La causativisation par changement tonal en jinghpo (2)

Dans le billet d’hier, j’ai soulevé les problèmes que pose l’hypothèse selon laquelle l’alternance tonale dans certains verbes causatifs en jinghpo serait due à un préfixe sigmatique causatif. Explorons une hypothèse alternative. On remarque que dans les exemples suivants, les verbes ont tous une coda sonante (-i compte comme une coda, -oi n’est pas une diphtongue monophonémique):

(1)
rōng “在” , róng “使在、关”
yām “当(奴隶)” , yám “使当(奴隶)”
nōi “挂着” , nói “挂上”

Or, il existe un nombre conséquent de verbes ayant une trace du suffixe -t applicatif (voir cet article pour des exemples en kiranti):

(2)
màlāng “直” , màlán “使直”
màdī “湿” , màdìt “使湿”
shàmū “动” , shàmòt “使动”
lùng “上(山)”, lún “往高处放东西”

On observe qu’avec les verbes à syllabe ouverte, on ajoute simplement un -t (avec un changement vers le ton 31 dans le cas de ‘bouger’), et que les verbes à consonne finale -ng voient celle-ci devenir -n, par un stade *-ŋt > *-nt > -n (comme en khaling, dans l’article cité ci-dessus). Ces verbes développent un ton haut dans leur forme causative.

Si l’on admet maintenant qu’avec les sonantes autres que -ŋ, le suffixe applicatif dental ne cause pas d’assimilation (c’est le cas en khaling, où seul -ŋ est affecté), mais qu’il produit néanmoins l’alternance tonale vers le ton haut 55, il devient possible de considérer les exemples yám et nói en (1) comme un sous-groupe de (2). Le cas de róng “使在、关” est plus compliqué: celui-ci devrait être une extension analogique de l’alternance tonale sans changement segmental, basé sur des verbes tels que yám et nói. Cette hypothèse est un moindre mal par rapport aux problèmes que pose l’analyse de cette alternance tonale comme provenant d’un préfixe causatif. Alternativement, comme on note qu’en khaling le paradigme des verbes en -ŋt fait intervenir des alternances synchroniques entre -nd- et -ŋ- (voir les paradigmes complets dans cet article), de telles alternances peuvent se régulariser aussi bien comme -nd- ~ -nd- que comme -ŋ- ~ -ŋ- (voire même -ŋd- ~ -ŋd-), ce qui expliquerait, pour ce verbe, la combinaison de la trace tonale du suffixe d’applicatif avec l’absence d’assimilation.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La causativisation par changement tonal en jinghpo (2)," Panchronica, 28/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2119 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *