Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha

Dans ce billet, j’aborde la questions des deux exceptions à la métathèse *pk- > *kp- proposées par J. Koontz: le nom « tortue » et le verbe « désirer ». Dans des billets ultérieurs, je discuterai du paradigme archaïque phú « je viens », škú « tu viens » et des paradigmes à lénition.

(1) « tortue »
Concernant le nom « tortue », le seul indice d’une reconstruction *pk- est la forme mandan pké. Il est en particulier manifeste que le lakota khé et l’omaha kké peuvent s’expliquer par une proto-forme *hke, car les pré-aspirées du proto-siouane de la vallée du Mississippi (pSVM) donnent des post-aspirées en lakota.

L’élément p- en mandan, comme l’indique le CSD, est un préfixe de classe *wi- réduit qui se retrouve dans beaucoup de noms d’animaux sous forme fossilisée (notamment dans lakota pté « bison », omaha tté). Le fait qu’il s’agisse d’un élément morphologique implique également qu’il est tout à fait possible de poser plusieurs proto-formes en proto-sioux, l’une préfixée *wi-hké d’où proviendrait le mandan, et l’autre non-préfixée qui aurait donné le pSVM.

L’étymon « tortue » n’est donc pas un contre-exemple à la loi de métathèse; d’autre part, notons qu’il serait surprenant que *pk- donne kh- en lakhota, car dans cette langue les autres groupes *Ck ne donnent pas des aspirées.

(2) le verbe « désirer »
Rappelons le paradigme de ce verbe en omaha:
1sg kką́bðe,
2sg šką́hne
3sg gą́ða

voici celui de l’osage (tiré de Quintero 2009):
1sg hkǫ́bra
2sg škǫ́šta
3sg kǫ́ða

Le proto-Dhegiha était (*A note la voyelle à Ablaut, sujet que je réserve pour une autre fois).
1sg *hkǫ́=brA
2sg *škǫ́=šrA
3sg *kǫ́=rA

Le second élément est un thème en *r-. comme le souligne Lameen Souag, les paradigmes en *r- sont plus clairs que ceux à occlusive pour montrer la nécessité de reconstruire un préfixe *w- à la 1sg. Je discute de ce paradigme, et de celui du thème en *y- qui s’est confondu avec lui, dans cet article.

Il y a à mon avis plusieurs façon de rendre compte de la forme de 1sg. Celle que propose Lameen Souag, à savoir un blocage de la règle de métathèse dans les verbes monosyllabiques en *ka-, n’est pas absolument impossible (même si, comme il le reconnait, elle semble peu motivée phonétiquement).

A mon avis, une autre possibilité est de prendre en compte qu’il s’agit d’un verbe à double indiciation (le seul, d’ailleurs, préservé dans ces langues). Mon expérience avec les langues kiranti et rgyalronguiques, où ce genre de phénomène est beaucoup plus courant, est que les indices personnels ont souvent des formes idiosyncratiques dans les verbes de ce type (je prépare un article sur cette question). La solution que j’envisagerais est la suivante.

(1) *w-kǫ=w-rA
(2) *pkǫ=brA (obstruentisation)
(3) *kkǫ=brA (dissimilation des deux groupes à labiale)

La règle (3) fait des prédictions concernant le reste du vocabulaire: on ne devrait pas trouver de mots reconstructibles du type pCVpCV (mis à part les mots rédupliqués, bien sûr). A ma connaissance (et j’ai vérifié dans le CSD), il n’y a pas de racine de ce type, mais au vu du faible nombre de racines reconstruite, cette absence pourrait être accidentelle. Précisons toutefois qu’il existe plusieurs règles de dissimilation labiale dans les langues siouanes, et que ce changement ne serait pas isolé.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha," Panchronica, 01/01/2017, https://panchr.hypotheses.org/1623 (ISSN 2494-775X)

2 réflexions au sujet de « Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha »

  1. C’est certainement plus naturel du point de vue phonétique. Or dans ce cas-ci on aurait attendu que le k se soit produit aussi dans le 1e personne d’autres verbes avec *br ; les cas concernés sont rares, mais je trouve en kanza oyúblaⁿ « smell something », 1e personne oblúblaⁿ, qui correspond en omaha à thibthoⁿ, 1 ubthíbthoⁿ (on aurait attendu *oglúblaⁿ en kanza et *ugthibthoⁿ en omaha selon ton hypothèse). Mais si ce n’est qu’un seul cas, on peut bien supposer que ce verbe, moins fréquent que « vouloir », a simplement été régularisé. De toute façon c’est un mot composé (la racine est blaⁿ / bthoⁿ « smell »).

    D’ailleurs, la dissimilation des sibilants / chuintants est assez fréquent en arabe maghrébin, et celle des labiales se trouve en berbère et en akkadien.

    1. Merci beaucoup pour ce commentaire, effectivement tu as raison, et plus généralement tous les verbes à préfixe instrumental ði- (*ru-) « avec la main » et ða- (*ra-) « avec la bouche » dont le radical contient bð- / mn- devraient selon mon hypothèse avoir gð- à la 1sg (les verbes en *pa- auraient dû avoir *kp- à une certain stade, mais bien évidemment, ce groupe ne serait pas distinguable de *pp- dans les langues modernes). Il y a quelques autres verbes en *r[u|a]wr., comme l’osage ðibra « spread out (clothes) », dont la première personne est bien bribra. Etant donné toutefois la régularité complète des paradigmes à instrumentaux, la pression analogique aurait été très forte, surtout sur des verbes qui ne sont pas parmi les plus courants. L’analogie peut parfois complètement supprimer une alternance (comme l’alternance p/t qui serait attendue en grec dans les paradigmes nominaux et verbaux en *kʷ). Dans le corpus de Dorsey, les seuls cas de bð.bð. que l’on trouve sont des verbes rédupliqués (úthibthoⁿ « sentir » est attesté seulement à la troisième personne), ce qui montre que cette configuration phonologique est quand même rare.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *