La métathèse *pk- > *kp- > pp- en Dhegiha

Parmi les langues siouanes, les langues Dhegiha (omaha, kansa, osage, quapaw) ont le système verbal le plus irrégulier; ces paradigmes, qui ont été presque intégralement régularisés dans les langues de l’ouest (crow, hidatsa, mandan) et considérablement simplifiés dans toutes les autres langues (à l’exception du hochank et du chiwere), sont riches en information sur la phonologie historique.

Dans ce billet, je discute du cas des verbes à consonne initiale venant de *k- (g- en omaha), comme par exemple le verbe « faire » (données tirées du livre « 500+ Verbs in Umoⁿhoⁿ (Omaha) »de Eschenberg et Saunsoci, dans l’orthographe d’usage et dans la transcription siouaniste; voir le mémoire de Julie Marsault, pp.202-3, pour les correspondances), qui présentent une alternance synchroniquement étrange entre pp- à la première personne et g- à la troisième:

1sg páxe (ppaxe)
2sg shkáxe (škaxe)
3sg gáxa (gáxa)

Les verbes à *p- (>b-)et *t- (>d-) initiaux ont des initiales pp- et tt- respectivement:

« pousser dans »
1sg pásnu (ppásnu)
2sg shpásnu (špásnu)
3sg basnú (basnú)

« voir »
1sg tóⁿbe (ttąbe)
2sg shtóⁿbe (štąbe)
3sg dóⁿba (dąba)

On explique le tt- à la 1sg des thèmes en *t- par l’idée qu’il provient d’un groupe *pt-, lui-même provenant d’une forme plus ancienne *w-t- avec obstruentisation du *w-en position préconsonantique; le *št- lui-même viendrait d’un plus ancien *y-t- obstruentisé.

La reconstruction d’un préfixe *w- à la première personne des verbes à occlusive en Dhegiha vient de l’idée qu’il s’agit de la forme réduite du préfixe wa- de première personne (paradigme actif) que l’on trouve toujours en Lakhota (en Dhegiha la 1sg des verbes réguliers actifs est a-, forme encore inexpliquée), d’où le nom de ‘paradigme à syncope’ employé en linguistique siouane pour les trois paradigmes ci-dessus et d’autres du même type (je reviendrai sur cette question dans un billet futur). Cette idée est confirmée par le fait que le Lakhota pt- correspond systématiquement à tt- en Dhegiha (par exemple, Lakhota pté ‘bison’, Omaha tté).

Pour les verbes en *p-, qui ont pp- à la 1sg, on peut admettre un changement du même type *w-p- > pp- et *y-p- > šp-. Pour les verbes en *k-, en revanche (à l’exception du verbe très particulier gą́ða « désirer », 1sg kką́bðe, 2sg šką́hne qui a une double indiciation du sujet), on a pp- à la première personne au lieu de kk- comme on l’attendrait. Si l’on accepte que la reconstruction *pt- > tt- pour les verbes en *t- est correcte, il est logique de supposer que pour les verbes en *k- du type de « faire », le paradigme était

*w-k- > *pk- > *kp- > pp-
*y-k- > *šk- > *šk- > šk-
*k- > *k- > *k- > g-

Le changement *kp- > pp- n’est pas problématique, car le Lakhota kp- correspond par ailleurs régulièrement à pp- en Dhegiha (L. kpázA « être sombre », O. ppáze « soir »).

A-t-on des preuves indépendantes en Dhegiha de la métathèse *pk- > *kp-? Malheureusement, la phonotactique du lakhota (qui préserve généralement mieux les groupes de consonne que les autres langues siouanes) ne permet pas de groupe †pk-.

Seul un exemple de *pk- à *kp- en Dhegiha est explicitement indiqué dans le CSD : l’étymon *tappa « être court », (doⁿppá en omaha, čáahpa en osage), qui comporte une racine *tap- suivie du suffixe *-ka (très productif en lakhota, voir le New Lakota Dictionary pour une description de ses fonctions); Notons au passage que cette étymologie présente des problèmes non expliqués, comme la nasalisation de la première voyelle en omaha.

La question de la métathèse *pk- > *kp- devient plus complexe lorsque l’on prend en compte la suggestion de John Koontz (1985), selon laquelle les formes verbales archaïques phú « I come », škú « you come », seraient les traces du paradigme à syncope en *k- — il les analyse comme les formes anciennes du verbe « revenir » (vertitif de ‘ú « venir »; les formes actuelles sont régulières, wa-kú, ya-kú).

Pour rendre compte de la 1sg phú, il faudrait admettre que ph- en lakota est le réflexe régulier de *pk-; notons que kp- ne peut pas être une étape intermédiaire de de *pk- à ph- (puisque le kp- ancien existe toujours en lakota).

Koontz note en plus que *pk- semble donner Dhegiha kk- et Lakhota kh- dans certains cas:

(i) Le nom *kké « tortue » (O. kké, L. khé), qui correspond à pké en mandan.

(ii) La forme omaha kką́bðe « je désire » (des formes identiques modulo les changements phonétiques existent dans toutes les langues Dhegiha), qui doit venir d’une protoforme du type *w-ką=w-re.

Comme seule la première page est visible sur le site de IJAL, voici une copie d’écran de la deuxième page de cet article:

koontz

Je suis d’accord avec Koontz avec l’idée que le verbe « venir » en Lakhota prouve que cette langue a connu autrefois des verbes à occlusive à syncope. En revanche, son idée, pour expliquer l’alternance entre vélaires et labiales, d’une analogie avec les thèmes en *p- me semble difficilement acceptable, et irréconciliable avec l’étymon « être court » mentionné ci-dessus. Je reviendrai sur cette question dans un billet ultérieur.

===================
Koontz, John 1985. A Syncopating Conjugation *k-Stem in Lakota. International Journal of American Linguistics, Vol. 51, No. 4, pp. 483-484.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La métathèse *pk- > *kp- > pp- en Dhegiha," Panchronica, 30/12/2016, https://panchr.hypotheses.org/1596 (ISSN 2494-775X)

7 réflexions sur « La métathèse *pk- > *kp- > pp- en Dhegiha »

  1. Bonne année ! Et quelle meilleure façon de commencer l’année que par une discussion de la phonologie historique siouane ?

    Il paraît alors que les seuls arguments empiriques contre l’hypothèse d’un passage direct de *pk à pp en Dhegiha seraient les deux formes données en i) et ii). On note que, dans les deux cas, il s’agit d’un monosyllabe (si on peut se permettre de supposer que « vouloir » se composait de deux verbes, comme suggére son accord), mais il y a aussi le monosyllabe gu « retourner », 1sg pu (formes kanza). On pourrait donc proposer que *pk > kk / _[V, -high]# et > pp ailleurs ; mais c’est peu naturel comme conditionnement. Peut-être que tu as trouvé une meilleure solution ?

    (D’ailleurs, quelques petits points de présentation : il serait plus clair de noter explicitement à leur première apparition que « les formes verbales archaïques phú « I come », škú « you come » » sont lakhota, et il faut corriger shpáxe en shkáxe. Le paradigme des verbes en *ð conviendrait ici pour montrer au lecteur débutant pourquoi on reconstruit la marque du 1sg comme *p- plutôt qu’une autre consonne.)

    1. « On pourrait donc proposer que *pk > kk / _[V, -high]# et > pp ailleurs ; mais c’est peu naturel comme conditionnement.  » Le problème, c’est que l’on a des verbes dont le radical commence par *ka- qui donnent pp- à la première personne (comme « faire » par exemple). Il faudrait supposer que cette alternance se soit généralisée dans ces verbes à partir de ceux en *k[V, +high].

      1. Les verbes dont le radical commence par *ka- sont tous plurisyllabique (en kanza au moins – je n’ai pas vérifié pour tous les parlers dhegiha), et donc seraient exclus par le # dans la conditionnement que je propose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *