L’étymologie de ginseng

La deuxième syllabe du chinois 人參 rénshēn « ginseng » remonte au chinois moyen ʂim, qui lui-même vient d’une forme *srəm en chinois archaïque. Dans cet article, j’ai proposé une étymologie comparant ce nom au japhug tɤ-zrɤm « racine » (proto-rgyalrong *srɐm) et au khaling स्याम् sɛ̄m « racine » ( *s dès le proto-kiranti).

Ce mot, que je croyais restreint jusqu’ici au chinois, au kiranti et au rgyalronguique, se trouve en fait aussi en kuki-chin, comme en hakha lai où l’on a hram « racine », selon le dictionnaire de Van Bik. Malgré son absence du Stedt, la présence de cet étymon en kuki-chin renforce l’hypothèse d’une origine proto-sino-tibétaine pour ce mot. Il est concevable d’ailleurs que le tibétain གཤམ་ gɕam « le bas » reflète le même étymon, le g- étant la trace du préfixe de possession indéfini (le tɤ- du japhug), qui subi la loi de Saskya Pandita (*t- > g- devant coronale), et le ɕ- représente le traitement de *sr- observé dans ཤིག་ ɕig « pou » (japhug zrɯɣ)

La différence avec les formes concurrentes, notamment celle qui donne le chinois 本 n’est pas encore claire. Notons que la second edonne des sens comme « tronc », voir « arbre » en bodo-garo (garo bol). Il est possible que le mot donnant chinois 本/garo bol désignait les racines d’arbre ou la souche, tandis que celui qui a donné tɤ-zrɤm/hram/參 désignait les racines de plantes plus petites.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie de ginseng," Panchronica, 12/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1719 (ISSN 2494-775X)

Une réflexion au sujet de « L’étymologie de ginseng »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *