Un ancien système quinaire en sino-tibétain?

Les numéraux entre “deux” et “neuf” sont généralement cognats entre les langues ST, du moins pour les langues qui préservent leurs numéraux natifs. Parmi ceux-ci, “deux” et “sept” ont des ressemblances qui ont permis de suggérer (j’ignore qui l’a fait en premier) que le système actuel recouvre une ancienne base quinaire.

En japhug, la ressemblance entre ʁnɯz “deux” et kɯɕnɯz “sept” est indéniable, mais les deux numéraux n’ont pas la même rime dans toutes les langues rgyalrong (en situ de cogtse kəniɛ̄s ” deux” et kəɕnə̄s “sept”, en bragdbar kənə̂s “deux” et kəɕnɐ̄ʔs “sept”), ce qui minimise la ressemblance, et suggère qu’il pourrait s’agir d’un hasard.

Le numéral “deux” a une coda -s dans les langues qui préservent cette finale, mais le lolo-birman (birman hnac, une rime qui peut provenir de *-ik ou peut-être *-it) est reconstruit avec une coda *-k. En chinois, 二 ɲijH peut provenir de *nis, mais il n’est pas possible non plus d’exclure *nits (si l’on accepte l’hypothèse quinaire, a vu de “sept” 七 tsʰit, dont l’initiale peut venir d’un groupe contenant *ṇ). Peu de langues de la famille préservant le *-s final, il est difficile de réconcilier ces formes.

Même en japhug, langue où ʁnɯz “deux” présente une coda sifflante, on trouve plusieurs formes apparentées sans -z. C’est le cas du duel ni (voir cet article), dont il est difficile d’imaginer qu’il n’ait aucune relation avec ʁnɯz, mais aussi de ʁnaʁna “les deux”. Le quantifieur duel ni pourrait provenir d’une forme phonétiquement rabotée de ʁnɯz (à une époque précédant le changement *-is > -ɯz), mais il pourrait aussi s’agir d’une forme primaire n’ayant pas été préfixée de ʁ- (dont le statut préfixal est confirmé par son absence dans sqa-m-nɯz “douze”) et suffixée de -z, quel que soit l’origine étymologique de ces affixes. La forme ʁnaʁna “les deux”, avec un ablaut et sans coda, est encore plus difficile à expliquer.

Si effectivement le -z est suffixal, pourquoi le trouve-t-on depuis le chinois jusqu’au tibétain, et quelle serait sa fonction? S’il ne l’est pas, comment rendre compte des langues où l’on trouve -t, une autre coda, voire rien à la place? Le jour où il existera pour le sino-tibétain une étude sur les numéraux d’une ampleur et d’une rigueur comparable à ce que nous trouvons en indo-européen (voir en particulier cette Habilitationsschrift) est encore lointain.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un ancien système quinaire en sino-tibétain?," Panchronica, 11/11/2017, https://panchr.hypotheses.org/2048 (ISSN 2494-775X)

Une réflexion sur « Un ancien système quinaire en sino-tibétain? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.