Le prohibitif en tujia

Comme nous l’avons vu dans un précédant billet, en tujia les *-a deviennent -i après dentale (li35 « tigre », tsi21 « riz » = japhug ndza « manger ») et restent -a après vélaire (ŋa35 « moi », ka35 « manger, mordre » = japhug nɤŋka « ronger »).
Le tujia -a a visiblement de nombreuses autres origines, dont *-ak (tha55 « tisser » = japhug taʁ), certaines voyelles antérieures dans un contexte à préciser (-ma55 « suffixe pour les noms d’agent » = japhug tɯrme« homme »)
A ce titre, le prohibitif tha55 est intéressant (example 1, Chen 2006:114)

(1) a55xoŋ55 tha55 ka35
cru NEG manger
« Il ne faut pas manger d’aliments crus. »

Ce marqueur fait immédiatement penser au prohibitif qui se trouve dans beaucoup de langues trans-himalayennes (mais pas le tibétain et le rgyalrong), comme en tangoute 𘅇 1734 tji¹ < *tja¹, où il est homophone du verbe "poser" (japhug ta). Le STEDT considère en effet ce mot tujia comme un réflexe de cet étymon. La voyelle pose toutefois problème; devant dentale, on attendrait un -i.

Toutefois, on remarque que ce marqueur de prohibitif dérive en fait d’un verbe existentiel négatif tha55 (au futur thai35, au perfectif thau35), illustré par l’exemple suivant (Chen 2006:95-96) par une très banale grammaticalisation.

(2) lai53 lau21tshi21 thai35
aujourd’hui soleil ne.pas.avoir:FUT
« Aujourd’hui il n’y aura plus de soleil. »

A moins de supposer donc (i) que le changement *-a > -i après dentale n’a pas eu lieu dans ce mot (pour une raison à préciser) et (ii) que ce marqueur de prohibition a pu être dégrammaticalisé, pour devenir un verbe existentiel négatif, il est donc peu vraisemblable d’imaginer que, malgré la ressemblance superficielle de ce préfixe avec son équivalent en lolo-birman, il y soit apparenté. Même si j’ignore l’étymologie de l’existentiel négatif tha55 (mais aussi celle des mots tujia non empruntés au chinois dans leur très grande majorité), ce cas illustre à quel point il est dangereux et contre-productif de pratiquer l’étymologie à partir de listes de mots, sans s’intéresser à la grammaire et l’histoire détaillée de chaque mot.

Références
陈康 2006. 土家语研究。北京:中央民族大学出版社

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le prohibitif en tujia," Panchronica, 28/10/2017, https://panchr.hypotheses.org/2030 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *