres modèles restent à construire, bien plus complexes, mais infiniment plus intéressants ”.

      Je comprends cette phrase comme suit : les ressemblances entre langues IE ne s’expliquent pas par des matériaux linguistiques hérités d’une langue ancestrale—cela est un mythe—, mais plutôt par la convergence de langues au départ non apparentées mais en contact les unes avec les autres.

      Voici trois questions, que je vous pose sans arrière-pensées.
      1. Ma compréhension de ces lignes reflète-t-elle votre pensée ?
      2. Croyez-vous possible qu’une famille de langues réelle (antithèse 1) puisse ne pas avoir de langue ancestrale ?
      3. Pensez-vous possible que la famille dont vous acceptez l’existence ait eu une langue ancestrale, parlée par un groupe d’humains pas forcément très homogènes biologiquement, sans qualités morales particulières, dans une zone géographique relativement vaste, et qu’après leur essor démographique et leur dispersion pour des raisons qui restent à comprendre, leurs langues se soient diversifiées et et aient subi des contacts linguistiques plus ou moins intenses les unes avec les autres, et avec les langues d’autres populations ?

      Bien cordialement,

      Laurent Sagart

      1. Cher Laurent Sagart,

        Je vais donc répondre de manière complète et cohérente aux différentes questions posées sur les deux blogs. Ce sera dans le courant de la semaine, étant actuellement en déplacement professionnel à l’étranger.

        Bien cordialement

        Jean-Paul Demoule

        1. Monsieur Demoule-

          Je voudrais me faire l’écho des interrogations de Laurent Sagart (Monsieur Sagart: j’ai réellement adoré votre ouvrage THE ROOTS OF OLD CHINESE).

          Monsieur Demoule: Vous dites que vous n’avez jamais nié qu’une langue proto-indo-européenne aurait pu exister.

          Pourtant, on vous cite comme suit:

          (http://www.reelgeneve.ch/les-indo-europeens-et-lhistoire/)

          « Il commence par revenir sur deux points importants. Premièrement, il ne remet pas en cause l’existence d’une proximité linguistique au sein de ces langues, ni le partage d’un vocabulaire entre elle. Deuxièmement, parler des Indo-Européens ne veut pas dire être nazi »

          (Sic: je présume que « elle » est une faute pour « elles »).

          Bref, vous ne niez pas l’existence de ressemblances de structure et de vocabulaire, mais on pourrait supposer que vous niez l’existence d’une langue indo-européenne ancestrale commune. Ce que paraît indiquer, plus loin, ceci:

          « Si l’existence d’un peuple indo-européen est purement spéculative, les liens entre ces différents peuples (en particulier au niveau linguistique) sont indéniables. À ce propos, le protohistorien esquisse une théorie. Pour lui, cette proximité linguistique vient plutôt de l’influence entre ces peuples qui sont rentrés en contact. D’ailleurs il y a parfois plus de proximité linguistique entre une langue non-indo-européenne et une langue indo-européenne, comme il l’a montré lors de sa conférence. »

          « Vient plutôt de »: vous paraissez bel et bien offrir une alternative au modèle de l’arbre généalogique, et non un ajout à ce modèle.

          Et bien, désolé, mais je vous le dis et je vous le répète: Si on veut expliquer nombre de ressemblances entre langues indo-européennes, tout modèle explicatif autre que celui de l’arbre généalogique est impossible. Point final. Je m’y connais en linguistique diachronique et en contact langagier, et je vous assure que le mot « impossible » n’est pas trop fort dans ce contexte.

          Ou vous a-t-on encore mal cité? Je pose la question sans ironie: car si la réponse est oui, pourrais-je recommander que vous dressiez une liste (votre blogue serait l’endroit idéal) de fausses citations qui vous ont été attribuées? Cela facilerait grandement le débat pour tous.

          Pour ce qui est de la dernière phrase dans la dernière citation ci-dessus, j’ose espérer que vous avez lu mon dernier commentaire chez Asya Pereltsvaig, qui montre que cette observation n’appuie aucunement l’idée que l’arbre généalogique ne serait pas un modèle adéquat, et d’ailleurs que Colin Masica (que vous citez) prend pour acquis que les langues indo-aryennes (qui doivent certes nombre de leurs traits saillants au contact avec diverses autres langues) sont indo-européennes.

          Enfin: je lirai avec le plus vif intérêt votre réponse.

    2. Cher J.-P. Demoule, merci pour ces clarifications. Je crains malheureusement ne pas être le seul lecteur à avoir été induit en erreur par l’article dans La recherche et par votre manière dans votre ouvrage de présenter des arguments cherchant à minimiser les preuves de la parenté des langues indo-européennes. Concernant le modèle en arbre, je ne crois pas qu’il soit juste de dire qu’il est trop simpliste et a été totalement abandonné par les indo-européanistes. Les linguistes comparatistes sont bien conscient de ses limites, mais il a aussi des avantages: il permet de bien distinguer entre les phénomènes dus au contact et ceux dus à la parenté et de modéliser des séquences chronologiques de changements. J’essaierai de rédiger un billet sur mon blog pour développer.

      Quant aux liens nazisme et à l’extrême-droite, c’est un sujet bien connu, déjà abondamment traité dans l’historiographie (mais pas sur les dernières décennies en France, là votre livre est sans doute original), et que personne ne saurait nier. Mais la lecture de passages comme ceux que j’ai cités donne l’impression que vous assimilez l’idée même de l’indo-européen à une idéologie raciste. Désolé si ce n’était pas votre intention, mais là encore je ne dois pas être le seul a voir eu cette impression.

  3. Quant au dialogue que j’ai eu avec Asya Pereltsvaig sur son blog, son analyse de mon travail ne se fondait pas sur la lecture de mon livre mais, de son propre aveu, sur une demi-page d’interview que j’avais donné sur ce sujet dans un journal suisse grand public. Je lui ai néanmoins fait parvenir mon livre entre temps.

    1. Cher monsieur,

      Merci de vos réponses. Concernant votre affirmation sur la page d’Asya Pereltsvaig selon laquelle « my book does not say that Indo-Europeans, speaking an original language, did not exist » et votre remarque plus bas « je n’ai écrit nulle part qu’il n’y aurait jamais eu de langue indo-européenne originelle unique », notons néanmoins que, comme l’indique Thomas Pellard, dans votre débat avec Romain Garnier dans la Recherche en 2015 vous écrivez : « je ne crois pas qu’il existe une famille de langues dites « indo-européennes » qui soit clairement distincte de celle des langues sémitiques ou sino-tibétaines ». Cette phrase ne souffre d’aucune ambiguïté.
      Je vous invite à réagir aux critiques factuelles de votre ouvrage que Thomas Pellard a présentées sur son blog. Il a entre temps publié un troisième billet.

  4. Monsieur Demoule-

    Je suis le même Etienne qui, il y a deux ans, a offert (ici: http://www.languagesoftheworld.info/bad-linguistics/are-indo-europeans-untraceable-a-response-to-jean-paul-demoule.html)

    de vous expliquer pourquoi aucun modèle autre que celui de l’arbre généalogique (vous savez, ce modèle que vous qualifiez de simpliste du point de vue historiographique) ne peut expliquer un ensemble de traits communs que l’on retrouve dans les langues indo-européennes.

    Je désire vous faire savoir que l’offre tient toujours.

