Jinghpo wànhkùt “fumée”

Le nom jinghpo wànhkùt “fumée” est un composé comprenant le nom wàn “feu” (l’une des innovations définitoires du groupe sal) et une syllabe -hkùt vraisemblablement apparentée à la racine que l’on trouve un peu partout dans la famille, par exempleen japhug tɤkhɯ avec un préfixe tɤ- qui est probablement un préfixe possessif indéfini de nom inaliénablement possédé fossilisé (noter les verbes dérivés ɣɤkhɯ “être enfumé” et sɤkhɯ “fumer”)

Comment expliquer la coda -t dans le jinghpo -hkùt ? Il est évident qu’une solution phonologique ne s’impose pas, et qu’il s’agit d’un suffixe. Or, il existe un verbe hkú traduit dans le dictionnaire de Dai et al. comme “熏” (le seul exemple donné est wànhkùt hkú “烟熏”, ce qui suggère qu’il s’agit d’un verbe intransitif “enfumer”). La syllabe -hkùt est donc très vraisemblablement un dérivé nominal de ce verbe (même si je n’explique pas la différence de ton), avec un suffixe -t cognat du -d de nominalisation bien connu du tibétain (à propos duquel voir les exemples dans cet article, comme nad ནད་ “maladie” de na ན་ “malade”). Ce n’est donc qu’un cognat indirect de la forme japhug, passé par un stade verbal.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Jinghpo wànhkùt “fumée”," Panchronica, 29/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2124 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.