Retour sur *sr- et *j-

Dans ce billet, j’avais soulevé le problème de la correspondance entre le *sr- le mot « honte » dans certaines langues (Japhug tɤ-zraʁ, nɤzraʁ etc) face au *j- observé en jinghpo gayà’ 害羞 et au hakha lai nı̀ŋ-zak-I, -zaʔ-II (z- vient de *j-).

Or si l’on oublie la comparaison avec le chinois 色 ʂik qui il faut bien le reconnaître est contestable, les langues ayant *sr- dans cet étymon appartiennent toutes à la branche birmo-qianguique.

Je propose donc l’idée suivante: le pré-birmo-qianguique avait une initiale *sj-, qui a subi une Verschärfung en *sr-, se confondant avec les anciens *sr-, comme le traitement du proto-sioux *y- en omaha dans les groupes de consonnes (*y- ne se confond pas avec *r- comme consonne simple, mais *wy- donne bð- ou br- dans les langues dhegiha comme *wr-). Pour rendre compte des formes jinghpo et kuki-chin, on peut supposer soit (i) que *sj- donne j- dans ces langues (ii) que *sj- en birmo-qianguique contient un préfixe *s- (mais il faudrait l’identifier, ce qui n’est pas évident).

Il existe bien sûr des groupes sj- et zj- en japhug et ailleurs, mais il s’agit soit d’idéophones, soit de mots à préfixe z-.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Retour sur *sr- et *j-," Panchronica, 22/01/2018, http://panchr.hypotheses.org/2104 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *