L’influence du chinois sur l’ordre des mots du tujia

Comme la majorité des langues sino-tibétaines, dont le japhug et le tibétain, le tujia est une langue à verbe final (« SOV »). Néanmoins, dans ce livre p. 132, les auteurs proposent que, sous l’influence du chinois, un certain nombre de verbes sont utilisés avec des complétives post-verbales.

(1) miɛ̃54tie33 [ʑi35thã54 ɣə33]
afin.d’éviter.de un.tour aller
免得再跑一趟 « afin de ne pas avoir à y aller à nouveau »

(2) tɕɛ̃35ɲi35 [sɿ33tɕɛ̃35 a54zɿ33 pia35 tsẽ55tɕa3]
suggérer temps beaucoup un.peu augmenter
建议增加时间 « (je) suggère de donner un peu plus de temps »

Remarquons tout d’abord que (i) aucun des exemples qu’ils donnent dans cette section (mais voir plus bas) n’ont un objet nominal suivant un verbe: les constituants qui se situent après le verbe, ici marqués par des parenthèses carrées, sont des propositions, (ii) à l’intérieur de ces propositions, l’ordre est toujours objet-verbe.

Notons que dans les langues comme le japhug, même dans des textes influencés par le chinois, l’ordre des mots objet-verbe et complétive-verbe est strictement observé. On trouve au mieux des propositions complétives ou des objets disloqués à droite, comme en (3), mais ces cas ne sont pas très courants et ont une prosodie particulière.

(3) tsuku tɕe kɯ-jom tsa ku-lɤt-nɯ ŋgrɤl, ɯ-khɤftsɯɣ
certains LNK NMLZ:S/A-être.large un.peu IPFV-jeter-PL être.le.cas.habituellement:FACT 3SG.POSS-tour.d’aiguille
« Certains ont un tour d’aiguille plus large. » (cette histoire)

Il me semble en fait qu’une analyse plus prometteuse d’exemples comme (1) et (2) est de le considérer comme deux propositions indépendantes paratactiques; donc en (2) « je fais une suggestion, on laisse plus de temps », plutôt que de vraies complétives. Il n’y aurait donc pas à proprement parler de complétive post-verbale. Dans une langue de ce type à morphologie réduite et où la distinction entre formes finies et non-finies est peu claire, un certain nombre de tests, et aussi une prise en compte de la prosodie, sont nécessaires, et il est impossible de statuer sur cette question à partir des données de ce livre.

Néanmoins, dans le même livre p. 357, nous trouvons la phrase suivante (qui n’est pas commentée, malheureusement):

(4) ɛ54sɿ33tɕe33 tha33pa33kha33 po33ɕo33 ɲe33tsa33kha33
autrefois propriétaire.terrien exploiter pauvre
从前地主剥削穷人 « Autrefois les propriétaires terriens exploitaient les pauvres. »

Dans cette phrase éminemment « post-1949 », le verbe po33ɕo33 venant du mandarin 剥削 prend un objet post-verbal; cette phrase soulève le problème de savoir si l’ordre des mots ici reflète une traduction trop servile du chinois, ou si ɲe33tsa33kha33 « pauvre » est un constituent disloqué à droite comme ɯ-khɤftsɯɣ « tour d’aiguille » en (3). Ce problème illustre combien une description syntaxique non accompagnée de fichiers sons est difficile à utiliser.

====

戴庆厦、田静 2005 《仙仁土家语研究》北京:中央民族大学出版社

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’influence du chinois sur l’ordre des mots du tujia," Panchronica, 06/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2083 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.