Les changements phonétiques peuvent-ils être conditionnés par la morphologie?

Dans un article récent, Hill (2014) ré-affirme la doctrine néo-grammairienne selon laquelle les changements phonétiques ne sont jamais conditionnés par la morphologie, y compris les frontières morphémiques ou les parties du discours.

Il exclut à juste titre les cas, comme en nahuatl, où les différentes parties du discours constituent des contextes phonologiques différents: le *p devient zéro en initiale de mot dans le cas des noms mais pas dans celui des verbes. L’explication tient à ce que les radicaux des verbes sont toujours préfixés sauf à la troisième personne des verbes intransitifs de certains tiroirs verbaux (plusieurs tiroirs verbaux sont préfixés d’un ‘augment’). La chute du *p initial dans les formes non-préfixées du paradigme a dû être immédiatement éliminée dans les paradigmes intransitifs du fait de la pression analogique (voir Campbell et Langacker 1978). Une même explication s’applique à beaucoup de changements conditionnés, par exemple, le fait que le *s- initial en arapaho correspond bien à n- en initiale de radical, même dans les formes préfixées (comme celles de l’irréel qui viennent de l’ordre indépendant) alors qu’on s’attendrait à une alternance n-/h- dans ces formes. La aussi, l’analogie les a immédiatement éliminées.

Toutefois, il existe un cas pour lequel une explication en termes d’analogie semble difficile: celui du onbin 音便 en japonais, qui ne s’est produit que de façon sporadique dans les noms composés, mais s’est appliqué régulièrement, à époque historique, exclusivement dans le système verbal, notamment les formes converbales en -te (voir Frellesvig 1995, 2010:192-199):

(yom-) yomite > yonde ‘lire’
(tor-) torite > totte ‘prendre’
(mot-) motite > motte ‘prendre’

Contrairement à l’absence de chute de *p initial dans les verbes en nahualt ou de la réfection du *-s- de l’aoriste en grec, ce phénomène ne peut s’expliquer comme l’annulation d’un changement phonétique par l’analogie. Aucun conditionnement phonologique qui distinguerait les combinaisons -VCit- dans les noms et dans les verbes ne semble non plus apparente.

Il est louable de vouloir préserver la rigueur néogrammairienne et je conçois qu’il est préférable, avant d’abandonner une hypothèse comme l’impossibilité de conditionnement morphologique des changements phonétiques, d’explorer toutes les alternatives. Néanmoins, le cas du onbin me semble un des cas les plus clairs d’exception à ce principe; ceux qui souhaitent le défendre ne peuvent pas omettre de rendre compte de ce cas particulier.

Bibliographie
Campbell, Lyle and Ronald Langacker. (1978) Proto-Aztecan vowels: part II. International Journal of American Linguistics 44(3). 197–210.
Frellesvig, Bjarke. 1995. A Case Study in Diachronic Phonology: The Japanese Onbin Sound Changes. Aarhus University Press.
Frellesvig, Bjarke. 2010. A History of the Japanese Language. Cambridge University Press.
Hill, Nathan W. 2014. ‘Grammatically Conditioned Sound Change.’ Language and Linguistics Compass 8, 211–22. http://eprints.soas.ac.uk/18595/

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les changements phonétiques peuvent-ils être conditionnés par la morphologie?," Panchronica, 18/04/2015, https://panchr.hypotheses.org/184 (ISSN 2494-775X)

4 réflexions sur « Les changements phonétiques peuvent-ils être conditionnés par la morphologie? »

  1. It seems to me that the onbin-type situation suggests the strong likelihood that prosodic factors are involved; factors that are not visible in the written records and may be impossible to recover. As I understand it, onbin changes are largely related to (or, perhaps more accurate to say, the consequence of) syllable reduction. And syllable reduction is of course related to stress, which is in turn connected to prosodic factors at various levels (word, phrase, sentence). Different parts of speech are subject to different prosodic environments for reasons of both syntax and semantics/discourse, so what looks like a morphological conditioning factor may in fact be a prosodic (i.e. phonological) conditioning factor. We might not be able to prove it, but we must acknowledge the theoretical possibility.

    1. Of course, onbin might be due to prosodic factors, but in this case we would expect tonal categories to be at least a partial conditioning factor. For verbs, onbin occurs independently of the tonal category of the stem.

  2. J’ajouterais un cas dans les langues ryukyu: en Yonaguni, *s est conservé tel quel ou passe à /c/ devant *i, mais il chute en position finale de radical verbal sauf devant *i où il reste /s/:
    *pasi > haci “baguettes” mais *nas-i > nasi “créer-CVB”
    *yose > dusi “approcher” mais *modos-e “remettre-IMP”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.