    En attendant votre réponse, permettez que je vous offre une petite citation (sur l’historiographie, justement!) qui me semble fort pertinente:

    “Man hat der Historie das Amt, die Vergangenheit zu richten, die Mitwelt zum Nutzen zukünftiger Jahre zu belehren, beigemessen: so hoher Aemter unterwindet sich gegenwärtiger Versuch nicht: er will blos zeigen, wie es eigentlich gewesen. »

    Je ne sais pas pourquoi, mais je songe souvent à vous lorsque je lis « die Vergangenheit zu richten »…

    1. Cher collègue anonyme,
      Il n’est sans doute pas nécessaire de remonter à 1824 et à Leopold von Ranke pour se demander si l’histoire doit juger le passé. Mais si vous sous-entendez (comme cela a été parfois dit) que je condamnerais les études indo-européennes au nom de l’idéologie aryenne du nazisme (qui lui-même a été jugé, et pas seulement par l’histoire), c’est que vous n’avez pas lu mon livre. Car ce n’est pas ce que je dis. Quant à votre aimable et condescendante proposition de m’expliquer ce qu’est la grammaire comparée, je vous en remercie, mais elle ne me paraît pas nécessaire. D’autant que, symétriquement, des indo-européanistes m’ont parfois reproché d’enfoncer des portes ouvertes, le modèle en arbre stricto sensu étant considéré par eux comme périmé depuis longtemps. Je reste tout à fait disposé à m’entretenir avec vous, mais sous votre vrai nom.
      Bien cordialement
      Jean-Paul Demoule

      1. Monsieur Demoule-

        1-En ce qui concerne mon anonymat, le simple fait est que je n’occupe aucun poste universitaire stable à l’heure actuelle et que j’ai de bonnes raisons de croire que ce fait s’explique (du moins en partie) par le fait que j’ai eu l’imprudence de prendre position en public sur certains sujets linguistiques qui étaient trop sensibles, d’un point de vue idéologique.

        S’il est une chose, en passant, que l’on devrait enseigner à tous les chercheurs en herbe, c’est que le proverbe « Veritas omnia vincit » n’a strictement aucun rapport avec le monde réel…

        Et il me semble que de votre point de vue mon anonymat ne devrait pas avoir la moindre importance: je ne vois guère en quoi la valeur des faits et arguments que je pourrais présenter s’évaluerait mieux si vous saviez exactement qui je suis.

        2-Cependant, je détecte dans vos réponses une méprise sérieuse sur le modèle de l’arbre généalogique: et nombre de linguistes, hélas, la partagent. Elle consiste à croire que le modèle de l’arbre généalogique sous-entendrait que tous les traits langagiers d’une langue-fille seraient issus de sa langue-mère.

        Or, on n’a jamais cru cela. Le modèle de l’arbre généalogique indique une réalité historique: par exemple, que le français est une langue issue de la transformation graduelle du latin, et le latin du proto-indo-européen. Mais il n’en découle aucunement que tous les traits langagiers, sans exception, du français doivent provenir du latin, ou ceux du latin de l’indo-européen.

        En ce sens vous avez tout à fait raison de croire que le modèle de l’arbre généalogique ne suffit pas en soi à expliquer tout ce qui se retrouve dans une langue donnée. Mais encore une fois, aucun chercheur sérieux n’a jamais affirmé le contraire.

        Qui plus est, le seul moyen de savoir avec précision dans quelle mesure le contact et l’emprunt ont touché une langue donnée, c’est le modèle de l’arbre généalogique, et plus particulièrement la régularité des changements phonologiques. Modèle qui nous permet de départager, dans une langue donnée, les éléments hérités des éléments empruntés.

        Et de ce fait ce modèle permet d’en savoir énormément sur les contacts préhistoriques ayant forgé diverses langues: ainsi, si l’anglais « path » et l’allemand « Pfad » remontent au germanique occidental, cette langue a dû elle-même emprunter le mot à une langue…iranienne. Si (le mot est apparenté au latin « pons, pontis », mais sa forme exclut qu’il puisse s’agir d’un mot indo-européen hérité en germanique: pour plus de détails je vous invite à en parler avec un germaniste compétent).

        Le paradoxe, monsieur Demoule, c’est que si vous voulez démontrer l’importance du contact langagier dans l’histoire des diverses langues indo-européennes, ce n’est qu’en partant du modèle de l’arbre généalogique que vous pouvez en faire une véritable démonstration.

  5. Mon cher Collègue,
    Merci de votre intérêt pour mon livre. Malheureusement, je n’ai écrit nulle part qu’il n’y aurait jamais eu de langue indo-européenne originelle unique, mais simplement que ce modèle est beaucoup trop simpliste – et je ne suis nullement le premier à le dire, d’un point de vue historiographique ; je ne fais que le relever. Et j’ai encore moins écrit que le nazisme disqualifierait toutes les études indo-européennes ; mais seulement qu’il est l’un des points d’aboutissement possibles du modèle canonique.
    Par ailleurs, parmi les comptes rendus critiques en France, il n’y a pas que l’article de Romain Garnier dans Wekwos 2 (lequel m’a courtoisement offert un droit de réponse dans le récemment paru Wekwos 3 ; il y a aussi des attaques injurieuses de Xavier Delamarre sur Amazon sous le pseudonyme de « Axelrod », et un entretien du même avec Alain de Benoist dans la revue d’extrême droite « Elements », où il me traite de « négationniste », une référence à la Shoah qu’on peut trouver particulièrement mal venue.
    Bien cordialement
    Jean-Paul Demoule

    1. Cher J.-P. Demoule, votre ouvrage donne en tout cas l’impression que vous remettez en question l’existence même de l’indo-européen, alors que cela fait consensus chez les linguistes, qui débattent plutôt des détails du modèle ou au mieux du statut épistémologique des reconstructions (la reconstruction est-elle un modèle formel ou bien une approximation de l’ancêtre commun). Il faudrait relire votre volumineux ouvrage mais vous avez bien écrit en 1980 dans la revue L’histoire, p. 111, «La notion même d’unité indo-européenne devient alors problématique», et dans La recherche en 2015 p.83 «Je ne crois pas qu’il existe une famille de langues dites «indo-européennes» qui soit clairement distincte de celle des langues sino-tibétaines ou sémitiques».

      Sur le nazisme et le racisme, j’ai tout de même relevé les citations suivantes dans votre ouvrage:
      «on le sait, sous le nom d’« Aryens », cet « Indo-Européen » a servi de prétexte aux pires idéologies du XXe siècle : ne s’agit-il que d’un détournement accidentel, déjà guéri et sans descendance ?» (p. 11)
      «Le nazisme n’aura-t-il été qu’une parenthèse monstrueuse et aberrante dans le déroulement normal, sinon irréprochable, des études indo-européennes ? Au cœur du paradigme indo-européen canonique, il y a dès l’origine, sinon comme origine, l’opposition entre Aryens et Sémites» (p. 202)
      «la construction du mythe indo-européen est à la fois celle d’un mythe d’origine et celle d’un mythe identitaire. Il accompagne dès la fin du XVIIIe siècle l’émergence des États-Nations européens et de de leurs identités nationales, mais il le fait à l’échelle de l’Europe toute entière. Il sera dès lors lié à leurs destins, et bientôt à leur pathologies, y compris les plus monstrueuses.» (p. 594)
      «Antithèse 11. L’exploitation passée ou actuelle, par des mouvements nationalistes et extrémistes, du modèle indo-européen canonique sous la forme d’un Peuple originel parti d’un Foyer originel, est le miroir grossissant des représentations idéologiques sous-tendues par ce modèle.» (p. 597)
      Pour moi, comme pour beaucoup d’autres lecteurs, ceci constitue une tentative de disqualification par association avec le nazisme. Si ce n’était votre intention, il faudrait vous expliquer et à l’avenir être plus prudent et rigoureux dans vos écrits.

      Concernant les compte-rendus critiques, je ne pense pas qu’on puisse considérer des commentaires sur Amazon comme un travail d’évaluation scientifique. Je ne connais pas la revue Éléments, mais cela n’a pas l’air non plus d’être une revue scientifique, ni même de vulgarisation scientifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *