Un autre Wanderwort commun au Hmong-Mien et au rgyalronguique?

On trouve en hmong un verbe reconstruit comme *qe (ton C, Rattliff 2010:138) “scold”, attesté par les formes suivantes (Wang et Mao 1995:327, n°613)
“骂”:
青岩 qai (5)
高坡 qe (5)
宗地 he (5a)
复员 qe (c)
枫香 qɛ (5)

Wang Fushi et Mao Zongwu comparent cet étymon au mien de 江底 Jiangdi he:m (5) “骂”; toutefois, la correspondance entre une rime en -m et la rime du proto-hmong *-e serait unique; celle-ci correspond normalement à syllable ouverte ou en *-j en chinois, et cette comparaison est donc douteuse.

On trouve toutefois une racine superficiellement ressemblante en rgyalronguique, représentée par le verbe transitif nɤmqe “gronder” et le réciproque amqaj “se disputer” (l’alternance -e / -aj est unique). Pourrait-il s’agir d’un nouvel emprunt birmo-qianguique en hmong? La plupart des autres mots, comme “noix“, sont des noms, mais on y trouve aussi des numéraux de base et il n’est pas absurde de penser que des verbes ont pu aussi faire partie de cette ancienne couche d’emprunts, qui est peut-être plus large qu’on ne le croit.



Citer ce billet
Guillaume Jacques (2018, 13 janvier). Un autre Wanderwort commun au Hmong-Mien et au rgyalronguique? Panchronica. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/snhi

2 réflexions sur « Un autre Wanderwort commun au Hmong-Mien et au rgyalronguique? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.