Morphologie fossile en japhug

Même si le japhug et les autres langues rgyalronguiques ont une morphologie riche et productive, il n’en ont pas moins une quantité non-négligeable de traces de morphologie fossile non analysable. Un exemple est offert par le verbe courant mɯnmu ‘bouger’ qui apparemment contient un préfix mɯ-, car la base nmu est attestée par un verbe qui s’applique uniquement aux tremblements de terre (voir cet article).

Une autre paire de verbes ayant de la morphologie fossile est sna et mna, verbes statifs dont les sens sont les suivants:

sna: être bon (tɯrme ɲɯ-sna “c’est quelqu’un de bon”), être digne de (… mɤ-sna-a “je ne suis pas digne de…), être (kɤ-ndza sna “ça peut se manger”)

mna: être le meilleur (nɯ-kɯ-mna “leur chef”, mbro stu kɯ-mna “le meilleur cheval”) guérir, aller mieux (ɯ-kɯ-mŋɤm to-mna “sa maladie a guéri”)

Je ne leur connais pas de cognat en dehors du rgyalronguique, et à moins que la ressemblance de sens entre ces deux mots ne soit un hasard, la nature des préfixes m- et s- que l’on semble pouvoir observer ici, ainsi que celle de la racine “na”, est un mystère épais. Des données additionnelles tirées des autres langues rgyalronguiques permettront peut-être de mieux comprendre cette morphologie.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Guillaume Jacques (12 août 2017). Morphologie fossile en japhug. Panchronica. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/snh0


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.