L’étymologie du nom “année” en rgyalronguique

Une des innovations communes au sous-groupe du birmo-rgyalronguique comprenant les langues autres que lolo-birmanes que l’on pourrait appeler “na-gyalronguique” est le nom de l’année correspondant au /pa/ que l’on trouve en japhug tɯ-xpa “une année” et pakuku “tous les ans” (voir cet article). L’étymologie de ce nom est donc importante pour comprendre la classification des langues de ce groupe.

L’usage du verbe pa “faire” dans l’exemple (1) peut contribuer à cette question.

(1) tɕiʑo ni kɤ-amɯfse-tɕi nɤ jinde kɯβdɤsqi ɯ-ro to-pa.
1DU DU PFV-se.reconnaître-1DU LNK maitenant quarante 3SG.POSS-reste IFR-faire
“Cela fait plus de quarante ans que nous nous connaissons.” (voir ce texte)

L’exemple (1) signifie littéralement “Après que nous nous ayons fait connaissance, plus de quarante (ans) se sont passés.”

L’emploi du verbe pa “faire” pour le sens de “s’accomplir” à propos d’une certaine unité de temps suggère que le nom “année” pourrait dériver de cet emploi spécifique de ce verbe (avec lequel il est homophone dans les langues considérées), “(unité de temps) accomplie” => “année”. La difficulté que j’entrevois avec cette idée est le fait que le nom correspondant à /pa/ s’emploie dans les langues autre que rgyalrong pour des adverbes de temps tels que “cette année”, “l’année dernière” ou “l’année prochaine”, et pas pour les mesures d’années “un an”, “deux ans” etc.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie du nom “année” en rgyalronguique," Panchronica, 24/09/2017, https://panchr.hypotheses.org/1971 (ISSN 2494-775X)

2 réflexions sur « L’étymologie du nom “année” en rgyalronguique »

  1. En na de Yongning, cette racine donne un simple /i/, dans les expressions ‘l’an passé’, ‘cette année’ et ‘l’an prochain’. Il fallait ton flair de diachronicien pour parvenir à reconstruire (avec un degré élevé d’assurance) *C-ba en proto-naish, en tirant parti du lazé /vie/ et du naxi /be/!
    La reconstruction pour ‘faire’ (homophone avec cette racine ‘année’, dans les trois langues: lazé, naxi, na) ne différait que par l’analyse morphologique: tu reconstruisais *Cba. Maintenant on s’oriente vers *C-ba ! Ca avance 🙂

    Tu reconstruisais *C-pja en proto-tangoute. Y a-t-il de nouvelles hypothèses de ce côté-là?

    1. Tu touches du doigt la question la plus difficile du domaine: l’origine de la lénition en rgyalronguique et dans les langues avoisinantes; ce problème est beaucoup plus complexe que je le pensais autrefois, et la thèse de Gong Xun va contribuer à l’éclaircir (mais je n’en dis pas plus).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.