L’impératif en tangoute

Il existe un encodage unicode pour les caractères tangoutes, ainsi qu’une police libre créée par Jing Yongshi 景永时, téléchargeable sur le site d’Andrew West. Le tableau de correspondances avec les numéros de référence du dictionnaire de Li Fanwen permet une conversion facile avec les données qui ont été insérées dans les polices pré-unicodes (ce site est aussi très utile).

Malheureusement, l’interface de hypothèses ne permettant pas d’utiliser la police unicode du tangoute, je n’ai que peu écrit sur ce blog à propos de cette langue: j’en suis réduit à insérer des images pour inclure des caractères tangoutes. Voici un premier billet à titre de test.

Le statut des suffixes d’indexation en tangoute est un sujet très controversé (voir cet article et les références mentionnées dans ce billet). Une question débattue, en particulier, concerne le caractère obligatoire ou optionnel des suffixes d’indexation. Dans cet article, j’ai affirmé que les suffixes d’indexation étaient obligatoires, et que les exceptions apparentes étaient dues aux formes converbiales. En particulier, avec le thème B (qui n’apparaît que dans les formes finies de verbes transitifs, avec un sujet de 1SG ou 2SG, et un objet de troisième personne).

Il existe toutefois une autre catégorie d’exceptions apparentes que j’avais laissées de côté pour une autre publication: les formes impératives.

En tangoute, les formes à l’impératif avec un sujet de seconde personne (et un objet à la troisième) peuvent être suffixée en 𘉞 -nja² (2SG) ou en 𗐱 -nji² (1/2PL) comme les autres formes finies. Au singulier, on trouve le thème B pour les verbes qui permettent cette alternance. Néanmoins, il existe bien des exemples de phrases à l’impératif avec le thème B, mais sans suffixe d’indexation, comme les exemples (1) et (2) ci-dessous:

On remarque qu’en (1), le verbe ‘donner’ a le thème B 𘎾 khjɨj¹ (le thème A khjow¹ se trouve en (2); il s’agit d’un verbe très irrégulier, dont l’histoire est compliquée; les formes remontent à *kham et *khim en pré-tangoute — le cognat japhug kʰo « donner, passer » est une Rückbildung basée sur le thème III kʰɤm), alors que l’on ne trouve pas de suffixe -nja², et d’autre part que l’objetdoit normalement être de 1sg (mais ici j’imagine qu’il s’agit d’un calque du chinois — le texte employant le nom 𗂸 bji² « fonctionnaire » à la place d’un pronom, le traducteur a choisi une forme 2sg>3).

Dans l’exemple (2), on a une situation similaire, mais ici on emploie des verbes à une forme invariable suivis de l’auxiliaire « faire » .wjo¹ au thème B, là aussi sans suffixe d’indexation -nja².

Il est donc manifeste que les suffixes d’indexations sont optionnels au moins à l’impératif. Cette observation est néanmoins peu surprenante d’un point de vue rgyalronguique. Dans les langues rgyalrong, l’impératif est isolé parmi les formes finies, par l’absence d’indexation préfixale de deuxième personne. Ainsi, l’impératif 2sg>3 du verbe ndza « manger » en japhug tɤ-ndze comprend le préfixe directionnel – et le thème III du radical |ndze| (utilisé pour les formes à sujet singulier et objet de troisième personne), mais pas le préfixe de seconde personne tɯ-, que l’on trouve sur toutes les autres formes finies de second personne (comme par exemple l’imperfectif 2sg>3 tu-tɯ-ndze avec un préfixe directe et un préfixe de second personne).

Ce sont donc plutôt les formes à l’impératif ayant un suffixe d’indexation qui sont anormales, et qui doivent être analogiques des autres formes finies. Des exemples tels que (1) et (2) ne peuvent démontrer à eux seuls l’optionalité des suffixes d’indexation en général.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’impératif en tangoute," Panchronica, 27/10/2017, https://panchr.hypotheses.org/2015 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *